Notre-Dame de l’Avent

Abbé GrosjeanNous voici au début de l’Avent.

Ce temps nous est donné pour creuser en nous le désir de Jésus. Sans doute que les évènements que notre pays est entrain de vivre vont marquer notre Avent cette année. Comment ne pas rejoindre et partager en effet cette espérance d’un sauveur, transmise de génération en génération chez les hébreux ? Ce petit peuple connaissait la peur, la vie sous l’occupation et même la répression romaine. Il était sans cesse confronté à la violence des hommes et des puissances autour de lui. Son attente du Messie s’approfondissait d’autant plus. Quand viendrait ce Prince de la Paix, ce libérateur ? Au cœurs des tempêtes et des tourments politico-militaires, la foi d’Israël a tenu bon.

Et au sein de ce peuple, la foi d’une fille d’Israël en particulier fait notre admiration : Marie de Nazareth. Comment Marie a-t-elle vécu sa vie comme un Avent, jusqu’à ce jour de l’Annonciation et cette nuit de Noël ? Comment les troubles de son temps ont-ils marqué sa prière, son intercession, son attente du Sauveur ?

Bien sûr, la prière ne dispense pas de l’action. Chacun à sa place, nous avons à tenir notre rôle, notre devoir d’état, en mettant notre cœur à être à la hauteur. Les évènements le réclament. Tous, nous avons à puiser dans nos racines, notre histoire, nos valeurs, notre culture mais aussi notre héritage spirituel, cette force d’âme qui nous permettra d’affronter la guerre devenue explicite.

Mais nous savons aussi que se profile derrière cette guerre un combat plus spirituel. Combat si vaste entre le bien et le mal, la vérité et le mensonge, l’amour et la haine, la vie et la mort. Combat qui dure depuis la nuit des temps, qui nous traverse, et qui se joue partout où l’on détruit l’homme, œuvre de Dieu.

Ô Marie, dans ce combat, gardez-nous plein d’espérance, les yeux levés vers votre Fils. En lui seul se trouve la victoire, si durement acquise au jour du vendredi saint. Lui seul peut tirer d’un mal un plus grand bien, à savoir notre relèvement et notre unité, mais aussi une plus grande ferveur dans notre prière et un plus grand désir de sainteté. Lui seul peut offrir une fécondité au sacrifice de ceux qui sont morts. Lui seul peut nous sortir de notre tiédeur !

Ô Marie, apprenez-nous à prier, à attendre et à espérer. Apprenez-nous à agir aussi comme vous l’avez fait. Apprenez-nous à reconnaître que nous avons besoin d’un Sauveur ! Apprenez-nous à mendier sa miséricorde et à nous préparer à l’accueillir, sans jamais nous décourager.

Notre Dame de l’Avent, au milieu de cette nuit qui semble avoir recouvert le monde, donnez-nous de vivre ces prochains jours avec un cœur ardent, qui désire et qui espère !

Abbé GROSJEAN

Tagués avec :
36 commentaires sur “Notre-Dame de l’Avent
  1. EDITH dit :

    Votre fils est prêtre ou c’est un autre qui est médecin. OK le prêtre est medecin des âmes, c’est celà Colombe ? J’aurai voulu avoir un fils prêtre et ce ne fût pas la volonté de Dieu. Ils ont été animateurs scouts et m’ont donné 3 petits enfants. Ste Marie je vous le demande que le plus jeune soit baptisé et qu’un jour ils soient évangélisés. Ils sont loin, moi j’ai offert Pomme d’Api revue de jeunes chrétiens. Votre grâce douce Mère pour toutes nos intentions et le réveil de la France. Prends pitié de notre France.

    • guitton dit :

      Merci mon Dieu j’ai les deux , mais que sa volonté soit faite .
      Pour vraiment évangéliser les enfants , abonnez-les à la revue petit berger 3-5ans ou 5 pains 2 poissons 5-7 ans .

    • colombe dit :

      Bonjour Edith..J’ai un fils prêtre et l’autre médecin en soins palliatif .Je comprends votre désir car en effet c’est une joie pour une maman de vivre cela .Mais Dieu en a voulu autrement ….Je prierai pour vos petits enfants, courage Edith les voix du seigneur sont impénétrables.

  2. Millot dit :

    Aujourd’hui je remets tout les pariant de la neuvaine entre les marins de notre dame de l avant pour qu’ elle l offre a sont fils bien aimé et que sa miséricorde soit sur chacun et chacune dieu vous aimé amen

  3. face à la mer dit :

    Un grand Merci, mon Père . Votre fervente méditation jointe à tout ce que j’ ai vécu à la messe et aux vêpres aujourd’hui me remet d’ aplomb !je mets dans ce commentaire ces paroles également fortes : « Que le Dieu de l’ Espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix en votre foi, pour que vous soyez riches d’ Espérance par la puissance de l’ Esprit Saint » (St Paul aux Romains) et : »Bientôt apparaîtra le Seigneur, Il n’ aura pas menti:s’Il se fait attendre, patience,car Il viendra, et sans tarder  » ?

  4. Brinette dit :

    Merci Patrick d’avoir écrit cette lettre au Président, c’est exactement ce que j’aurais voulu lui dire.
    Merci aussi à chacun de vous pour vos commentaires où je vous sens tellement habités par le Seigneur. Surtout vous qui aimez tant Marie, n’oubliez pas que le 8 décembre elle a dit : »je souhaite que chaque année, le 8 décembre, à l’heure de midi on célèbre « l’heure de grâces pour le monde entier », par cette exercice on obtiendra de nombreuses grâces spirituelles et corporelles. Celui qui ne peut se rendre à l’église doit prier chez lui à l’heure de midi et il recevra alors mes grâces »
    Grande union de prières
    Brinette

  5. colombe dit :

    Je vous retrouve tous amis de la neuvaine et je voudrais a mon tour vous confier un médecin qui se dévoue pour ses patients et pourtant les événements de ce monde font qu’ il souffre lui même de ne pas être soutenu par la hiérarchie, oui frères et sœurs je vous le confie ainsi que les patients qu’il soigne, on oublie trop vite que ce sont aussi des être humains .L’année dernière c’est un collègue qui s’est suicidé . Prions pour eux aussi c’est le seigneur qui nous les confie Notre dame de l’avent vient a leur secours Et je confie a MARIE notre sœur Sylvie de notre neuvaine dont nous n’avons plus de commentaire depuis un moment. Et je rends grâce a DIEU pour la chaine d’amour et de prières que nous formons les uns et les autres sur cette neuvaine. Que nos engagements perdurent même au delà.Que DIEU vous bénisse et que la reine de notre neuvaine soit notre force.

    • EDITH dit :

      Je comprends Colombe que vous portiez dans la prière votre mėdecin. Quand je le pouvais encore, j’ai accompagné un ancien médecin de notre famille très droit mais très casse pieds… il ne fallait pas parler de travers car c’ėtait la colęre. Il n’avait pas de visites, sauf sa fille. J’essayais de trouver des textes qui lui plaisent et le nourrissent et je comprenais ma mission car il allait vers ses 100 ans A son enterrement j’ai su qu’il avait eu beaucoup d’amis et que le Christ avait guide sa vie. Merci Seigneur

      • colombe dit :

        Merci EDITH ce médecin c’est mon fils.Que DIEU vous garde pour l’instrument que vous êtes.

        • EDITH dit :

          Votre fils est prêtre ou c’est un autre qui est médecin. OK le prêtre est medecin des âmes, c’est celà Colombe ? J’aurai voulu avoir un fils prêtre et ce ne fût pas la volonté de Dieu. Ils ont été animateurs scouts et m’ont donné 3 petits enfants. Ste Marie je vous le demande que le plus jeune soit baptisé et qu’un jour ils soient évangélisés. Ils sont loin, moi j’ai offert Pomme d’Api revue de jeunes chrétiens. Votre grâce douce Mère pour toutes nos intentions et le réveil de la France. Prends pitié de notre France.

  6. Béatrice Orcello dit :

    La Prière avec Marie , l’abandon dans les mains de Dieu , mais bien fondé dans notre Foi , témoignons pacifiquement , ne nous laissons pas manipuler .
    St Paul nous parle aujourd’hui , de grandir dans la connaissance du discernement de ce qui est important … Je crois qu’il est temps que les baptisés retrouvent le chemin de la prière , des églises et J’ESPÈRE que le 8 décembre beaucoup de bougies seront allumées aux fenêtres et qu’il y aura beaucoup de processions pour fêter la Fête de l’Immaculée Conception de Marie !
    Voilà une façon visible de témoigner de notre Foi et de montrer que quoique les « païens » (il faut le dire comme cela pour qu’il n’y aie pas de confusion) fassent aujourd’hui , la France est Chrétienne et elle le restera , elle est sous la protection de la Mère de Dieu . Prions sans cesse pour la Vérité , la Justice et la Paix .

  7. EDITH dit :

    Voilà mon devoir de vote est fait et j’en ai profiter pour voir où était une résidence séniors où une amie de longtemps et dans la foi à emménagé car elle habite trop loin et va subir de la radiologie cette amie attrape cancer après cancer et rebondit à chaque fois. Je l’ai vu tant de fois très bas. Les chimiothérapies ne lui font plus rien il faut opérer à chaque fois. Si jamais vous parle d’elle c’est parce que c’est un exemple vivant d’abandon à la volonté du Père et d’Écoute de la Parole de Dieu en humilité. Elle a fondé avec une autre amie les groupes de lecture selon la méthode Édouard Poussette qui a fait des formations diocésaines chez nous et dans plusieurs endroits en France. Non la France n’est pas morte il y a des blés et des Vignes pour la vendange et Marie par des groupes du Rosaire et notre neuvaine et des personnes qui ré découvrent Marie cette belle Dame qui nous comprend et le chapelet. Dans une soirée de ma chorale j’avais parlé avec le mari d’une choriste, il a le cancer du pancréas dur à soigner. Je l’ai revu il y a 15 jours et il m’a dit se confier à Marie cette Belle Dame, non pas pour guérir mais pour s’ améliorer et penser à tous les malades qui souffrent.Sa tumeur à régressé. Je lui ai proposé de dire un je vous salue Marie -il n’est pas trop croyant- et que moi je dirai les autres pour lui et pour mon mari malade aussi, avant le 8 décembre fête de l’Immaculée Conception. Je vous confie tout ce monde s’ il vous plaît de même que ma voisine de palier et amie qui est en dépression depuis 2 ans. Notre voix et voie ! Dieu en a besoin de même que notre Joie d’avoir Marie pour mère. A bientôt.

    • EDITH dit :

      Édouard Pousset je dis

    • Patric Chenaux dit :

      Tous ces sujets graves, mais si nombreux aujourd’hui, soyez assurée que je les inclus dans ma prière. Et c’est avec confiance que nous nous tournons vers le Seigneur. Merci pour votre zèle à annoncer avec amour l’évangile autour de vous, de conduire ces pauvres gens à Marie, comme nous le conseille saint Louis Marie Grignon de Montfort. Marie la porte des humbles, des petits, des malades, et je pense à votre mari aussi. Que de soucis, mais heureusement que nous pouvons deposer nos fardeaux dans sur Notre Seigneur. C’est qu’il a les épaules larges, n’etait-il pas charpentier, notre Amour, celui qui donna sa vie pour nous?

      • EDITH dit :

        Merci Patrick et Colombe et vous tous ici. Quelle Joie de partager et prier à plusieurs, et nos prêtres et évêques nous ont lancés avec leurs enseignements prions et Bonne nuit.

  8. atanassova dit :

    Chers Frères et sœurs, aujourd’hui je vous donne des extraits des paroles de Jésus et Marie dites à sœur Faustine Kowalska,apôtre de la Divine Miséricorde: « Petit journal »

    Paroles de Jésus : « Oh ! comme j’aime les âmes qui ont une entière CONFIANCE en moi- je ferai tout pour elles. »

    1578 « Les grâces de ma miséricorde se puisent à l’aide d’un unique moyen- et c’est la CONFIANCE. Plus la confiance est grande, plus l’âme reçoit. Les âmes d’une confiance sans borne me sont d’une grande joie, car je verse en elles le trésor entier de mes grâces. Je me réjouis qu’elles demandent beaucoup, car mon désir est de donner beaucoup et de donner abondamment. Par contre, je m’attriste si les âmes demandent peu, si elles resserrent leur cœur. »

    848 « Oh ! quelles grandes grâces j’accorderai aux âmes qui diront ce chapelet, les entrailles de ma miséricorde sont émus pour ceux qui disent ce chapelet. Inscris ces mots, ma fille, parle au monde entier de ma miséricorde, que l’humanité entière apprenne à connaître mon insondable miséricorde, c’est un signe pour les derniers temps, que les hommes aient recours à la source de ma miséricorde, qu’ils profitent du sang et de l’eau qui ont jailli pour eux. »

    467 « Je désire m’unir aux âmes humaines, mon désir est de m’unir aux âmes. Sache ceci, ma fille, que lorsque je viens dans la sainte Communion jusqu’au cœur des hommes, j’ai les mains pleines de toutes sortes de grâces et je désire les donner aux âmes, mais les âmes ne font même pas attention à moi, elles me laissent seul et s’occupent d’autre chose. Oh ! comme cela m’attriste que les âmes n’aient pas compris l’Amour. Elles se conduisent envers moi comme envers une chose morte. »

    484 « Ah, combien il ‘est douloureux que les âmes s’unissent si peu à moi au cours de la sainte Communion. J’attends les âmes et elles se défient de moi. Je veux les combler de grâces- elles ne veulent pas les accepter. Elles me traitent comme quelque chose de mort et pourtant j’ai le cœur plein d’amour et de miséricorde. »
    515 « Pour mes bienfaits, j’obtiens l’ingratitude ; pour l’amour, j’obtiens l’oubli et l’indifférence. Mon cœur ne peut supporter cela. »

    1682 « Si les âmes s’en remettaient complètement à moi, je me chargerai seul de les sanctifier et les comblerai de plus grandes grâces encore.

    Paroles de Marie : « Oh ! combien l’âme qui suit fidèlement le souffle de la grâce est agréable à Dieu ; j’ai donné au monde le Sauveur, et toi, tu dois parler au monde de Sa grande miséricorde et préparer le monde à la seconde venue de Celui qui viendra, non comme Sauveur miséricordieux, mais comme JUSTE JUGE. Oh ! ce jour est terrible. Le jour de la justice a été décidé, le jour de la colère de Dieu, les anges tremblent devant lui. Parle aux âmes de cette grande miséricorde, tant que c’est le temps de la pitié : si tu te tais maintenant, TU REPONDRAS EN CE JOUR TERRIBLE POUR UN GRAND NOMBRE D’ÂMES. N’aie peur de rien, sois fidèle jusqu’à la fin, je compatis avec toi. »

    Marie : « La vraie grandeur de l’âme, c’est d’aimer Dieu et de s’humilier en sa présence, s’oublier complètement soi-même, se sentir comme un rien, car le Seigneur est grand, mais il ne se complait que dans les humbles, Il s’oppose toujours aux orgueilleux ».

    Bon dimanche à tous et que Jésus et Marie bénissent la France, la Sainte Eglise et le monde

    • colombe dit :

      Bonsoir Atanassova, Je voudrais vous dire combien j’aime le journal de sœur Faustine ( une de mes saintes qui font partie de ma vie) Je fais également le chapelet de la miséricorde depuis de nombreuses années, Et comme cela est demandé pour les mourants que j’accompagne.Puisque l’année de la miséricorde est tout pres de nous PRIONS ce merveilleux chapelet oh combien entendu du ciel….

  9. Genty dit :

    J.aime beaucoup le commentaire de Patrick chéneau.ce qui sauvera notre monde.ce ne sont pas les armes à feu.mais nos armes spirituelles.venant du coeur elles ont la puissance de dieu.prions donc et ne nous laissons pas influencer.élevons nos yeux et nos prières vers notre seigneur et sa ste mere qui les entendent

    • Patric Chenaux dit :

      Merci Genty pour votre encouragement. Eh oui au niveau personnel, dans nos rapports avec les autres, nous devons d’abord nous examiner nou-mêmes. Je viens de rentrer de la messe et le prêtre a dit dans son homélie : « la conversion n’est pas seulement pour ceux qui sont hors de l’Eglise, mais elle est aussi pour chacun de nous. Se convertir c’est s’ouvrir à Dieu, et s’ouvrir à notre prochain ». Je résume courtement bien entendu.
      Maintenant quant-à l’Etat, il a un autre devoir, celui de veiller sur nous, de protéger le peuple (et normalement l’Eglise), des méchants à l’intérieur du pays et des agresseurs extérieurs, et malheureusement, l’Etat se sert des armes. C’est ainsi dans ce monde.
      Mais si nous travaillons sur nous-mêmes avec l’aide de la Vierge Marie et du Saint Esprit, notre témoignage portera du fruit, et qui sait, l’Etat redeviendra chrétien et agira avec plus de justice.
      Merci encore pour votre beau commentaire.

  10. Eliane de Rougé dit :

    Merci Père pour cette méditation et cet encouragement à la prière fervente et ardente. Oui Jésus le vendredi saint, sur la Croix, pour chacun de nous est victorieux du mal. Marchons avec confiance, en acte et en vérité, vers la sainteté pour laquelle notre Créateur nous a tous créés.

    • Lagarrigue dit :

      Que le Seigneur Dieu de Miséricorde nous donne la force et le courage de persévérer dans notre foi et notre espérance pour la Paix.
      Il est le chemin, la vérité et la vie. Confions nous sans hésitation à sa grande bonté, son désir ardent de nous donner l’Amour, le bonheur dans tout ce qu’on fait déjà sur cette terre.
      Nos prières sont vouées à trouver grâce auprès de Lui. Notre Maman Marie s’est toujours et continue à contribuer à la réalisation de la volonté de Notre Père, de son Fils Jésus avec l’aide de l’Esprit Saint.
      Confions leur notre chemin ou y parvenir
      Amen

    • Patric Chenaux dit :

      Amen

  11. Chalvet Nicole dit :

    merci!voilà une belle homélie pour la messe de jour.merci Pére Grosjean.

  12. mandonnaud paul de limoges dit :

    Avec Dieu, une parole est valable à un temps puis se réalise aussi pour chaque génération qui suit. Aujourd’hui, des prophètes nous disent : « Toute chair verra le salut de Dieu » convertissez vous a leurs paroles Dieu est proche. Paul
    En quoi Seigneur je prépare ton chemin, en quoi j’aplanis ta route ?

    • Patric Chenaux dit :

      Ça a été le sujet de l’homélie à la messe ce matin. Oui votre question est tellement importante, vitale même.

  13. Patric Chenaux dit :

    L’attente. Combien de temps encore? Combien de mal et de violence doit-on encore voir autour de nous… en nous? Car en fait le problème est là. Souvent on me dit: « oh quelle horrible époque tout va mal, comment les choses peuvent-elles revenir comme avant? » Déjà comme avant, quand? A lire l’Histoire, chaque temps sur cette terre, vallée de larmes, a eu son lot de souffrances. Mais ce n’est pas dans un « comme avant » dont il nous faut attendre, c’est faire ce que le Seigneur attend de nous. Alors je réponds à ces « tout va mal, que faire? » Qu’il faut commencer par soi-même. « Si tu voix la paille qui est dans l’oeil de ton voisin, enlève d’abord la poutre qui est dans ton oeil ».
    Voilà un bel exercice, l’examen de conscience, en ces temps de troubles. Je l’ai écrit à notre Président, à notre Premier ministre aux politiques les plus en avant actuellement: « Comment pensez-vous gagner la guerre contre des « fous de dieu » alors que vous ne cherchez pas la face de notre Dieu et n’appelez pas les français à la Repentance? Ce ne sont pas des marches blanches dont les français ont besoin, mais de processions, ce ne sont pas des minutes de silence, mais la prière, ce ne sont pas des autels laïques remplis de fleurs et de bougies, mais de messes pour le pardon des péchés. »
    Voilà je l’ai écrit. Oh on me dira « ce système est corrompu » et quoi? Saint Jean Baptiste, Notre Seigneur, les Apôtres, n’ont-ils pas prêchés devant des systèmes corrompus? Et Bossuet ne devait-il pas prêcher devant une royauté qui malgré son faste dépèrissait? Et lorsque nous lisons la vie des saints, n’ont-il pas dû vivre, enseigner devant des systèmes corrompus? Certes nous ne sommes pas encore saints et c’est ce qui devrait nous attrister, la seule chose qui devrait nous attrister d’ailleurs, selon Léon Bloy.
    Notre Sainte Mère vivait chaque jour l’Avent avec sérénité. Immaculée, pure de toute souillure, gardée du péché dès sa conception, aimée de toute éternité par le Dieu Trinitaire qui la choisie comme receptacle, Temple, dans lequel Dieu allait de faire Homme. Marie vivait sa vie de jeune fille vierge, fiancée à un homme juste et bon, Joseph. Saint Joseph qui tout comme sa fiancée attendait que les promesses s’accomplissent, que Dieu vienne sauver son peuple. Tous vivaient intensément cet Avent, et pas seulement les Juifs, mais le monde entier. L’attente d’un Sauveur, d’un libérateur était mondial.
    Mais aujourd’hui? Il y a aussi une attente, mais elle est horrizontale, on attent une paix: que l’homme, par lui-même établisse la paix.
    Nous savons que ce n’est pas possible, comme notre Dame de l’Avent savait que l’homme ne pouvait se sauver tout seul.
    Allors, comme notre Bonne Mère, comme Saint Joseph, nous voilà dans l’Avent. Peu de gens attendent le Prince de la Paix? Ne paniquons pas, faisons d’abord un travail sur nous-mêmes. Car si nous voulons voir changer ce monde, il faut commencer par soi-même, toujours. Et si nous voyons dans nos paroisses ceci ou cela qui ne va pas, commençons par nous-mêmes, afin de pouvoir ensuite aider. « Si tu voix une paroisse parfaite, n’y entre pas, elle ne le sera plus » m’a dit un homme sage. Mais cela n’est pas trop dans notre nature plutôt impatiente, plus prompte à juger qu’à se juger. Alors l’Eglise dans sa Sagesse, guidée par le Saint-Esprit, nous donne ces temps en violet, où nous pouvons tout specialement nous examiner nous-mêmes et demander au Seigneur pardon, corriger ce qu’il y a à corriger. C’est difficile? Oui, alors le Seigneur nous donné une aide, le Saint-Esprit, oui qui nous convainc que nous sommes pécheurs et sa Mère, Notre Dame de l’Avent, qui nous prend par la main et nous aide patiemment, comme une douce mère apprend à son enfant à marcher.
    Nous voilà déjà au deuxième dimanche de l’Avent, comme ça passe vite, est-ce que j’aurai fait le nécessaire, pour boucher quelques trous, applanir une montagne ou deux pour recevoir très vite Celui qui vient? Je me le demande et je ne peux que lever les yeux vers les montagnes, d’où me viendra le secours, le secours nous viens du Seigneurqui a fait le ciel et la terre.
    Notre Dame de l’Avent, priez pour nous.

    • Ange dit :

      AMEN !

      • Landrin dit :

        Merci pour cette remise à plat pour se tourner vers le Père en priant

        • Patric Chenaux dit :

          Oui, il le faut et ce matin à la Messe (je n’avais pas lu les lectures et l’Evangile du jour quand j’ai ecrit mon commentaire), le prêtre nous a exhorté à nous convertir, nous tourner, comme vous dites, vers le Père et aussi vers le prochai’. De quoi méditer, n’est-ce pas?
          Merci pour votre commentaire encourageant et engageant.

      • Patric Chenaux dit :

        Merci Ange, et surtout remercions Notre Seigneur et sa divine Mère parce que sans eux…

    • Cordenod dit :

      Amen… Notre Dame de L’avent priez pour nous !

    • Nicole Lefèvre dit :

      Oui, Monsieur Cheneaux, vos réflexions sont toujours édifiantes.
      Il est bien dommage de dépenser de l’énergie pour des marches, fleurs et bougies sans prières, avec le vide en soi.
      Il y a sans doute une attente non dite, inconsciente. Le peuple est probablement dans une attente, dans un Avent sans le savoir, une espérance de vie avec les fleurs et les lumières des bougies, sans savoir lui donner un nom.
      Tout est si beau, et les gens passent à côté de la Vie, de la Lumière et de la Joie sans le savoir, en déprimant alors que la Vérité est si belle !
      Ils ont désappris et nos société s’emploient à tuer les lueurs de vie au fond des êtres. Ils n’ont de repères souvent que sur leur propre réflexion humaine ou bien celle qui est issue de la pensée unique qui est la « bonne » pensée imposée, obligatoire.
      Il y a du travail d’évangélisation pour arriver à les atteindre !
      On aurait envie de crier : »Mais Il est là, Celui qui vous manque et que vous dites absent ou non existant ou bien qui veut le mal puisque celui-ci existe et qu’il semble ne pas l’empêcher ! Ne le cherchez pas loin, Il est au fond de vous, au plus intime, au fond des êtres proches et lointains que vous aimez, ceux qui aiment, ceux qui souffrent, les persécutés et aussi… ceux qui sont aveuglés et font le mal. Il est là fond des coeurs, criant : « J’ai soif ! », Il est le tout-Puissant, créateur de tout, et cependant réduit à l’impuissance, à l’extrême faiblesse jusqu’à mendier un geste, un signe, un mot, un désir surtout, de chacun de nous.
      « Voici le signe que vous trouverez »… Il se fait petit Enfant, faible et fragile, à notre merci. Peut-on ne pas avoir envie d’aimer et de chérir et protéger un petit Nouveau-Né dans le froid d’une étable, sur la paille, déjà offert en Nourriture, comme en pâture aux hommes.
      « Celui qui boira de cette eau n’aura plus jamais soif »… La Source est là à notre portée.
      Mon Dieu, Lumière dans nos nuits, viens ouvrir les yeux des aveugles que nous sommes, viens être Vie dans toutes nos morts !
      Par notre Maman que Tu nous as légués, Mère de Miséricorde !

      • Patric Chenaux dit :

        Merci, beaucoup pour votre magnifique commentaire. Il y a oui une attente chez les gens, ils ne savent plus quoi, alors soy8ns les Témoins de Jésus, avec joie, patience et amour. Merci encore.

    • atanassova dit :

      Une petite pensée pour vous aujourd’hui, Patric, cette date qui a marqué votre vie. Je suis heureuse que vous avez été ramené par Dieu dans le vrai bercail- l’église catholique, la seule vraie.
      Prions tous pour les frères séparés, les schismatiques et les sectaires, ainsi que pour la conversion des pauvres pécheurs, cette dernière prière est la plus agréable à Dieu.

      • Patric Chenaux dit :

        Oui tout-à fait, prions. Et merci pour votre pensée. Puissions-nous être unis dans la prière, car je sais que sans les prières de ma grand-maman, ma grande-tante (toutes les deux s’appelaient Marie) et de ma maman, et tout particulierement de catholiques que je connaissais à Reims ou par internet, je serai encore certainement dans les ténèbres. L’efficacité de la prière. Merci encore.