Sur la route du Calvaire

5 ème jour de la Neuvaine préparatoire à la Consécration de nous-même à Jésus par Marie, en la fête de Notre Dame des Victoires

Inscrivez-vous sur http://www.notre-dame-de-france.com

MARIE RENCONTRE JÉSUS SUR LA ROUTE DU CALVAIRE 

 

ob_e5382d_n-4-le-chemin-de-croix-quatrieme-sta
image-2886

Souvenez-vous, divine Mère, de votre douleur quand vous avez rencontré Jésus sur la route du Calvaire. Vos deux regards se sont croisés.

Dans quel état vous avez trouvé votre Fils !

Sa Sainte Face est couverte de poussière, de sang et de crachats.

La foule qui l’entoure crie sa haine pour Celui qui n’est qu’amour : une haine qui vous ferait peur si votre foi n’était la plus forte.

Votre Cœur douloureux se sent brisé.

Vous voudriez Le soulager et L’aider. Vous ne pouvez que L’offrir au Père.

Et offrir à votre Jésus le soutien de votre Cœur broyé, mais fort et généreux, voulant aller avec Lui jusqu’à la consommation du Sacrifice par la mort ignominieuse.

Vos deux Cœurs douloureux se comprennent…

Vos deux Cœurs douloureux se soutiennent.

Par votre douleur commune, très saints Cœurs de Jésus et de Marie, ayez pitié des pauvres pêcheurs.

Regardez avec amour, Seigneur, votre Église, pour la protéger ; son Chef, notre Saint-Père bien-aimé, pour l’assister ; ceux qui souffrent pour leur foi, en votre Nom, pour les réconforter.

Regardez avec miséricorde les pays où votre Église est persécutée et, par les larmes de votre Mère, ramenez partout la liberté religieuse et la paix.

Daignez aussi nous aider à suivre Jésus ; à porter notre croix avec Lui ; à nous abandonner, comme Lui, à la volonté du Père.

Par votre Cœur douloureux et immaculé, Mère généreuse et forte, obtenez-nous, si c’est la gloire de Dieu, les grâces dont nous avons besoin…

Nous avons confiance en vous.

Cœur douloureux et immaculé de Marie, priez pour nous.

Père Saint, je vous offre toutes les douleurs de Jésus et de Marie sur le chemin du Calvaire, afin d’obtenir aux hommes coupables la miséricorde et le salut.

Un acte de consécration: du Père Maximilien Kolbe

Immaculée-Conception, Reine du ciel et de la terre

Refuge des pécheurs et Mère très aimante à qui Dieu voulut confier tout l’ordre de la miséricorde me voici à tes pieds, moi, pauvre pécheur.

Je t’en supplie, accepte mon être tout entier comme ton bien et ta propriété; agis en moi selon ta volonté, en mon âme et mon corps, en ma vie et ma mort et mon éternité.

Dispose avant tout de moi comme tu le désires, pour que se réalise enfin ce qui est dit de toi:« La Femme écrasera la tête du serpent »; et aussi : « Toi seule vaincras les hérésies dans le monde entier ».Qu’en tes mains immaculées, si riches de miséricorde, je devienne un instrument de ton amour capable de ranimer et d’épanouir pleinement tant d’âmes tièdes ou égarées.

Ainsi s’étendra sans fin le Règne du Cœur divin de Jésus.

Une dizaine de chapelet.

 

 

 

 

 

 

Tagués avec :
14 commentaires sur “Sur la route du Calvaire
  1. colombe dit :

    Merci Sylvaine pour votre présence avec nous pendant la neuvaine.Continuons a prier avec ceux et celles qui dans l’ombre prient avec nous.

  2. colombe dit :

    Mère des douleurs, ton visage si beau MARIE qui a souffert en voyant celui de ton fils sur le chemin du calvaire , nous appelle a être des témoins de l’amour.Oui soyons reconnaissants et témoignons de notre amour pour notre JÉSUS. Consacrons nous entièrement a lui et avec MARIE sa mère et notre mère .En réparation de nos infidélités, offrons lui notre cœur et faisons en sorte de ne plus l’offenser, lui et sa sainte mère. Soyons des porteurs d’évangile, et appliquons les commandements pour rester fidèle jusqu’ au bout du chemin que DIEU aura tracer pour nous. Frères et sœurs en Christ relevons la tête, et soyons fort de notre FOI et des sacrements reçus a notre baptême.N’ayons pas peur d’avancer avec JÉSUS , car avec lui la vraie vie nous est assurée puisqu’il est le chemin la vérité et la vie.Il est le verbe éternel, ne l’oublions pas. Bonne continuation a vous tous.

  3. Patric Chenaux dit :

    Imaginons l’instant dramatique de la rencontre de Jésus, portant sa Croix, et de sa Mère. Certes les Evangiles n’en parlent pas – et cela nous l’est reproché – mais l’Eglise nous enseigne que cet événement à vraiment eu lieu. Et il est d’une très grande importance, à tel point que nos images pieuses ne rendent pas assez l’intensité de cette rencontre. Voyez Jésus tout propre, qui prend Marie dans ses bras. Alors l’image pieuse va peut-être plus loin, et regarde au fait que Jésus est vainqueur et que Marie si elle est ce qu’elle est, c’est grâce à lui. Oui il se peut. Mais si nous voulons suivre le Christ en portant notre croix, et comprendre que Marie vient à notre rencontre jusque dans les pires situations, il serait bien de nous rappeler cette scène déchirante du film de Mel Gibson « La Passion du Christ ».
    Jésus ensanglanté après avoir été maltraité depuis son arrestation et même pendant son portement de Croix, sans parler de la flagellation horrible, Jésus est presque méconnaissable, son corps n’est que douleur. Il porte cette croix lourde, le poid de nos péchés, tout en ployant sous ce poids, ses force commencent à lui manquer, un homme normal serait peut-être déjà mort, mais Jésus est venu pour vaincre. Son chemin de Croix, il le fera jusqu’au bout. Mais voilà Jésus tombe, et Marie qui n’est pas très loin, voit son Amour, son Fils tomber. Alors Mel Gibson qui nous montre à longueur de film de magnifiques flashbacks, où la douceur est mise en face de la douleur, des douleurs de la Passion, Marie revoit l’Enfant Jésus tout petit, courir, trébucher et tomber, rien de grave, mais Marie crie son nom : Yeshouah et court vers l’enfant qui n’a rien, le prend dans ses bras et le console. Elle réagit de même en voyant son Fils tomber sous le poids de la Croix. Elle court vers Jésus, le prenant dans ses bras, et Jésus de lui dire: « Mère je suis en train de tout accomplir ». Cette scène est bouleversante. Ah et Mel Gibson met dans la bouche d’un soldat romain un phrase comme: « laissez-là, c’est sa mère. »
    Alors devant tant d’amour dans un instant si violent où la haine se déchaîne sur le Fils de Dieu, nous pouvons que retenir cette leçon admirable pour nous pauvres pêcheurs.
    Notre vie est un chemin de croix. Nous aussi, à la suite du Christ, nous ployons sous le poids de la croix, à cause parfois de nos propres péchés de notre orgueil aussi, et comme ce roi de Jérusalem nous n’arrivons pas à avancer, car nos habits, aux yeux du monde sont trop précieux, alors il nous faut passer par le Sacrement de réconciliation et nous retrouvons l’habit du pénitent, habit que nous ne devrions jamais laisser, même si nous ne montrons pas au autre notre vie de pénitent, afin de ne pas passer pour un grand saint: « Lorsque tu jeûne, parfume-toi la tête ». Alors il arrive parfois que sous le poids de cette croix, des épreuves que nous rencontrons et les plus pénibles se trouvent souvent dans notre famille, voir au sein de notre paroisse ou communauté, eh bien il arrive qu’on en puisse plus et on tombe.
    On tombe en pleurant, en cherchant le secours dont nous avons besoin, on tombe de fatigue, on tombe à cause des coups reçus qui font parfois très mal, et soudain deux mains nous prennent et Marie nous serre prêt de son Coeur. Oui, Marie, nous voyant chanceller et tomber, se rappelle de ce petit Enfant Jésus tomber au début de sa marche, et se rappelle de son Fils tomber sous le poid de la Croix et à causse des coups qu’il a reçu.
    Ce n’est pas la haine du monde qui empêche Marie d’accourir, les démons comme les gardes romains sont obligés de dire: « laisse-là c’est sa Mère ». Et Marie nous prend dans ses bras maternels, emplis de douceur. Elle le fait tout le temps, même si nous ne le ressentons pas. Elle vient, c’est certain. Nous sommes ses enfants et elle ne peut pas ne pas venir. C’est son rôle de Mère notre « Bonne Mère » comme disent les Marseillais. Les pêcheurs, lorsque, fourbis par une nuit de travail rentrent au port, ils ont comme guide la statue de la Bonne Mère, rien que de la voir cela leur redonne courage et force. Ils arrivent à bon port. Alors nous dans les nuits que nous traversons, il y a Marie qui est là et qui veille sur nous et si elle voit que nous tombons, elle se précipite nous prend dans ses bras et nous console nous fortifie et nous donne de pouvoir dépasser ce seuil, nous relever et repartir en montant la montagne du salut, afin de nous unir à son Fils pour une joie eternelle, un amour éternel que plus rien ne saurait perturber.
    « Vous ne serez pas tenté (ou éprouvé, c’est le même mot dans l’original) au delà de vos forces » mais comment cela, bien des épreuves nous arrêtent dans notre marche et nous découragent, parfois nous font pleurer… outre nos péchés, il y a la haine du monde, la méchanceté de nos proches… alors nous nous sentons defaillir, submerger par la douleur, nous déposons tout aux pieds de Jésus, mais nous constatons que nous continuons de tomber. Alors, au lieu de regarder ce seuil qui paraît infranchissable, au lieu d’aller trouver des psys qui souvent ne sont pas croyants et ne peuvent nous aider, il faut regarder au delà du seuil, au sommet du mont, là où nous feront l’union à Dieu, et il nous faut nous laisser prendre par les bras de Marie. Je dis bien, nous laisser prendre. Jésus ne l’a même pas appelée. Marie voit son tout petit, son Fils aimer tomber, elle accourt et vient le fortifier. Soyons des chrétiens spirituels, et ayons confiance en Notre Mère, c’est la dernière demande du Rosaire, d’avoir confiance en son Intercession, mais en son aide aussi.
    Le chrétien médiocre, lorsqu’il tombe cherche à s’en sortir humainement, il a rejeté tout ce qui fait du christianisme une religion vivante, la religion vivante, car nous sommes au service du Dieu vivant et des vivants. Le chrétien spirituel, voit tout d’une manière spirituelle, il analyse tout avec les yeux de Dieu, inhabité par l’Esprit Saint, nourri de la Parole et des Sacrements, il sait que lorsqu’il tombe sous ce poid terrible de la croix, mais aussi des douleurs, des coups bas, dans le dos, au visage, il sait que Marie surgit et le console, le fortifie et le chrétien spirituel peut dire à Marie: « Mère, tu vois j’accomplis, avec ton aide, ce pourquoi ton Fils m’a appelé ».

    • Nicou dit :

      Merci Patric

      Bonne journée à vous et bonne continuation

      Une bonne et sainte année à tous les amis de la neuvaine!

    • EDITH dit :

      Merci Patric de nous faire participer à ta contemplation, tu moulines le grain afin que nous puis sions faire, avec le levain de l’Esprit et le four plein de foi de Marie et de la Trinitė, notre pain, en ce monde violent. Soit Bonne Mère Présence pour tous ceux qui ont besoin de toi, y compris nous tes enfants, consacrés à toi et à Jésus, avec l’arme du ciel.

    • colombe dit :

      AMEN et merci pour ce commentaire Patric

      • Millot dit :

        Amen et mercie pour tout vos commentaires qui sont très profond sa me touche énormément je suis contente de pouvoir a nouveau faire cette neuvaine avec vous que dieu vous bénis sylvaine

        • EDITH dit :

          Merci à vous Sylvaine et bonne neuvaine.

        • Patric Chenaux dit :

          C’est moi qui vous remercie. Nous formons une famille dans cette neuvaine et chaque membre apporte quelque chose, tous cela pour notre Seigneur et notre Mère que nous aimons toutes et tous.

      • Patric Chenaux dit :

        Merci beaucoup Colombe.