Le sourire de l’ange

Abbé Philippe de Maistre
image-2825
Le saviez-vous ? D’après le talmud qui transmet une part de la tradition juive, la petite rigole que nous avons entre le nez et la bouche – le philtrum – serait la trace du doigt que, dans un sourire, notre ange gardien posa sur notre lèvre au jour de notre naissance, pour que nous taisions les secrets divins entourant notre venue au monde. Merveilleuse pudeur qui sait protéger ces premiers instants connus de la mère et de Dieu seuls…

Dans l’obscurité de la grotte de Bethléem, l’ange du Seigneur aurait-il posé son doigt sur la bouche du nouveau-né ? Le fait est que l’enfant puis le jeune homme demeura silencieux pendant 30 ans, à Bethleem, en Egypte et à Nazareth, jusqu’au jour de son baptême au Jourdain. Marie garda elle aussi le secret sur les circonstances de cette naissance conservant avec soin tous ces évènements et les méditant en son cœur[i]. Mais à qui sait lire le récit des évangiles, celles-ci ne nous sont pas demeurées inconnues. L’Eglise sut lire entre les lignes des récits de Luc, Matthieu et même du Prologue de Saint Jean… Marie les aurait-elle révélées à Jean, le disciple bien-aimé, qui à son tour les aurait transmises à Luc et à d’autres ? Toujours est-il que l’Eglise garda ces confidences comme un trésor demeuré caché aux sages et aux savants et révélés au plus petits[ii] et proclama le dogme de la naissance virginale de Jésus.

Vous avez bien lu : la naissance virginale. Et non seulement : la conception… Mais qui parle encore de cela ? Précisons donc : si Marie a conçu l’enfant sans rapport avec un homme, la naissance de Jésus n’a pas d’avantage altéré l’intégrité virginale de sa mère, la « consacrant » même[iii]. La liturgie de l’Église célèbre Marie comme la Aeiparthenos, «  toujours vierge ». Elle n’a donc pas connu les souffrances de l’enfantement, échappant à la malédiction des filles d’Eve : Je multiplierai les peines de tes grossesses, dans la peine tu enfanteras des fils.[iv]

stjo-noel_PGD7328
image-2826
Nul besoin de péridurale ou d’assistance médicale… La naissance de Jésus s’est faite sans douleur aucune ! Naissance toute de lumière, sans altération du sein maternel. Mais chut !… Nous n’en dirons pas plus, respectant le silence sacré imposé par l’ange et résistant à la curiosité maladive de notre époque qui prétend tout décortiquer, tout comprendre, tout expliquer. Contentons-nous de contempler ce mystère et de nous en émerveiller : le sauveur, en entrant dans le monde, n’a pas fait souffrir sa mère, il n’a pas altéré son intégrité, la consacrant au contraire et la comblant au-delà de ses espérances.

Me viennent en mémoire ces mots de Benoit XVI lors de son intronisation : « N’avons-nous pas tous peur – si nous laissons entrer le Christ totalement en nous, si nous nous ouvrons totalement à lui – peur qu’il puisse nous déposséder d’une part de notre vie? N’avons-nous pas peur de renoncer à quelque chose de grand, d’unique, qui rend la vie si belle? Ne risquons-nous pas de nous trouver ensuite dans l’angoisse et privés de liberté? Non! Celui qui fait entrer le Christ ne perd rien, rien – absolument rien de ce qui rend la vie libre, belle et grande. Non! Dans cette amitié seulement s’ouvrent tout grand les portes de la vie. Dans cette amitié seulement se dévoilent réellement les grandes potentialités de la condition humaine. Dans cette amitié seulement nous faisons l’expérience de ce qui est beau et de ce qui libère. Ainsi, aujourd’hui, je voudrais, avec une grande force et une grande conviction, à partir d’une longue expérience de vie personnelle, vous dire: n’ayez pas peur du Christ! Il n’enlève rien et il donne tout. Celui qui se donne à lui reçoit le centuple. Oui, ouvrez, ouvrez tout grand les portes au Christ – et vous trouverez la vraie vie. Amen »[v]

Marie peut nous apprendre à ne pas redouter la venue du Christ en nos vies. Il n’enlève rien et il donne tout ! Lui, le Prince de la paix, loin de déchirer nos vies, les restaure au contraire. Combien ce message est précieux à l’heure où certains tuent au nom de Dieu, lui donnant un visage qu’ils n’oseraient donner à leur pire ennemi ! Chers amis, que la merveille de cette naissance virginale cachée aux sages et aux puissants de ce monde nous garde et nous libère de ce cauchemar. Loin du tumulte de ce monde angoissé, n’ayons pas peur de Jésus ! Il n’enlève rien et il donne tout.

Pour nous en convaincre, contemplons le sourire échangé par l’enfant et sa mère comblée. Et laissons le sourire de l’ange qui posa son doigt sur ces deux bouches radieuses nous illuminer.

Joyeux Noël !

Père de Maistre

[i] Lc 2, 19.

[ii] Mt 11, 25.

[iii] Lumen Gentium 57.

[iv] Gn 3, 16.

[v]24 avril 2005: Messe solennelle d’intronisation du Pape Benoît XVI, homélie.

18 commentaires sur “Le sourire de l’ange
  1. Claire dit :

    Merci Père. Votre méditation fait monter sur mes lèvres ce refrain avec sa mélodie: Je ne puis craindre un Dieu qui pour moi s’est fait si petit ! Je l’aime car il n’est qu’amour et miséricorde, je l’aime car il n’est qu’amour.
    Quand notre intelligence veut scruter le mystère divin -et elle a raison – c’est pour tomber a genoux en contemplation! Joyeux Noël!

  2. Genty dit :

    Merci mon père pour cette très belle explication.jesus est bien la lumière du monde qui eclaire nos vies dans ce monde difficile et plein de peurs.marie notre sainte mère nous répond lorsque nous lui adressons nos prières venant du coeur.nous l.aimons

  3. Patric Chenaux dit :

    Quelle belle meditation. Et j’ai souligné cette phrase: « Marie peut nous apprendre à ne pas redouter la venue du Christ en nos vies. » C’est ce que dit Saint Louis Marie Grignion de Montfort. Marie est la porte des humbles, elle nous conduit en douceur vers Jésus et nous permet de le recevoir sans redouter sa grandeur, sa majesté. « Jésus est Seigneur à la gloire de Dieu le Père », nous dit la Bible. Ouh là, comment m’approcher? « Vous serez parfaits comme mon Père céleste est parfait », aïe me voilà mal. « Celui qui persévérera jusqu’au bout sera sauvé. Ouf, mais vais-je y arriver? « Vas et ne pêche plus », je suis si faible. Justement Marie nous accompagne, intercède pour nous, nous donne des grâces, même l’Esprit, oui car son Fils bien-aimé ne peut rien refuser à sa Mère tan honorée et aimée par Lui.
    « Par Marie à Jésus » c’est aussi la joie de Noël, Marie offrant le divin Enfant en le couchant dans la mangeoir.
    Joyeux Noël.

    _____________________________________________________________________________

    Remarques 1. Ce qui m’inquiète un peu, (sans vouloir faire celui qui en sait plus, le Seigneur sait que j’aimerais me taire), c’est le fait de citer le Talmud, ouvrage qui nie formellement que Jésus est né de la Vierge Marie, qu’il est Dieu, deuxième personne de la Sainte Trinité.
    2. Nos pères savaient comment le Fils de Dieu est né, ils le disaient, alors pourquoi ne pas le dire ici? de toute facon vous devez le savoir n’est-ce pas?

  4. colombe dit :

    Cette lumière si éblouissante ou l’enfant DIEU est venu, cette lumière qui nous guide chaque jour de plus en plus vers le père nous la devons grâce a MARIE qui a accepter de porter dans son sein le fils du DIEU tout puissant.Merci père pour ce sourire de l’ange, et merci MARIE pour cet enfant que tu nous donnes…JOYEUX NOËL a vous tous.

  5. lafforest dit :

    et merci à Toi, Père qui as créé l’homme,capable de coopérer à la création, en inventant …La Toile ,qui nous permet de recevoir ces merveilles, et de les diffuser !

  6. Nicole Lefèvre dit :

    Vraiment magnifique ! Merci cher Père de rappeler ces Mystères, d’appeler à contempler, à accueillir, ce n’est pas assez dit.
    C’est vrai qu’à notre époque on veut tout prouver et tout diriger, contrôler, et même critiquer.
    Mais là, c’est si beau, je préfère rester dans ce si grand Mystère et toucher un peu cette Vérité première : que Dieu est tellement plus grand que nous, tellement au-dessus de nos pensées ! tout en se faisant si petit pour être à la taille de nos coeurs et nous faire grandir doucement avec Lui…
    Très heureuse Nativité à vous et à tous les frères et soeurs Internautes qui ont la grâce de recevoir ce cadeau que nous nous faites, et d’accueillir le Fils et la Mère et le Père… etc. dont nous sommes les bienheureuses demeures.

  7. Esperance2 dit :

    Très beau, très vrai. Merci beaucoup. En grande communion, merci Seigneur, Joie de Noël pour tous.

  8. Jean Mériel dit :

    L’auteur d’une si belle méditation qui est-il? Son texte est une merveille et, pour moi, une nouveauté à laquelle je crois spontanément tant la chose paraît évidente. Merci.

  9. besm dit :

    la vision de la naissance de Jésus décrite par Maria Valtorta (tome 1 de son « Evangile tel qu’il m’a été révélé ») confirme ce secret de Marie « Aeiparthenos ».
    Nous chanterons ce soir avec cœur et avec les anges « Gloria in excelsis Deo »

  10. Paul dit :

    Mais chut ! … nous n’en dirons pas plus.
    Comme cela est bien dit,
    tout comme le commentaire de Benoit XVI.
    Merci pour cette belle méditation.

  11. fain.therese@sfr.fr dit :

    Le seigneur fit pour moi des merveilles eternelle est son Amour

  12. Henri de Palmas dit :

    Merci, cher Père, pour cette très belle prière à faire dans la grotte de nos crèches. Très joyeux Noël à vous aussi.

  13. Marie Pierre Muraccioli dit :

    Gracie mon père

  14. Louvet Philippe dit :

    Certainement que Jésus est né dans une extase de la Vierge Marie et les anges ne devaient pas manquer auprès d’Elle pour la servir. Magnificat!

  15. Pradal André dit :

    A lire et à relire…
    A méditer…
    Merci

  16. michelle dit :

    Merci, oh, combien… Ce texte est magnifique.

  17. Jean-Marie dit :

    MERCI !
    Vraiment magnifique !