La terre et les morts

barrès
image-1303
« Le terroir nous parle et collabore à notre conscience nationale, aussi bien que les morts. C’est même lui qui donne à leur action sa pleine efficacité. Les ancêtres ne nous transmettent intégralement l’héritage accumulé de leurs âmes que par la permanence de l’action terrienne.

Dans cette assemblée où chacun se fait une idée si nette de la patrie, je ne viendrai pas aviver votre sentiment pour le lieu de France où vous êtes né, où peut-être repose la dalle funèbre de vos parents. Pourquoi troubler vos âmes ? Je m’adresse à votre raison, et spécialement à votre raison politique.

C’est en maintenant sous vos yeux les ressources du sol de France, les efforts qu’il réclame, les services qu’il rend, les conditions enfin dans lesquelles s’est développée notre race, forestière, agricole et vigneronne, que vous comprendrez comme des réalités, et non comme des mots, nos traditions nationales, et qu’en même temps vous apprécierez les forces nouvelles qui ont grandi sur notre sol.(…)

Pour être féconde d’ailleurs, cette connaissance n’a pas besoin d’être réfléchie. Il participe naturellement de la conscience nationale, il est nécessairement d’accord avec les destinées du pays, alors même qu’il ne saurait pas les formuler, celui qui, plongé par son hérédité dans un milieu, en suit insensiblement les évolutions. L’administrateur et le législateur peuvent s’inspirer dans toutes leurs mesures de ce grand principe : la patrie est plus forte dans l’âme d’un enraciné que dans celle d’un déraciné.

Est-ce à dire que nous voulions nous mettre en travers d une évolution générale et, par je ne sais quelle discipline évidemment impuissante, attacher l’individu à son clocher comme l’animal à son pieu ?

Indigne supposition. Si les attaches qui retiennent un individu à son lieu de naissance doivent être rompues, je ne m’en plains pas, pourvu que, dans le lieu où il ira se fixer, il puisse prendre des attaches locales. Si les vieux préjugés héréditaires de caste ou de paroisse qui faisaient une raison aux petits groupes doivent être dissipés, je m’en féliciterai, à condition qu’un néant moral ne leur succède pas et que le petit génie local demeure dans sa région pour animer d’une nuance d’âme particulière la science internationale. »

Maurice Barrès, La Terre et les Morts Sur quelles réalités fonder la conscience française (1899)

12 commentaires sur “La terre et les morts
  1. colombe dit :

    Elle est vraiment sainte notre FRANCE, pour tout son sang versé , pour tous nos saints qui ont foulé son sol.Pour nos ancêtres , j’ai appris beaucoup sur mon pays depuis cette neuvaine ou l’on a fait resurgir un passé plein de richesse .Oui notre FRANCE a de belles racines puisqu’elle est baignée par plusieurs mers. Ne désespérons donc pas, notre terre continuera de nous donner des saints bien enracinés .

    • Espérance dit :

      « Le BAPTEME de Clovis
      marque la naissance d’une grande nation:
      la tribu de Juda de l’ère nouvelle. »

      Saint PIE X, 28 décembre 1907

      • Espérance dit :

        « Je vous rassemblerai de tous les pays, dit Le SEIGNEUR,
        Je verserai sur vous une eau pure,
        et vous serez purifiés,
        Je vous donnerai un ESPRIT NOUVEAU.
        Ainsi, par vous, Je montrerai que
        JE SUIS le DIEU SAINT. »
        Livre de l’Exode 36:23-23

        « Heureux ceux qui approchent de Ton autel, SEIGNEUR;
        Heureux les habitants de Ta maison:
        ils peuvent toujours Te louer, mon Roi, mon DIEU ! »
        Psaume 83:5

    • SYLVIE dit :

      Tout à fait Colombe, la Neuvaine nous permet d’espérer pour notre magnifique patrie de France ❤️

  2. Espérance dit :

    « Les ancêtres ne nous transmettent intégralement
    l’héritage accumulé de leurs âmes
    que par la permanence de l’action terrienne. »
    Maurice Barrès

    « En ces jours-là, sur le Sinaï,
    DIEU prononça toutes les paroles que voici:
    « JE SUIS LE SEIGNEUR TON DIEU,
    qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte,
    de la maison d’esclavage.

    Tu n’auras pas d’autres dieux en face de moi.
    Tu ne feras aucune idole,
    aucune image de ce qui est là-haut
    dans les Cieux, ou en bas sur la Terre,
    ou dans les eaux par-dessous la Terre.
    tu NE TE PROSTERNERAS PAS devant CES DIEUX,
    pour leur RENDRE un CULTE.

    CAR MOI, LE SEIGNEUR TON DIEU,
    JE SUIS UN DIEU JALOUX:

    chez ceux qui me haïssent,
    Je punis la faute des pères sur les fils,
    jusqu’à la troisième et la quatrième génération;
    mais CEUX QUI M’AIMENT
    et OBSERVENT MES COMMANDEMENTS,
    Je leur montre MA FIDELITE jusqu’à la millième génération.
    Tu n’invoqueras pas en vain le Nom du SEIGNEUR ton DIEU,
    car le SEIGNEUR ne laissera pas impuni
    celui qui invoque en vain Son Nom.

    Souviens-toi du jour du SABBAT pour le sanctifier.
    Pendant six jours tu travailleras
    et tu feras tout ton ouvrage;

    mais le SEPTIEME JOUR est le JOUR du REPOS,
    Sabbat en l’honneur du SEIGNEUR ton DIEU:

    tu ne feras aucun ouvrage,
    ni toi, ni ton fils, ni ta fille,
    ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes,
    ni l’immigré qui est dans ta ville.

    Car en six jours le SEIGNEUR a fait le ciel,
    la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent,
    mais IL S’EST REPOSE LE SEPTIEME JOUR.
    C’est pourquoi Le SEIGNEUR A BENI le jour du SABBAT
    et l’a sanctifié.

    Honore ton père et ta mère,
    afin d’avoir longue vie
    sur la Terre que te donne Le SEIGNEUR ton DIEU.
    Tu ne commettras pas de meurtre.
    Tu ne commettras pas d’adultère.
    Tu ne commettras pas de vol.
    Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.
    Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain;
    tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain,
    ni son serviteur, ni sa servante,
    ni son bœuf, ni son âne:
    rien de ce qui lui appartient. »

    Lecture du Livre de l’Exode Ex 20:1-17
    La Loi fut donnée par Moïse

    • Espérance dit :

      « Frères,
      alors que les Juifs réclament des signes miraculeux,
      et que les Grecs recherchent une sagesse,
      nous, nous proclamons un MESSIE crucifié,
      scandale pour les Juifs,
      *folie pour les nations païennes.

      Mais pour ceux que DIEU appelle,
      qu’ils soient juifs ou grecs,
      ce MESSIE, ce CHRIST,
      est puissance de DIEU et sagesse de DIEU.

      Car ce *qui est folie de DIEU est plus sage que les hommes,
      et ce *qui est faiblesse de DIEU est plus fort que les hommes. »

      Première lettre de Saint Paul Apôtre
      aux Corinthiens 1 Co 1:22-25
      « Nous proclamons un MESSIE crucifié, scandale pour les hommes,
      mais pour ceux que DIEU appelle, IL EST SAGESSE DE DIEU

      • Espérance dit :

        « JESUS connaissait bien l’homme,
        IL savait sa promptitude à accuser DIEU,
        à s’en détourner ou à vouloir prendre Sa place.

        Non seulement il était un homme parmi eux, mais il allait
        – quelle *folie ! quelle sagesse ! –
        révéler l’homme à lui-même en montrant
        ce qu’il en est d’être homme en plénitude : donner sa vie.
        Et Là – quelle *folie ! –,
        ce ne sont plus les comptoirs et les étals qui sont renversés,
        C’EST TOUT L’HOMME qui est RENVERSE !

        Depuis Le CHRIST, tout l’homme, tout homme
        est appelé à faire cette expérience de renversement
        quand il est touché par la puissance
        qui s’exprimé au travers d’une infinie faiblesse.
        Ce qu’il y a dans l’homme est tracé.
        IL EST CHEMIN de CONVERSION.

        N’est-il pas renversant de pressentir
        la puissance de ce DON définitif,
        par lequel chacun reçoit la GRACE de mourir au péché
        et de RENAITRE à la VIE dans l’ALLIANCE aimante de DIEU? »

        Marie-Dominique Trébuchet
        Enseignante à l’Institut catholique de Paris
        Prions en Eglise

        • Espérance dit :

          « GLOIRE au CHRIST, Sagesse éternelle du DIEU VIVANT.
          GLOIRE à Toi, SEIGNEUR.

          DIEU a tellement aimé le monde
          qu’IL a donné Son FILS unique,
          afin que ceux qui croient en Lui
          aient la VIE éternelle.

          GLOIRE au CHRIST, Sagesse éternelle du DIEU VIVANT.
          GLOIRE à Toi, SEIGNEUR. »

          Saint Jean 3:16

          • Espérance dit :

            « Celui qui veut entrer dans le Temple
            doit entrer en JESUS.
            Il doit entrer non pas animé par un esprit mercantile,
            mais par L’ESPRIT de JESUS,
            L’ESPRIT de l’AMOUR gratuit pour le PERE
            et pour ses frères en humanité.

            Nous aussi
            nous avons sans doute
            à chasser les vendeurs du temple:
            refuser toutes les formes de religiosité
            qui sont, plus ou moins ouvertement,
            des relations de donnant-donnant avec DIEU.
            Cela est typique des religiosités naturelles
            où l’on doit sacrifier quelque chose à DIEU
            pour obtenir en retour ses faveurs.
            Ce n’est pas alors notre PERE céleste
            que nous adorons mais une idole,
            adoration qui peut cacher une idolâtrie
            que nous nous portons à nous-mêmes.

            Car DIEU est alors instrumentalisé,
            réduit à un moyen pour atteindre nos fins.
            C’est ici qu’il nous faut réentendre
            ces paroles de la première lecture (Ex 20):
            « tu ne te feras aucune idole, car moi,
            LE SEIGNEUR TON DIEU, JE SUIS UN DIEU JALOUX”.

            JESUS est un Temple totalement pur
            où il n’y a de place
            pour aucun marchandage
            mais où tout est gratuit, pure GRACE.
            JESUS, en fait,
            que ce soit avec son PERE ou avec ses frères,
            vit la logique du DON,
            de la gratuité et de la liberté
            de l’AMOUR authentique.

            Et JESUS aime jusqu’au point le plus extrême,
            jusqu’à donner SA VIE pour ses amis. »

            Frère Elie, Famille de Saint Joseph
            http://www.homelies.fr/homelie,3e.dimanche.de.careme,4133.html

  3. Chenaux Patric dit :

    Etant un déraciné, ayant quitté la Suisse (où malheureusement je n’avais aucune racine profonde), ce texte me touche donc profondément. Parce qu’arrivé à Reims en 1996, j’ai commencé à me rendre compte de son histoire et à être reconnaissant envers ceux qui l’ont faite.
    Mais je constate chez beaucoup un « néant moral ». En effet, les valeurs chrétiennes, celles de nos morts: la célèbre cathédrale, le palais du Tau, la basilique saint Rémi, le musée, nos cimetières en témoignent de manière visible. Bien qu’il y ait tous ces témoignages, chez un bon nombre, les valeurs chrétiennes disparaissent.
    Un jour je tombe sur une affiche du marathon de Reims. Sur cette affiche les marathoniens, en nombre impressionants, courent, la cathédrale étant derrière eux. L’image est forte. Ils fuient devant Dieu, comme Adam en Eden après sa désobéissance. Car le témoignage de pierre qu’est cette cathédrale magnifique est comme la voix de Dieu, celles que nos anciens ont aimé entendre. Voilà le néant moral, moral et spirituel.
    Il nous faut donc nous rappeler de notre terre, de nos morts. Nous marchons sur une terre sainte. La France est une terre sainte, oui, pas besoin d’aller en Israël. Elle est sainte cette terre car le Seigneur Jésus l’a sauvée sur la Croix. Elle est sainte cette terre car la Vierge Marie y a posé les pieds à plusieurs reprises. Elle est sainte notre terre de France car des Saints y ont vécu et y sont morts. Elle est sainte car des millions de chrétiens qui ont fait la France, sont enterrés dans nos cimetières. Elle est sainte car des soldats chrétiens sont morts pour la France et ont arrosé son sol de leur sang. Elle est sainte car cela fait 2000 ans qu’on y célèbre la messe… voilà notre terre où nous pouvons nous enraciner. Et si nous devons quitter notre ville, notre village pour un autre endroit de France, nous pouvons sans peine replanter nos racines dans cette terre sainte. Le petit génie local de chaque région est le christianisme qui a irrigué et fertilisé cette terre de France. La pollutiOn de la « modernité » sans Dieu et sans âme, qui depuis 1789 se déverse sur notre bonne terre n’a pu la contaminer au point de tout effacer son histoire chrétienne. Le témoignage de nos pères demeure pour nous solide, éclairant, nourrissant et encourageant.

    • SYLVIE dit :

      Cela peut se comprendre de vous sentir déraciné en ayant quitté ce beau pays qu’est la Suisse, Patric! D’origine Savoyarde, je vais fréquemment en Suisse où l’on peut observer l’ordre qui subsiste à la différence de la France !

      • Chenaux Patric dit :

        Vous êtes gentille, mais je ne me plains pas vous savez. En fait je ne me suis jamais vraiment plu en Suisse. Lorsque je travaillais dans le bâtiment en tant qu’électricien, les italiens et espagnols ne croyaient pas que j’étais suisse, ceci parce que je leur parlais et respectaient. Car les suisses sont assez racistes.
        On m’a demandé qu’est-ce que ça m’avait fait d’arriver en France: « j’ai respiré « , ai-je répondu. J’aime la France et ne me sens pas suisse du tout. Ne vous fiez pas au bon ordre extérieur qui règne dans ce pays. En Suisse ont veille beaucoup à ce que la coupe soit propre à l’extérieur. Et en tant que chrétien, j’y ai été bien plus méprisé qu’ici. Je pourrais vous donner des témoignages hallucinants. Ma maman m’a dit que le pays se dégrade: violence, drogue, incivilités… Cela fait longtemps que la Suisse a perdu la guerre contre la drogue.
        Désolé, je ne veux pas noircir le tableau, mais je vous avoue que toute cette propreté extérieure me donne… la nausée.
        Prions aussi pour la Suisse. Et merci encore pour votre attention. Dieu vous benisse Colombe.