5ième jour préparatoire à la consécration à Marie (centenaire des apparitions de Fatima)

5 iéme  Jour : Le cœur de la Vierge Marie, chef d’œuvre du Très   « À la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. »

Inscrivez-vous sur http://www.notre-dame-de-france.com

jour 5
image-3160

Il y a trois actes en lesquels la foi se tient, la piété consiste, la vertu se maintient : la prière, le jeûne, la miséricorde.

La prière frappe à la porte, le jeûne obtient, la miséricorde reçoit. Prière, miséricorde, jeûne, les trois ne font qu’un et se donnent mutuellement la vie.

En effet, le jeûne est l’âme de la prière, la miséricorde est la vie du jeûne.

Que personne ne les divise : les trois ne peuvent se séparer. Celui qui en pratique seulement un ou deux, celui-là n’a rien.

Donc celui qui prie doit jeûner ; celui qui jeûne doit avoir pitié ; qu’il écoute l’homme qui demande, et qui en demandant souhaite être écouté ; il se fait entendre de Dieu, celui qui ne refuse pas d’entendre lorsqu’on le supplie.

Celui qui pratique le jeûne doit comprendre le jeûne : il doit sympathiser avec l’homme qui a faim ; il doit faire miséricorde, celui qui espère obtenir miséricorde ; celui qui veut bénéficier de la bonté doit la pratiquer ; celui qui veut qu’on lui donne, doit donner.

C’est être un solliciteur insolent, que de demander pour soi-même ce qu’on refuse à autrui… Offre à Dieu ta vie, offre l’oblation du jeûne pour qu’il y ait là une offrande pure, un sacrifice saint, une victime vivante qui insiste en ta faveur et qui soit donnée à Dieu… Mais pour que ces dons soient agréés, il faut que vienne ensuite la miséricorde.

Le jeûne ne porte pas de fruit, s’il n’est pas arrosé par la miséricorde ; le jeûne se dessèche par la sécheresse de la miséricorde ; ce qu’est la pluie pour la terre, la miséricorde l’est pour le jeûne. Celui qui jeûne peut bien cultiver son cœur, purifier sa chair, arracher les vices, semer les vertus : s’il n’ verse pas les flots de la miséricorde, il ne recueille pas de fruits.

Toi qui jeûnes, ton champ jeûne aussi, s’il est privé de miséricorde ; toi qui jeûnes, ce que tu répands par ta miséricorde, rejaillira dans ta grange.

Pour ne pas gaspiller par ton avarice, recueilles par tes largesses. En donnant au pauvre, donne à toi-même… (St Pierre Chrysologue)

Prière : « C’est la miséricorde que je veux et non les sacrifices ».  Seigneur, tu ne nous enseignes pas à rejeter les sacrifices, mais tu veux que nous comprenions que l’ascèse pour elle-même conduit à une impasse.

S’il est juste de châtier son corps par des sacrifices pour réparer les fautes commises avec son corps et pour arriver à maîtriser ses instincts, il ne faut que ces sacrifices nous renfrognent, nous rendent désagréables à nos proches, nous détournent des pauvres et nous mettent au-dessus des autres comme le pharisien qui n’avait d’estime que pour lui-même.

Seigneur, Tu aimes qui donne avec joie ; que notre affabilité donne le change sur notre sévérité envers notre corps et qu’elle s’accompagne de compassion pour les pauvres en qui nous devons Te voir.

Qu’en se faisant serviteur des plus petits, je sois au service de ton Cœur compatissant, tendre et miséricordieux.

Que Marie, toujours attentive à nos besoins, me donne un cœur généreux envers tous. Amen.

Abbé Philippe Nahan

Un notre Père, un Je vous salue Marie, un Gloire au Père (ou une dizaine de chapelet) suivi des invocations : Cœur Sacré de Jésus, j’ai confiance en vous. Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous.

 

 

Sainte Marie, Mère de Dieu, vous étiez femme et vous étiez mère, vous avez dit à Dieu « Que votre volonté soit faite » : communiquez-moi votre force, la force de votre foi et de votre amour.
Vierge Marie, je viens vers vous aujourd’hui, le cœur plein de douleurs.

Je viens pleurer mes souffrances dans les bras de la Mère qui toujours nous écoute, qui supporte tout, qui croit tout.

Croyez en moi, ô ma Mère, croyez en ma douleur, en mes angoisses.
Que ne ferait une mère pour son enfant ?

Que ne feriez-vous, Marie, ma Mère, pour moi ? Je vous demande seulement de m’écouter.

Que mes supplications parviennent jusqu’à vous. Présentez-les à votre Fils bien aimé. Intercédez pour moi.
Pour que je puisse dire à mon tour, « Seigneur, que votre volonté soit faite », Marie, rendez-moi capable d’accueillir le projet de Dieu pour ma vie.
Ma main est dans la vôtre, Marie.

Guidez-moi, protégez-moi, dénouez l’écheveau compliqué des problèmes qui m’étouffent. Vierge puissante, vous seule pouvez me libérer, vous seule pouvez dénouer ces nœuds.
En dehors de vous et de votre Fils, qui pourra me délivrer du mal qui m’oppresse ?
Jour après jour, je trébuche sur le chemin, empêtré dans les filets de l’orgueil, de l’amour-propre, de l’incompréhension, prisonnier de mon manque de charité et de solidarité.
C’est pourquoi, j’ai recours à vous, Marie, ma Mère : libérez-moi de ces entraves : défaites ces nœuds qui m’empêchent d’être heureux, de me rapprocher de vous et de votre Fils.
Que ma prière transforme mon cœur de pierre et me permette d’être l’artisan d’un monde meilleur et plus généreux.

Logo La Neuvaine
image-3161

 

 

5 commentaires sur “5ième jour préparatoire à la consécration à Marie (centenaire des apparitions de Fatima)
  1. colombe dit :

    Ce n’est pas que celui qui a trouvé MARIE par une vraie dévotion soit exempt de croix et de souffrances, tant s’en faut il en est plus assailli qu’aucun autre parce que MARIE étant la mère des vivants donne a tous ses enfants des morceaux de l’arbre de vie, qui est la croix de JÉSUS mais c’est qu’en leur taillant de bonnes croix elle leur donne la grâce de les porter patiemment et même joyeusement en sorte que les croix qu’elle donne à ceux qui lui appartiennent sont plutôt des confitures ou des croix confites que des croix amères, ou s’ils en sentent pour un temps l’amertume du calice qu’il faut boire nécessairement pour être ami de DIEU la consolation et la joie que cette bonne mère fait succéder a la tristesse, les animent infiniment à porter des croix encore plus lourdes et plus amères.
    Heureuse et mille fois heureuse est l’âme libérale qui se consacre a JÉSUS par MARIE en qualité d’esclave d’amour après avoir secoué par le baptême l’esclavage tyrannique du démon
    Prière
    Je vous choisis aujourd’hui o Marie en présence de toute la cour céleste pour ma mère et ma reine je vous livre et consacre en toute soumission mon corps et mon âme mes biens intérieurs et extérieurs et la valeur même de mes bonnes actions passées présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient sans exception selon votre bon plaisir à la plus grande gloire de DIEU dans le temps et l’éternité.
    Saint louis-Marie Grignion de Montfort

    Nicou courage je prie et je pense a vous….JÉSUS vous aime.

  2. Esperance2 dit :

    Je voudrais remercier tout haut, avec vous amis de la Neuvaine, Notre Dame de Fatima, Vierge puissante, qui a défait des noeuds qui m’entravaient. Peut-être reste-t-il encore des noeuds à dénouer pour être plus libre de répondre plus fidèlement au projet du Seigneur sur moi, sur chacun de nous, sur chaque personne en fait, j’ai confiance. Dans le Coeur Immaculé de Marie, Notre Dame de Fatima, nous déposons nos douleurs et souffrances, nos angoisses et inquiétudes, nos paniques, nos humiliations, tout ce qu’on ne peut pas vivre malgré notre bonne volonté. Encore merci Notre Dame de Fatima, Vierge puissante.

    • colombe dit :

      Amen et merci Espérance 2 pour votre témoignage, que MARIE soit toujours votre bonne mère a chaque instant de votre vie.

  3. Nicou dit :

    Petite Thérèse a écrit:

    « Oh!Je t’aime,Marie,te disant la servante du Dieu que tu ravis par ton humilité.Cette vertu cachée te rend toute puissante,elle attire en ton coeur la Sainte Trinité. »

    Marie,apprends moi à rester humble!

    Sainte Octave de Paques à vous Colombe et tous les amis de la neuvaine!