Méditation de Mgr Chauvet

Fidèle à notre culture

mgrChauvet
image-2453
Je n’oublie pas les mots de Saint Jean-Paul II à l’Unesco à propos de la culture : « l’homme vit d’une vie vraiment humaine grâce à la culture…  Elle est ce par quoi l’homme en tant qu’homme devient davantage homme… accède davantage à l’être… la tâche première et essentielle de la culture est l’éducation… La Nation existe par la culture et pour la culture » (2 juin 1980).

35 ans après, ce discours à l’Unesco est d’une grande actualité. Notre beau pays de France est riche de sa culture dont les racines sont profondément chrétiennes. La crise que nous traversons depuis des années est celle de la transmission ; or une société qui ne transmet plus, forme des barbares et ces barbares seront nos enfants.

Les Nations voisines envient notre culture, la beauté de notre littérature, nos œuvres d’art et notre patrimoine si marqué par les valeurs de l’Evangile et par l’histoire de l’Eglise. Les réformes successives montrent bien que nous avons oublié la finalité de l’éducation : créer des êtres libres.

Toi, Notre Dame, qui as reçu avec Saint Joseph, la mission de transmettre à ton Enfant, l’histoire du peuple élu, toi qui lui as appris à prier les psaumes, toi qui l’as enraciné dans la culture de ton pays, regarde nos familles et aide-les à répondre à cette mission qui leur est confiée. Aide-nous à retrouver le bon sens en éducation pour que nous puissions développer ce qui fait notre grandeur, à savoir de ressembler de plus en plus à Dieu ; non pas prendre sa place, mais préparer tout notre être à Le voir.

Pour cela, fais découvrir à nos jeunes l’essence de la liberté, toi qui as dit un oui pleinement libre à ton Seigneur. En effet, la source de la liberté n’est pas le libre arbitre, le libre choix, mais l’orientation de tout notre être vers ce pour quoi nous avons été créés. Il est vrai que la première expérience de liberté est de faire ce que je veux et nous tombons souvent dans une forme d’esclavage car notre monde nous aliène ; toi Notre Dame, apprends-nous alors à retrouver cette liberté qui est source de joie et de paix.

Il nous faut reprendre les étapes de l’éducation à la liberté. Tout d’abord, avec les enfants, une discipline de vie, leur expliquant que les commandements leur sont donnés non pas pour brimer leur liberté, mais pour faire grandir le germe d’amour qu’ils portent en leur cœur et pour les structurer. Puis à l’âge de l’adolescence, il s’agit de passer du Décalogue à la Loi nouvelle, celle de l’Esprit Saint développée dans les chapitres 5 à 7 de l’évangile selon Saint Matthieu. Les vertus cardinales et théologales et les dons de l’Esprit aideront ainsi les adolescents à développer leur capacité intellectuelle, spirituelle et affective pour atteindre leur maturité. C’est ainsi qu’ils entreront dans l’âge adulte qui se caractérise par une capacité à s’engager dans la vie professionnelle, dans la cité, dans le mariage, dans la vie consacrée, dans le sacerdoce.

O Marie, patronne de la France, nous te confions tous nos jeunes pour qu’ils puissent répondre à leur vocation et qu’ainsi ils prennent en main l’avenir de notre pays.

Mgr Chauvet
Installé en octobre 1995 douzième recteur de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre où il enseigne au noviciat des Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre, le pape Jean-Paul II lui confère le 2 août 1999 le titre de « prélat d’honneur de Sa Sainteté ». Depuis octobre 2008 , il est curé de la paroisse Saint François Xavier de Paris, doyen du doyenné Orsay-Breteuil. Nommé vicaire épiscopal pour l’usage de la forme extraordinaire du rite romain, il ouvre son église le 12 septembre 2008 à l’association Notre-Dame de Chrétienté, lors de la veillée de prière qu’elle organise pour la venue du pape. Ses dernières publications : Du bon sens en éducation, Parole et Silence, La joie du pécheur pardonné, Parole et Silence
28 commentaires sur “Méditation de Mgr Chauvet
  1. B de La Bonnellière dit :

    Merci atanassova, pour votre témoignage : c’est courageux de votre part.

    Je suis allé sur la page web de Marcel Van. Les déclarations et les insistances de notre Seigneur font couler les larmes des yeux ….

    La vie sur terre n’est qu’un voyage, nous avons tous un chemin propre sous le regard de Dieu. Nul autre que Dieu sait d’où nous venons et où nous allons, … et nul ne peut connaitre l’intimité de l’âme avec Dieu. Notre intimité est connue que de Dieu et de notre confesseur choisi parmi tous les prêtres selon les conseils de Ste Thérèse d’Avila.
    Dieu donne à chacun des moyens pour se faire aimer : il suffit d’accepter. A l’exemple de la Vierge Marie a répondu « fiat » avant même que de réfléchir.
    Pourquoi imposer des réformes aux résultats attristants aux hommes qui n’en n’éprouvent pas le besoin? c’est interdire les prières dans l’intimité avec Dieu.

    Eprouver sa foi, c’est être confronté à la contradiction, au risque de passer pour un « farfelu » ou un fou …. dans le meilleur des cas.

    Ne perdons jamais de vue que c’est bien le Sanhédrin (conseil suprême du judaïsme à l’époque gréco-romaine, siégeant à Jérusalem) qui décida de la perte du Christ en le livrant aux autorités romaines.
    Réjouissons-nous que l’état et le comportement de la France puissent encore émouvoir.

    Il y a une soixantaine d’années, je renouvelais les promesses de mon baptême. Je me souviens avec précision de mes engagements sur les fonds baptismaux le jour de ma communion solennelle. Ce que l’Eglise m’a enseigner, je veux le garder intact pour ce qui me reste de vie.
    Merci atanassova, vous m’avez donné la force de rédiger ces lignes bien qu’il soit précisé en préambule aux méditations que :
    Les commentaires qui nourrissent les méditations proposées par les questions qu’ils suscitent sont les bienvenus ! La Neuvaine a une deuxième vocation : celle de rassembler les enfants de Dieu, guidés par leurs prêtres, de toutes sensibilités et de tous horizons. La Neuvaine vous remercie de respecter cette diversité dans l’unité de notre Mère l’Eglise.

    • Chenaux Patric dit :

      Monsieur de la Bonnellière,

      C’est avec amour que j’écris ces lignes, j’ai longuement réfléchi, il me semble comprendre, à vous lire, que vous n’appréciez pas Vatican II et ses suites. Pourtant les réformes du Conciles de Vatican II étaient necessaires (ce ne sont pas les premières de l’Histoire de l’Eglise), elles sont conformes à la Sainte Ecriture et s’inscrivent dans la Tradition. De plus l’Eglise sait ce qu’elle fait et elle est dirigée infailliblement par le Saint-Esprit. Elle sait donc mieux que nous ce dont les hommes ont besoin.
      Ceux que j’appelle « farfelus » (je n’ai pas utilisé le mot fou) sont ceux qui tout en se disant de la Tradition rejettent le Saint Concile Vatican II. Ils sont divisés en nombres de chapelles incroyables entre les traditionalistes, les sédévacantistes, les anti Papes, les « évêques » et « prêtres » « gyrovagues »… Notez, Monsieur, que le mot « farfelus » est mal choisi, car se croire au-dessus du Saint-Esprit qui a inspiré et conduit les Pères Conciliaires, au-dessus du Saint Père et ne plus être en accord avec la Sainte Eglise Catholique, comment cela s’appelle-t-il déjà ?
      C’est extrêmement grave. Voilà pourquoi, même sur cette Neuvaine, comme partout ailleurs, je défends le Concile, car s’il faut respecter les sensibilités de tous les catholiques qui viennent de différents horrizons: certains sont plus mystiques que d’autres, plus contemplatifs, plus actifs sur le terrain, plus sensibles, plus fermes, nouveaux dans la foi, plus anciens, plus ou moins instruits, etc., le rejet du Saint Concile et de sa doctrine traditionnelle, ne peut être accepté comme une diversité au sein de l’Eglise. Car il n’y a qu’une seule foi qui reunit l’Eglise de Jésus-Christ.
      Voilà, je tenais à faire cette précision, non pour embêter, ou piquer ou faire l’intéressant. Et si Monsieur de la Bonnelliere, je vous ai offensé, ne serait-ce qu’un tout petit peu, je vous en demande pardon.
      Votre serviteur et ami.
      Patric Chenaux

  2. Chenaux Patric dit :

    Bonjour atanassova, concernant le Concile Vatican II, il ne peut avoir détruit la religion sinon, la parole du Seigneur dite à Saint Pierre serait fausse. Et le Seigneur ne ment pas. Si vous voulez, vous pouvez lire plus bas mon commentaire sur Vatican II.
    Concernant l’ignorance de certains catholiques, cela n’est pas d’aujourd’hui. Cependant cette ignorance ne vient pas du Concile, mais de ceux qui dans l’Eglise: soit ne sont pas convertis, soit sont comme ceux qui restent dans la première demeure, s’y trouvant bien. Ils sont baptisés, font le minimum, ça leur suffit, alors ils se retrouvent souvent dans une ignorance crasse. Un chrétien est un disciple, un disciple apprend. Et l’Eglise nous donne tout ce dont nous avons besoin pour apprendre: Le Catéchisme de l’Eglise Catholique ou celui des Évêques de France, et d’autres ouvrages importants. Si le chrétien apprend, ce n’est pas seulement pour avoir une connaissance intellectuelle, mais c’est pour aimer Dieu et son prochain toujours le plus parfaitement possible.
    Enfin pour ce fameux troisième mystère de Fatima, je vous conseille d’Écouter la Sainte Eglise Catholique à ce sujet et pas des farfelus qui se réclament de la Tradition, alors que la Tradition est gardée par l’Eglise Catholique Romaine. Vatican II, le Saint Concile, est conforme à la Tradition de l’Eglise qui oeuvre comme une Mère pour le salut des pécheurs.
    Un rappel sur les révélations privées, elles ne sont pas de foi, seul l’enseignement de l’Eglise l’est.

  3. coppin dit :

    l’ignorance des jeunes pourtant éduqués en école catholique est tres grande et souvent nous les grands mères pouvons évoquer la joie de l’ Evangile et redonner ce que nous avons acquis jadis et tout au long de notre pratique religieuse N’ ayons pas peur d’ aborder ces questions avec tact et discernement

  4. mahona dit :

    A M. Chenaux Patric : j’ai lu avec intérêt votre témoignage. Je voudrais vous faire part d’une remarque de Mgr Barbarin, archevêque de Lyon qui dit « le désir de Dieu est parfois complètement enfoui………mais il existe toujours dans le coeur des gens et ça finit toujours par ressortir ». Il cite également le cas des journalistes Chesnot et Malbrunot qui ont répondu « nous sommes catholiques » quand leurs ravisseurs islamistes les menaçaient de mort s’ils ne se convertissaient pas, bien qu’ils ne soient pas de fervents chrétiens. Mgr Barbarin parle également de Freud : il veillait attentivement à l’éducation religieuse de ses enfants bien qu’il ait considéré la religion comme une « illusion ». Ces contradictions sont très explicites. Tous mes vœux accompagnent la poursuite de vos dialogues.

    • Chenaux Patric dit :

      Mahona, je vous remercie pour ces témoignages de Mgr Barbarin, que j’admire, soutien, car il a une grande charité et une grande sagesse. Merci, car oui, on ne peut pas tout dire dans un commentaire, déjà que je suis souvent, hum, un peu long surtout dans « ressources spirituelles ».
      Il y a tant de personnes, tant d’histoires différentes. Dieu aimant tous les hommes, Jesus qui a été élevé sur la Croix, voulant tous les attirer à lui. Le Saint-Esprit oeuvrant pour convaincre les hommes du péché et de justice, en ne violant pas leur libre arbitre. Notre divine Mère apportant à son Fils un grand nombre d’égarés dont j’étais.
      Merci encore, oui, la flamme n’est pas eteinte dans tous les coeurs.

  5. mahona dit :

    Notre Dame de France, Notre Dame de Miséricorde, Notre Dame du Bon Secours venez en aide à notre pays qui est en grande pitié.
    La déferlante d’amoralité qui le secoue conduit à des actes odieux. Donnez à notre pays des dirigeants capables d’endiguer cette perte des valeurs et des hommes d’Eglise soutenus par l’Esprit pour faire connaître à tous la parole de Jésus et son cœur miséricordieux.

  6. jacqueline dit :

    Bonjour à tous,
    En lisant le témoignage de M. Cheneaux Patrick, j’ai également le même discours de beaucoup de personnes. Je pense que ces gens qui sont sur notre route sont là pour tester notre foi (c’est ma fille qui un jour où j’étais en rebellion m’a fait prendre conscience de cet état). Il ne faut pas perdre notre énergie pour leur faire comprendre, si leur esprit n’entend pas, leur âme elle entend et le miracle peut se produire au cours de leur vie. Il faut écouter simplement.
    Je vous adresse mes amitiés.
    Jacqueline

    • Chenaux Patric dit :

      Oui, il faut savoir écouter c’est précieux. La8sser le Saint-Esprit faire son oeuvre. Merci Jacqueline.

  7. Frère CAILLIAU dit :

    Les racines de notre culture plongent dans la langue latine, qui fut la mère de la langue française… et l’est encore. Bien des professions s’exercent plus efficacement grâce à la connaissance des langues anciennes. La liturgie de l’Eglise, et son patrimoine intellectuel, musical, doivent tout au latin et au grec depuis leur commencement.
    Il n’y a pas si longtemps, les chrétiens pouvaient voyager et trouver des messes célébrées en latin dans n’importe quel pays du monde. C’était bien pratique ! Et quel signe de l’unité universelle de l’Eglise catholique !

  8. colombe dit :

    Je souffre sincèrement et profondément dans mon cœur de voir de nombreux jeunes qui se perdent et qui comme des fourmis vont de droite et de gauche, sans repères sans foi sans DIEU.Telle est leur vie , une vie de mort ou le malin guette ses proies.Que faire devant un tel désastre : penser aux autres jeunes qui suivent la bonne voie il y en a, nous les voyons en pèlerinage, et cela peut nous consoler. Mais le grand reste que va t il devenir?Nous pouvons rendre grâce a DIEU de nous avons préserver de tout ce mal et d avoir eu pour certains une éducation religieuse.Notre FRANCE si belle est pourtant défigurée par le péché et ne sombrera pas car DIEU ET MARIE sont avec nous .Prions de toutes nos forces de toute notre profondeur d’âmes et espérons a des jours meilleurs et a un renouveau pour notre pays.Je veux y croire personnellement elle sera belle notre FRANCE quand DIEU l’aura purifiée,elle retrouvera sa robe de baptême et sa beauté.Soyons des veilleurs dans la prière et attendons.

    • Chenaux Patric dit :

      Nous souffrons ensemble Colombe et nous avons la même confiance en la grâce de notre Dieu pour notre belle France.

  9. Michelle dit :

    Tout commence dès l’enfance. Je me rappelle avec bonheur et gratitude des grâces que j’ai reçues : des parents chrétiens fervents et pratiquants, qui nous ont élevés dans la foi, mes 8 premières années de scolarité chez les religieuses de Ste Jeanne d’Arc, à Casablanca, qui m’ont donné une solide instruction religieuse, et chez lesquelles j’ai fait ma communion privée à 7 ans, ma communion solennelle à 11 ans et où j’ai reçu la confirmation. Sans oublier une instruction comme je souhaiterais en voir donner aux enfants de notre temps, qui arrivent en secondaire en sachant à peine lire et griffonner…Dans ma vieillesse, je me rappelle avec bonheur de mon enfance et de mon adolescence et je remercie Notre Seigneur chaque jour pour tout ce qui m’a été donné…

    • Chenaux Patric dit :

      Merci Michelle, merci pour ce témoignage tellement édifiant. Je n’ai pas connu cela et de vous lire, cela rechauffe mon coeur, comblant ce manque.

    • colombe dit :

      Je me joins a Patric Michelle car moi aussi je n’ai pas eu de parents chrétiens, Union de prières

  10. Chenaux Patric dit :

    Merci Monseigneur pour cette méditation. Elle est en rapport direct avec une longue discussion sur Twitter, que j’ai avec un athée, et ceci depuis plusieurs semaines.

    Ce jeune homme est allé dans une école catholique privée. Pourtant ses parents ne l’ont pas baptisé, Il entretient un athéisme aggressif et déteste toutes les religions, traitant Jésus de charlatan, de gourou. Il veut absolument que je lui donne une preuve de l’existence de Dieu. D’autres viennent parfois se mêler de notre long entretien, tous des français, tous athées. Mais votre serviteur tient le coup.

    C’est un vrai désastre chez ce garçon. Il ne croit en rien, et a une confiance aveugle en la science car la science cherche des preuves. La preuve, voilà ce que réclame ce jeune homme.

    Alors je lui ai parlé de lui, un être formidable, créé et aimer par Dieu. Il m’a répondu que Dieu n’existait pas et que l’homme n’était qu’un primate, même un nuisible pour la terre.

    Je lui ai dit que la Création nous parlait de Dieu, elle chante ses louanges, et lui m’a envoyé à la figure toute la théorie de l’évolutionisme. Alors je lui ai fait remarquer que même s’il y avait eu évolution, c’était l’oeuvre du Créateur. Pour lui c’est impossible.

    Dieu n’existe pas, la religion c’est pour les sociétés primaires et les naïfs les crédules. Alors je lui ai parlé de nos cathédrales, de l’héritage chrétien de la France, de Bossuet ou Georges Bernanos, qui a été élu meilleur écrivain du XXe siècle. Tout cela le laisse froid.

    Pour me démontrer que la religion est mauvaise, il s’est déchaîné sur le catholicisme qui a tué, torturé, massacré des peuples entiers. Alors j’ai pris le temps de lui expliquer les contextes.

    Bref, il trouve toujours à redire. Cependant, il s’étonne, lui-même que notre dicussion dure depuis si longtemps. Normalement, il aurait déjà zappé. La même chose avec une femme athée, écolo, qui préfère les animaux aux hommes. Nous avons eu des discutions profondes, dures, difficiles. Elle m’a dit que normalement elle aurait déjà rompu l’amitié et bloqué pour moins que ça, mais avec moi, elle ne pouvait pas. Alors qu’un de ses amis m’attaque avec une de ces violences…

    Voyez-vous, les athées humanistes, ou pas, écolos, sont toujours pour l’avortement, pour l’euthanasie et opposés avec virulence contre l’Eglise Catholique, tout en ayant des sympathies pour le bouddhisme, le dalaï lama, Martin Luther King, Mandela et Gandhi. Tous sont évolutionnistes, croient aux extraterrestres et j’en passe. Tout ceci nous montre les méfaits de la sous culture de notre société anti chrétienne.

    Car c’est une société anti chrétienne. Encore hier aux nouvelles, en parlant du saccage des tombes chrétiennes par des jeunes gothiques, le journaliste a bien dit que ce n’était pas une profanation, mais un acte de dégradation. Que leur faut-il? Ces jeunes qui saccagent nos cimetières, d’où leur vient cette idée?

    Nous voilà dans un temps difficile pour notre France. Quand je regarde cette jeunesse sans Dieu, ces milliers et milliers de jeunes filles de jeunes hommes sans Dieu. Quand je vois la dégradation des moeurs à grande vitesse, quand j’y pense, je frémis. Mais heureusement cette Neuvaine existe, nous arrivons bientôt à la fin. Ne nous relâchons pas, mais demandons avec force et conviction, ensemble, à Notre Dame de France de prier pour nous.

    • colombe dit :

      Merci patrick pour votre dévouement envers toutes les personnes que vous voulez redonnées a DIEU bonne continuation dans cette démarche.Je prie pour vous et j’offre a DIEU la réticence de tous ses gens Que DIEU vous garde et que l’esprit saint soit toujours votre guide.

    • B de La Bonnellière dit :

      Notre jeunesse n’est pas paumée !
      Elle souffre d’ignorance et de solitude.

      De grandes réformes doctrinales ont atténué le sens du sacré, les églises se sont vidées, le baptême devient une option facultative, la morale chrétienne du mariage est bafouée malgré les rappels du pape Jean Paul II contesté dans la presse et chez bon nombre de catholique.
      L’exemple ne vient plus d’en haut, au contraire … Les responsabilités concernent les autorités et les familles ….. tout est contesté sans raison ni réflexion.
      Des slogans « monstrueux » ont vu jour en mai 1968 (Dieu est mort !) … Les lois civiles sont indifférentes à l’enseignement catholique. Notre jeunesse est livrée au cauchemard de la solitude et de l’ignorance.

      Cette situation existe déjà en Afrique et donne les « enfants sauvages ». des enfants abandonnés se livrent à toutes les exactions. Cf. reportage TV. (Et cependant, le Christ est mort pour tous les hommes !)
      Quelle est notre part de responsabilité devant cette jeunesse livrée à elle-même ?

      Oh! Marie notre Mère, en ce 15 août 2015, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs.

      • Chenaux Patric dit :

        Les grandes réformes doctrinales, vous parlez de Vatican II?

        Mais ce concile, comme tout concile, a été guidé par le Saint-Esprit et nous en voyons les fruits. Le rejet de la religion avec tout ce que vous decrivez, Monsieur de la Bonnellière (et sachez que je vous ecrit sans colère et sans haine, mais avec le plus profond respect) vient du coeur de l’homme.
        Vatican II n’a pas enseigné aux gens de s’éloigner de Dieu. Un Saint a ouvert ce Concile nécessaire pour notre temps et pour la suite, un bienheureux la clôturé en nous laissant une messe qui est sacrée et à la gloire du Dieu. Dieu qui veut Sauver les pécheurs. L’Autel, s’est rapproché du peuple, le prêtre s’est tourné vers le peuple, vers les chrétiens qui doivent, depuis la guerre traverser un désert, chretiens qui doivent être encouragés, car l’exigence du Concile est claire: Soyez Saints et n’allez plus entendre la messe mais allez y participer.
        Si durant un temps, le peuple pouvait se tenir éloigné des Saints Mystères, entendre la Messe en latin, la suivant dans leur missel, c’était un temps différent une époque différente. Au début, la Messe se célébrait bien a la fin du repas, autour de la table. Comme le jeudi saint lorsque Jésus a institué l’Eucharistie.
        Vatican II nous laissa la messe de notre temps que j’aime appeler la messe de Jésus Miséricordieux. Celui qui a faim qu’il vienne. Alors la notion de sacrifice n’a pas disparu et celle du repas a été remise en avant.
        C’est que dans ces temps de revolte, qui ne sont pas les premières révoltes relisez l’Ancien Testament et particulièrement le Psaume 2. En ces temps de revolte donc, le peuple de Dieu a besoin de se retrouver autour de la table du Seigneur et de l’adorer, de l’aimer, de le manger pour être uni à lui, fortifié, nourri pour le combat, le pèlerinage terrestre, et préparé en vue de la vie éternelle.
        Concernant la doctrine, j’ai lu le Catéchisme de l’Eglise Catholique et celui des Évêques de France, rien n’est écrit pour nous détourner de Dieu. Et j’ai aussi lu celui du Concile de Trente et ceux utilisés par les « traditionalistes ». Qu’est je compris et vu? L’amour de Dieu et sa justice. Il faut voir avec les yeux du coeur aussi, il n’y a que quelques centimètres entre le cerveau et le coeur. La religion bloquée au niveau du cerveau est dangereuse, idem si elle est sentimentale.
        Pas de sentimentalisme dans l’Eglise Catholique, mais de la charité. J’ai lu des auteurs que les « traditionalistes » disent être modernistes, eh bien j’ai vu qu’ils se trompent.
        Voilà, si les églises se sont vidées à cause des réformes de Vatican II, est-ce que cela veut dire que ces réformes n’étaient pas bonnes? J’ai discuté avec bien des personnes qui ont un certain âge et qui ont quitté l’Eglise Catholique à cause des changements. Je leur ai demandé pourquoi ils n’allaient pas dans des lieux où la messe est célébrée selon le rite qu’ils connaissaient depuis petit. Pas de réponse. Pourquoi? Parce que tout cela les a bien arrangés en finalité, oui, car c’était fini d’entendre la messe, il faut y participer.
        Et pourquoi participer? Parce que l’Eglise est le Corps du Christ et que chaque chrétien, chaque catholique est prêtre, roi, prophète. En tant que prêtre, il doit prier, aller à la messe en n’étant plus un spectateur, il doit se sanctifier. En tant que roi, il doit vivre comme le Roi des rois. Il est l’héritier, le co-héritier avec Jésus, alors cela lui donne des devoirs dans ce monde, il doit se sanctifier. En tant que prophète, il doit aimer les gens, même ses ennemis en annonçant la Parole de Dieu à tous, il doit se sanctifier. Voilà le catholique.
        Les églises se sont vidées mais est-ce la première foi que les foules abandonnent Jésus? Au début Jésus a eu du succès mais à la longue, les gens l’abandonnaient, ses paroles étaient trop dures. Et nous parlons du peuple de l’Alliance sensés normalement reconnaître le Messie promis, mais il n’en voulait pas de ce pauvre charpentier. Jésus se tourne vers ses disciples et leur demande s’ils ne veulent pas partir aussi. Et Pierre, je répète Pierre, Saint Pierre lui dit: « Où irions-nous toi seul a les paroles de la vie éternelle. Et il s’est passé la même chose après Vatican II, les gens déçus de ceci ou de cela, quittèrent cette Eglise qui tournait la Table du Seigneur en face du peuple et qui montrait par cet acte voulu de Dieu, Jésus Miséricordieux qui invitait son peuple autour de la Table comme dans le Psaume 22 (23).
        Il y a eu des excès, des dérapage? Mais le Seigneur veille, et j’aimerais vous partager ma réflexion sur les Papes de Pie XII à François.
        Pie XII fut le Pape du moment, il s’est admirablement comporté durant toute la deuxième guerre. Cette guerre était comme un pivot, on passait d’un temps à un autre. Adolf Hitler en est l’exemple type.

        Saint Jean XXIII est un prophète, il voit que nous entrons dans une ère nouvelle, il convoque un Saint Concile. Il sera canonisé.

        Le Bienheureux Paul VI conclut le Saint Concile qui nous laisse une messe pour notre temps ainsi que la doctrine exprimée aussi pour notre temps. Le Saint Concile s’inscrit dans la Tradition de l’Eglise. Paul VI sera déclaré bienheureux.

        Jean-Paul meurt rapidement, il annonce par sa mort ce que Saint Jean XXIII et les pères conciliaires avaient vu. Nous entrons dans des temps difficiles, peut-être les plus difficiles que l’Eglise ait connus et il a été démontré qu’il n’y a jamais eu autant de martyrs chrétiens. Il faut nous attendre au martyre mes frères, mes soeurs.

        Saint Jean-Pau II lui succède et fera un très long pontificat, il va réveiller l’Eglise, il contribuera à la chute du communisme, en Père il convoque toutes les religions à Assise pour prier pour la paix. Les chefs religieux répondent et viennent, ils ont repondu au Saint Père qui se tient au centre de tous pour la prière. Chacun prie, il est exclu qu’on prie ensemble. Mais quel message puissant pour ces religions, touchées par la personnalité de celui qui est leur père, même s’ils ne le reconnaissent pas. Les JMJ touchent un nombre de jeunes impressionants, les eglises se remplissent pas de suite, mais la graine est semée. ..
        Saint Jean-Paul II fait, comme tous les saints, des choses que nous n’avons pas besoin d’imiter. Il pousse son ministère jusqu’au bout de la souffrance, beaucoup le critiquent, mais c’est un Saint et avec les Saints on apprends: « Petits enfants, vous souffrez, je souffre aussi, ayez confiance. »

        Benoît XVI lui succède, immense théologien, il remet de l’ordre dans l’Eglise: Vatican II ce n’est pas le n’importe quoi. Il remet aussi en avant l’importance de la doctrine chrétienne. Fatigué, il se retire, nous donnant une leçon d’humilité, il se retire pour la prière, l’inverse de Saint Jean-Paul II qui était l’inverse de Jean-Paul.

        François lui succède et là, là mes amis, là nous voilà en Face de celui qui incarne dans toute sa personne la Misericorde de Jésus. Ses prédécesseurs, ont préparé sa venue. Il incarne aussi la Justice du Seigneur mettant de l’ordre, agissant comme un Père envers tous. Et ce n’est pas fini.

        Excusez-moi pour une si longue réponse, Monsieur. Mais il nous faut nous rappeler des paroles du Maître à Saint Pierre, concernant l’Eglise, Son Eglise qu’il batit sur Saint Pierre et les Apôtre. Merci pour votre patience.

    • colombe dit :

      D’accord avec vous Charles.Patrick écrit la vérité celle que DIEU lui enseigne.Encourageons le a poursuive sa mission., et prions pour lui.

    • Chenaux Patric dit :

      Je vous remercie pour votre encouragement. Le témoignage n’est pas facile mais nécessaire, sur Twitter, Facebook et g+. En fait je prévois de faire quelque chose de plus constructif encore, sous mon nom et pas mon « nom d’auteur », mais pas pour l’instant. Merci encore.

    • Chenaux Patric dit :

      Excusez CHARLES ma réponse s’est retrouvée plus bas. J’essaie à nouveau.

      Je vous remercie pour votre encouragement. Le témoignage n’est pas facile mais nécessaire, sur Twitter, Facebook et g+. En fait je prévois de faire quelque chose de plus constructif encore, sous mon nom et pas mon « nom d’auteur », mais pas pour l’instant. Merci encore

    • Marie dit :

      Bonjour Patric,

      Pour votre jeune interlocuteur, je pense qu’il est normal de se poser des questions sur science et Foi, qui doivent être compatibles (l’inverse est plutôt inquiétant pour moi). Je vous signale une série de BDés intéressantes, bien faites et sans équivalent à ce que je sache sur ce thème : les 5 tomes des « Indices pensables » par le dessinateur Brunor qui les a faites justement pour donner des réponses sérieuses et approfondies à des jeunes.
      Je trouve qu’elles sont très bien faites, même si parfois il faut vraiment s’accrocher quand on n’a pas de formation scientifique, et il fait même des conférences dans les lycées sur ces questions. Je n’ai aucune action chez Brunor : )…

      Avec tous mes encouragements

      • Chenaux Patric dit :

        Je vous remercie pour cette information. Mais ce jeune ne se pose pas de questions, où ne le laisse pas paraître. Il affirme fortement que la religion n’est qu’invention pour les naïfs. Il n’acceptera pas de lire ce que je lui propose. Mais sait-on jamais. Sachez, qu’il est lui-même surpris que nous continuions le dialogue depuis des semaines.
        Je vous remercie encore vivement Marie, car je ne connaissais pas ces bédés. Et j’ai bien compris que vous n’aviez aucune action chez Bunor 😉

  11. B de La Bonnellière dit :

    Pour faire image, la culture est équivalent au liant qui agglomère les grains de sable pour en faire des pierres puis des cités. Sans culture, il n’y a que cendres.
    Lorsque cette culture est de source chrétienne, elle construit la société et ne peut cohabiter avec une autre. Elle a fait ses preuves, elle comble les cœurs et les vocations.
    Cette culture chrétienne s’est imposée aux hommes en vertu de ses principes fondateurs qui apportent aux hommes sécurité et espoir au plus intime de leur personnalité. Elle permet aussi de distinguer les nations, les patries. (L’Europe économique qui n’a pas reconnu sa culture chrétienne, souffre déjà de l’absence de cette identité …)
    Aucune autre culture sur terre n’est aussi élaborée, toutes associations augmentations culturelles seraient une régression.

    Que la Vierge Marie, Reine des Anges et Reine de France veille sur nous.

  12. Mansuy dit :

    Oh que oui Monseigneur ! La culture de Dieu construit le règne de Dieu tandis que la culture de mort l’en détourne.

    Oh que oui Nicole : mon tendre et fidèle chat marche à quatre pattes en penchant la tête vers la gamelle tel que Dieu l’a voulu (au moins lui n’est pas ingrat), tandis que la prière tendue le Dieu de nos pères élève le monde dont notre France.

  13. Nicole dit :

    Merci Monseigneur !
    Vos propos me rappellent un documentaire sur les chimpanzés. Il y était dit qu’il n’y a qu’un gène qui les différencie de l’être humain. La différence entre eux et nous c’est principalement qu’ils ne transmettent rien parce qu’ils n’ont ni la parole ni l’écriture. Ils transmettent les gestes comme tous les animaux, mais la différence avec l’être humain est énorme ! Ils n’ont pas d’autre culture que le quotidien et l’instinct. Encore que… leur instinct de vie et de survie ne leur commande sûrement pas de tuer les bébés dans les ventres des mères.

    J’en conclue donc que le manque de culture, de transmission, nous ramène à l’état d’animaux. Hélas, notre intelligence ne nous conduit pas à ce qui est le plus grand bien pour nous. Elle se trouve comme abêtie et manquant du discernement qui nous amènerait l’épanouissement personnel et de nos sociétés