La communion des saints contre l’indifférence

AUDIENCE DU PAPE FRANCOIS
image-1158
En ce premier jour du Carême, méditons ces paroles du saint-Père nous appelant à prier et témoigner de l’amour reçu.  

« Il est nécessaire de traduire tout l’enseignement de l’Église universelle dans la vie concrète des paroisses et des communautés chrétiennes. Réussit-on au cœur de ces réalités ecclésiales à faire l’expérience d’appartenir à un seul corps ? Un corps qui en même temps reçoit et partage tout ce que Dieu désire donner ? Un corps qui connaît et qui prend soin de ses membres les plus faibles, les plus pauvres et les plus petits ? Ou bien nous réfugions-nous dans un amour universel qui s’engage en faveur d’un monde lointain mais qui oublie le Lazare qui est assis devant sa propre porte fermée ? (cf. Lc16,19-31). Pour recevoir et faire  fructifier pleinement ce que Dieu nous donne, il faut dépasser les frontières de l’Église visible dans deux directions. D’une part, en nous unissant à l’Église du ciel dans la prière. Quand l’Église terrestre prie, s’instaure une communion de service réciproque et de bien qui parvient jusqu’en la présence de Dieu. Avec les saints qui ont trouvé leur plénitude en Dieu, nous faisons partie de cette communion dans laquelle l’indifférence est vaincue par l’amour.

L’Église du ciel n’est pas triomphante parce qu’elle a tourné le dos aux souffrances du monde et se réjouit toute seule. Au contraire, les saints peuvent déjà contempler et jouir du fait que, avec la mort et la résurrection de Jésus, ils ont vaincu définitivement l’indifférence, la dureté du cœur et la haine. Tant que cette victoire de l’amour ne pénètre pas le monde entier, les saints marchent avec nous qui sommes encore pèlerins. Sainte Thérèse de Lisieux, docteur de l’Église, convaincue que la joie dans le ciel par la victoire de l’amour crucifié n’est pas complète tant qu’un seul homme sur la terre souffre et gémit, écrivait : « Je compte bien ne pas rester inactive au Ciel, mon désir est de travailler encore pour l’Église et les âmes » (Lettre 254, 14  juillet 1897). Nous aussi, nous participons aux mérites et à la joie des saints et eux participent à notre lutte et à notre désir de paix et de réconciliation. Leur bonheur de jouir de la victoire du Christ ressuscité nous est un motif de force pour dépasser tant de formes d’indifférence et de dureté du cœur. D’autre part, chaque communauté chrétienne est appelée à franchir le seuil qui la met en relation avec la société qui l’entoure, avec les pauvres et ceux qui sont loin. L’Église est, par nature, missionnaire, et elle n’est pas repliée sur elle-même, mais envoyée à tous les hommes.

Cette mission est le témoignage patient de celui qui veut porter au Père toute la réalité humaine et chaque homme en particulier. La mission est ce que l’amour ne peut pas taire. L’Église suit Jésus Christ sur la route qui la conduit vers tout homme, jusqu’aux confins de la terre (cf. Ac1,8). Nous pouvons ainsi voir dans notre prochain le frère et la sœur pour lesquels le Christ est mort et ressuscité. Tout ce que nous avons reçu, nous l’avons reçu  aussi pour eux. Et pareillement, ce que ces frères possèdent est un don pour l’Église et pour l’humanité entière. Chers frères et sœurs, je désire tant que les lieux où se manifeste l’Église, en particulier nos paroisses et nos communautés, deviennent des îles de miséricorde au milieu de la mer de l’indifférence ! »

 

Pape François, Message pour le Carême 2015

8 commentaires sur “La communion des saints contre l’indifférence
  1. Espérance dit :

    « Pour recevoir et faire fructifier pleinement
    ce que DIEU nous donne,
    il faut dépasser les frontières de l’Église visible …
    …en nous unissant à l’Église du ciel dans la prière… »

    « Avec les Saints qui ont trouvé leur plénitude en DIEU,
    nous faisons partie de cette communion
    dans laquelle l’indifférence est vaincue par l’amour. »

    Pape François

    Paroles de Sainte Bernadette Soubirous, Lourdes, 19ème siècle.
    Aujourd’hui fêtée, 1er jour de Carême :

    « Courage, mon enfant,
    tu as trouvé la Perle précieuse qui achète le Royaume des Cieux.
    Aimer toujours ce que DIEU veut…
    le vouloir toujours…
    le Désirer toujours,
    le Faire toujours …
    C’est le grand secret de la perfection,
    la clé du Paradis, l’avant-goût de la paix des saints !… »

    “ L’EUCHARISTIE pour l’âme tourmentée
    est un bain de lumière et d’amour.
    C’est alors qu’elle goûte cette parole :
    « Venez, vous qui êtes malades, Je vous referai »

    « JESUS doit régner
    dans mon cœur;
    dans mon esprit;
    dans ma volonté,
    enfin dans mon âme toute entière. »

    Autres paroles de Sainte Bernadette :
    http://www.laneuvaine.fr/meditation-du-pere-zanotti-sorkine
    http://www.laneuvaine.fr/un-temps-de-penitence/

  2. DE L EPREVIER FRANCOISE dit :

    Je me suis abonnée et je constate que je ne reçois plus les méditations hebdomadaires. Ai-je omis quelque chose ?
    Merci pour toutes ces méditations.
    Bon carême.

  3. colombe dit :

    Le sourire de notre Saint Père et la force de ses messages nous vont droit au cœur. Le Saint-Esprit souffle la ou il veut.Merci DIEU tout puissant pour nous donner de vivre de si belles actions et ce malgré les noirceurs de ce monde.Il y a cette force celle de l’église triomphante et celle d’ici bas qui nous portent et nous soutiennent. Les Saints intercèdent pour nous si nous leurs demandons leurs intercessions. Notre Pape est le modèle parfait de notre Église et nous devons l’écouter et suivre ce qu’il dit .Prier pour lui l’offrir a DIEU pour tout ce qu’il entreprends.Nous entrons en carême. Que durant ces quarante jours nous soyons des enfants de lumière et que nous apportions la joie et l’amour a ceux qui en ont le plus besoin.

  4. Chenaux Patric dit :

    Il est toujours difficile d’ajouter un commentaire aux paroles du Pape François. Pourquoi? Parce que le Saint Père s’exprime avec clarté, simplicité et nous touche directement, droit dans le coeur. Tous les chrétiens peuvent le comprendre.
    Il y a cependant une phrase sur laquelle j’aimerais rebondir tant elle est importante:《Il est nécessaire de traduire tout l’enseignement de l’Église universelle dans la vie concrète des paroisses et des communautés chrétiennes.》
    Les catholiques sont les disciples du Christ. Les « christiens ». De ce fait, ils doivent écouter leur Maître et lui obéir dans la charité. Jésus a établi son Eglise. Cette Eglise est fondée sur Pierre et les Apôtres. Leurs successeurs, le Pape et les évêques ont le devoir d’enseigner le peuple de Dieu. Ce dernier a le devoir d’écouter cet enseignement de l’Eglise et de le mettre en pratique chacun dans sa vie et dans la vie des paroisse et communautés.
    L’obéissance, premier degré de l’humilité, caractérise le catholique. C’est en obéissant que nous seront sanctifié et que nous porterons du fruit. Martin Luther n’avait certainement pas tout tort dans ce qu’il reprochait, mais son erreur est de ne pas avoir obéi. S’il avait obéi au Saint Pèrel, Martin aurait été un instrument de bénédiction pour toute l’Eglise et pour tous les pays catholiques. La désobéissance de Luther a eu des conséquences désastreuses. Par contre l’obéissance de Sainte Rita a donné un rosier magnifique qui existe encore aujourd’hui, et nous savons les bénédictions qui resultent de cette Sainte efficace au Ciel. La Mère Supérieure avait ordonné à Rita d’arrosé chaque jour un morceau de bois planté dans la cours. Elle obéi à cet ordre qui peut nous paraître absurde. D’ailleurs les soeurs se moquaient d’elle, mais Rita persévérait dans l’obéissance. Un jour le bâton donna des bourgeons, et des roses fleurirent.
    En tant que catholiques français nous devons, plus que jamais peut-être, écouter l’Eglise et lui obéir. Cesser nos critiques et nos mises en doute. C’est dans l’obéissance, même si parfois les actes et paroles du Pape, de notre évêque ou du prêtre de notre paroisse nous surprennent, que nous verrons pousser des roses sur ce bois sec qu’est notre pays.
    Il faut que nous obéissons, mais pour obéir, il faut écouter. Ecouter le sermon à la Messe, lire la Sainte Bible, l’étudier en Eglise et aussi lire, relire le catéchisme. En france, nous avons un bon livre: « Le Catéchisme des Évêques de France pour adultes » aux éditions du Livre de Poche, ou en lien sur internet. Pour terminer, le « Magnificat » nous permet chaque jour de prier en communion avec l’Eglise, de lire les textes de la messe et nous enseigne sur la spiritualité catholique. Voilà donc un bon outil pour, ensemble, unis dans la même foi, une vie concrète.
    Bon Mercredi des Cendres à toutes et à tous et bon Carême.

    • Chenaux Patric dit :

      Excusez-moi, mais je viens de constater que je ne me suis pas relu. Et j’ai trouvé des fautes qu’il ne m’est pas possible de corriger. Merci pour votre compréhension.

    • Espérance dit :

      Oui, MAGNIFICAT, PAROLES et PRIERES, PRIONS en EGLISE …etc
      la FRANCE est bénie de trésors d’EGLISE
      à méditer, « ruminer », partager avec tous…

      • Espérance dit :

        « JESUS-CHRIST a aimé l’EGLISE,
        qu’IL a faite Son EPOUSE IMMACULEE. »
        Lettre aux Ephésiens 5:25

        « Une des raisons encore de l’institution de l’EUCHARISTIE
        est l’AMOUR de JESUS-CHRIST pour Son EGLISE.
        Notre-SEIGNEUR descendu du Ciel pour former Son EGLISE,
        la fonder, meurt pour Elle sur La CROIX.
        De son côté ouvert, Elle sort avec le SANG et l’EAU
        qui s’en échappent, nouvelle Eve
        formée du corps du second Adam.
        Toutes les actions, toutes les souffrances de JESUS-CHRIST
        ont eu pour but d’acquérir à Son EGLISE un trésor infini
        de GRACES et de MERITES
        dont Elle put disposer en faveur de ses enfants… »

        « …Le REGNE de l’EUCHARISTIE, c’est Le REGNE de l’EGLISE,
        et là où l’EUCHARISTIE est oubliée,
        l’EGLISE n’a que d’infidèles enfants,
        et bientôt elle pleurera une ruine nouvelle. »

        Saint Pierre-Julien Eymard
        Chapitre 17
        « ADORER en ESPRIT et en VERITE »,

        • Espérance dit :

          « ADORER Notre-SEIGNEUR en SON divin SACREMENT,
          priant sans cesse Son PERE pour vous,
          lui montrant Ses plaies pour l’attendrir,
          Son CŒUR ouvert sur vous et pour vous.
          Unissez votre prière à la Sienne,
          demandez ce qu’IL demande.

          Or, JESUS demande à Son PERE qu’IL bénisse,
          qu’IL défende,
          qu’IL exalte Son EGLISE,
          afin qu’Elle Le fasse encore mieux connaitre,
          aimer et servir de tous les hommes.
          Priez bien pour la sainte EGLISE si éprouvée… »

          Saint Pierre-Julien Eymard
          Chapitre 3
          « ADORER en ESPRIT et en VERITE »,