Méditation de Mgr Pascal Ide

Monseigneur Pascal IdeEt si l’on parlait patriotisme…

 

Et si l’on parlait de notre patrie, la France ? Mais quel rapport avec le dimanche des Rameaux, que nous célébrons dimanche? Pour le comprendre, je vous propose d’abord trois petits exercices.

Premier exercice. En lisant la première phrase, en lisant le mot « patrie », que ressentez-vous ? Je dis bien « ressentez » et non pas « pensez ». Quelle émotion surgit en vous ? Souffrance, espérance, reconnaissance ? Peut-être un peu des trois ? Peut-être une autre.

Deuxième exercice : qu’en dit le Catéchisme de l’Église catholique – vous savez ce trésor entreposé sur une étagère de votre bureau ? Une surprise vous attend. Le Catéchisme parle de l’amour de la patrie lorsqu’il traite du quatrième commandement : « Honore ton père et ta mère » (Ex 20,12) et non pas, par exemple, dans les commandements qui ont trait à la justice, comme le septième. Pourquoi ?

Les trois premiers commandements éclairent notre relation à Dieu. Le quatrième, lui,    « indique l’ordre de la charité [envers le prochain]. Dieu a voulu qu’après Lui, nous honorions nos parents à qui nous devons la vie et qui nous ont transmis la connaissance de Dieu ». Et il étend cet honneur et ce respect à « tous ceux que Dieu, pour notre bien, a revêtus de son autorité ». S’il « s’adresse expressément aux enfants dans leurs relations avec leurs père et mère, […] il concerne également les rapports » et les « devoirs […] des citoyens à l’égard de leur patrie » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 2197-2199).

Une telle parole sera peut-être difficile à entendre par certains qui estiment que les représentants de la patrie, l’autorité politique, ne sont aujourd’hui pas dignes d’honneur et de respect. J’ouvre pour vous un autre livre, la Somme de théologie de saint Thomas d’Aquin. Celui-ci rapproche aussi l’attitude envers ses parents et l’attitude envers son pays. Il vaut la peine d’entendre la raison. Je traduis littéralement : « Les parents et la patrie sont les principes de notre être et de notre gouvernement : par les parents et en dans la patrie, nous sommes nés et nous sommes nourris » (II-IIae, q. 101, a. 1). Tout en les distinguant, l’Aquinate ne sépare pas nos parents et notre pays : des deux nous avons reçu. Et beaucoup reçu : si les premiers nous ont fait naître, tous deux nous « nourrissent », nous éduquent. Ainsi, le patriotisme n’a rien à voir avec un nationalisme étroit, c’est la piété filiale étendue à sa patrie. Souvent à notre insu, notre pays comme nos parents, ont joué et jouent un rôle immense et vital. Ne pensons pas trop vite à telle ou telle loi inique, ne nous polarisons pas sur le comportement désordonné de tel ou tel politique. Faisons d’abord mémoire de tout ce que nous avons reçu de notre patrie, à commencer par la langue française, notre riche histoire, nos œuvres d’art, nos paysages, nos institutions religieuses, etc. Et rien de tout cela ne serait sans la médiation des pouvoirs publics, sans le service souvent humble et efficace assuré par les communautés locales et régionales, sans une autorité qui, représentant la France, assure l’unité et un minimum de paix. Il suffit d’avoir visité certains pays dérégulés pour voir combien la défaillance radicale du politique entraîne toute la culture et jusqu’à la nature dans le chaos.

Certains résisteront encore, car ils souffrent trop de l’évolution de notre pays qui, pour eux, rime avec trahison. Ici, l’argumentation est utile, la méditation l’est encore davantage. Pour cela, je vous propose un troisième exercice. Il permettra de répondre aussi à une objection : en déplaçant et en élargissant le sens du patriotisme, ne suis-je pas en train de le transformer en une vertu passéiste ? Cet exercice est inspiré par ce que saint Ignace de Loyola estimait être le couronnement de ses Exercices spirituels : « la contemplation pour éveiller en nous l’amour spirituel » (n. 230-237). Appliquons-le à notre sujet et, pourquoi pas, faisons-en l’objet de notre prière aujourd’hui, cette semaine :   « contemplation pour éveiller [ou réchauffer] en nous l’amour de la France ». 1. Me rappeler les bienfaits que je dois à mon pays, énumérer les dons particuliers que j’en ai reçus et que je reçois, peser intérieurement l’amour qui en est la source. 2. Ceci très bien considéré, je rentrerai en moi-même et je me demanderai quel doit être mon rôle et ce que je répondrai en retour et avec quel amour, par exemple dans une intercession fidèle, par une parole qui, sans perdre son sens critique (mais est-ce envisageable pour un Français ?!), n’oublie pas tout le bien qu’il doit à son pays. Rien de moins nostalgique et misonéiste que l’amour de notre pays !

Alors, quelle relation avec le dimanche des Rameaux ? « La turba è mobile », « la foule est changeante »… La liturgie de ce jour nous fait méditer sur un fait cruel : celui qu’elle acclame, demain elle demandera sa crucifixion. Peu importe ici que ce soit ou non les mêmes personnes qui louent et hurlent à la mort (cf. Joseph Ratzinger Benoît XVI, Jésus de Nazareth, II, p. 21-22). La foule, c’est-à-dire moi. Avant d’être aveugle, elle est, je suis amnésique, donc ingrat(e).

Ici, nous ne sommes plus seulement dans l’ordre de la justice ou de la piété, mais dans l’ordre de l’amour. « L’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l’ordre de la charité » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 2239).

Pascal Ide

Mgr Pascal Ide
Mgr Pascal Ide est prêtre du diocèse de Paris et membre de la communauté de l’Emmanuel. Actuellement, il partage son temps entre le séminaire de Bordeaux et une mission de formation pour la communauté de l’Emmanuel.
A partager ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on TumblrPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone
Publié dans Méditations
71 commentaires sur “Méditation de Mgr Pascal Ide
  1. Chenaux Patric dit :

    « La patrie et la nation

    Patriotisme et civisme

    569 On peut rapprocher l’amour et la justice dus à son pays de l’amour et de la justice dus à ses parents: père et patrie ont la même racine.

    De même que l’homme reçoit la vie et l’éducation de ses parents, il bénéficie de l’héritage de sa patrie au plan social, économique, politique et culturel. Aussi doit-il « honorer », à sa manière,, son pays et remplir ses obligations à son égard en faisant preuve de patriotisme et de sens civique. Il collabore au bien commun par son travail mais aussi par les divers engagements qu’il assume selon ses capacités. Il intervient selon ses moyens dans les grands débats qui animent son pays. Il coopère aux tâches communes en payant les impôts qui, eux-mêmes, doivent être équitablement répartis. Il le fait aussi, le cas échéant, en effectuant un service national. En refusant toute forme de racisme, il restera ouvert à l’accueil de tous. » (Catéchisme des évêques de France, art 569)

  2. Espérance dit :

    * Sois fort, sois fidèle, Israël
    Sois fort, sois fidèle, Israël,
    Dieu te mène au désert;
    C’est LUI dont le bras souverain
    Ouvrit dans la mer
    Un chemin sous tes pas.

    Oublie les soutiens du passé,
    EN LUI SEUL TON APPUI!
    C’est LUI comme un feu dévorant
    Qui veut aujourd’hui
    Ce creuset pour ta FOI.

    Il veut, par delà le désert,
    Te conduire au repos;
    Sur toi resplendit à Ses yeux
    LE SANG de L’AGNEAU
    Immolé dans la nuit.

    Poursuis ton exode, Israël,
    Marche encore vers ta JOIE!
    La VIE jaillira de la mort,
    DIEU PASSE AVEC TOI
    Et t’arrache à la nuit.*

    Liturgie des Heures

    • Espérance dit :

      « Je ne vous demande qu’une seule chose,
      c’est de FIXER VOTRE REGARD SUR LE CHRIST »

      « Un élan du CŒUR, un simple REGARD jeté vers le Ciel,
      un cri de RECONNAISSANCE et d’AMOUR »

      « Heureux le cœur enamouré
      Qui met en DIEU sa pensée.
      Pour LUI, il renonce à tout le créé;
      Il trouve en LUI sa gloire et son contentement;
      Il vit sans souci, oublieux de lui-même,
      Tout son vouloir est en DIEU,
      Ainsi, dans la JOIE, il TRAVERSE
      Les tempêtes de cette mer »

      « Je suis Vôtre, pour Vous je suis née,
      Que voulez-vous faire de moi? »

      Thérèse de l’Enfant Jésus, Espagne
      5ème centenaire de sa naissance.

      [Réformatrice de l’Ordre du Carmel,
      et fondatrice de nombreux monastères]

  3. Espérance dit :

    * AU NOM de JESUS,
    que TOUT ETRE VIVANT TOMBE à GENOUX
    au Ciel, sur Terre et dans l’abime.

    Parce qu’IL S’EST FAIT OBEISSANT
    jusqu’à la MORT,
    et la MORT sur une CROIX,

    JESUS-CHRIST EST LE SEIGNEUR,
    pour LA GLOIRE de DIEU LE PERE. *

    Philippiens 2:10.8.11

    • Espérance dit :

      Fêté le 1er avril
      Saint Valery,✝619
      Ermite à Leuconay, Picardie

      « Né en Auvergne,
      il tente la vie monastique à Issoire,
      puis à Auxerre et rejoint
      Saint Colomban [moine venu d’Irlande]
      à Luxeuil, Franche-Comté
      estimant que cette règle de vie
      lui convient mieux par ses austérités.
      Il quittera Luxeuil pour fonder
      un monastère à Leuconay – Picardie –
      qui deviendra Saint Valery-sur-Somme.
      D’autres localités conservent aussi sa mémoire
      comme Saint Valéry en Caux.»
      nominis.cef

      Saint-Valery-en-Caux en Haute-Normandie:
      « …La légende de la création de la ville
      dit qu’elle aurait été fondée au VIIe siècle
      lorsque l’EVANGELISATION des campagnes
      se développe sous l’impulsion des rois Francs.
      Ainsi, Saint Valery – Walaric –
      fondateur du monastère de Leuconaüs
      (Saint-Valery-sur-Somme),
      fut appelé « L’APOTRE des FALAISES »
      en portant LA BONNE PAROLE sur tout le littoral. »
      Wikipedia

      • Espérance dit :

        « LA VIE CONSACREE
        est un DON à L’ÉGLISE,
        elle NAIT dans L’ÉGLISE,
        CROIT dans L’ÉGLISE,
        et est toute ORIENTEE vers L’ÉGLISE »

        Pape François, 1994

        • Espérance dit :

          Aussi Fêté le 1er avril
          Saint Hugues de Grenoble
          Evêque de Grenoble (✝ 1132)

          « Né à Châteauneuf sur Isère,
          dans le département de la Drôme,
          il était le fils d’un officier.
          Saint Hugues était chanoine de Valence
          quand le légat du Pape Grégoire VII
          le nomma au siège épiscopal
          de Grenoble dans le Dauphiné.

          A cette époque,
          une grande partie du clergé de ce diocèse
          était d’une moralité particulièrement déplorable.
          Au bout de deux années, Hugues, découragé,
          se retira à l’abbaye de la Chaise-Dieu
          dans le Velay, en Auvergne.

          Il y vécut quinze mois parfaitement heureux,
          jusqu’au jour où un ordre pontifical
          lui enjoignit d’aller réoccuper
          son siège épiscopal.

          Ce fut lui qui procura à Saint Bruno,
          son ancien professeur de Reims,
          la solitude inaccessible qu’il cherchait
          pour y fonder son Ordre.
          Il l’installa dans la vallée de la Grande-Chartreuse
          d’où il tire son nom.

          Hugues y séjournait le plus souvent possible.
          Saint Bruno, qu’il avait pris comme directeur spirituel,
          eut souvent fort à faire pour l’empêcher
          de ruiner sa santé à force d’austérités. »

          Nominis.cef

          • Espérance dit :

            * Le FILS de l’homme
            n’est pas venu pour être servi,
            mais pour SERVIR,
            et donner SA VIE
            en rançon pour la MULTITUDE *

            Matthieu 20:28

            *Prions en Eglise*

          • Espérance dit :

            « L’Année de la VIE CONSACREE
            ne concerne pas seulement
            les personnes Consacrées,
            mais L’ÉGLISE entière. »
            Pape François

            « Sans ce signe concret,
            la charité de l’ensemble de L’ÉGLISE
            risquerait de se refroidir,
            le paradoxe SALVIFIQUE
            de L’ÉVANGILE de s’émousser,
            le ‘‘SEL’’ de LA FOI
            de se diluer dans un monde
            en voie de sécularisation »
            Bienheureux Pape Paul VI

  4. Espérance dit :

    Alors que Judas mène ses tractations secrètes
    avec les chefs des prêtres,
    JESUS révèle au grand jour leur complot:
    « L’un de vous va me livrer ».
    Judas marchande avec les ennemis du SEIGNEUR
    sur le prix de sa trahison;

    JESUS annonce qu’il livre SA VIE gratuitement:
    « MA VIE NUL NE LA PREND
    mais C’EST MOI QUI LA DONNE » (Jean 10,17).
    Judas est à l’affût d’une occasion favorable pour livrer son Maître;

    Notre-SEIGNEUR prend l’initiative et déclare:
    « Mon temps est proche. L’heure est venue:
    voici que Le FILS de l’homme va ETRE LIVRE
    aux MAINS des PECHEURS » (Mc 14,41).

    Les hommes tendent leurs filets,
    croyant saisir JESUS à l’improviste,
    mais ils n’auraient aucun pouvoir sur Lui,
    si cela ne leur avait pas été donné d’EN HAUT (Jean 19,11).
    Certes, « il vient le prince de ce monde »,
    c’est lui qui est déjà à l’œuvre à travers ces complots mortels;
    « mais il n’a aucun pouvoir » sur JESUS (Jean 14,30).

    Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

    • Espérance dit :

      Non, la FOI n’est pas une option secondaire
      et l’APOSTASIE un simple changement de parcours
      dans une quête spirituelle subjective
      et strictement privée:

      « MALHEUREUX L’HOMME
      par qui LE FILS de L’HOMME EST LIVRE!
      IL VAUDRAIT MIEUX
      que CET HOMME-LA NE SOIT PAS NE ! »

      Il nous faut entendre
      CE CRI DE DOULEUR de l’AMOUR REDEMPTEUR:
      « Qu’il est malheureux celui qui,
      ayant rencontré son SAUVEUR,
      s’en détourne pour prendre d’autres voies.
      Qu’il est à plaindre
      celui qui est re-né d’EAU et d’ESPRIT,
      mais qui oublie son BAPTEME,
      le considère comme peu de choses :

      il aurait mieux valu pour lui
      qu’il ne soit pas NE
      dans LES EAUX BAPTISMALES
      et qu’il ne soit pas MARQUE
      par le SCEAU du SAINT CHREME,
      car son ignorance aurait plaidé en sa faveur,
      alors que maintenant
      sa négligence, sa tiédeur et son ingratitude
      l’accusent ».

      Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

    • Espérance dit :

      Pourtant il n’est jamais trop tard :
      « IL EST PROCHE CELUI QUI ME JUSTIFIE »
      (Isaïe 50:4-9a).

      Un seul regard de FOI
      vers CELUI que NOUS AVONS TRANSPERCE
      suffit à LIBERER SA MISERICORDE
      et à nous GUERIR de la BLESSURE de la TRAHISON.

      « Car Le SEIGNEUR ECOUTE les HUMBLES,
      IL n’oublie pas les siens emprisonnés.

      Aussi JE LOUERAI LE NOM de DIEU par un CANTIQUE,
      JE VAIS LE MAGNIFIER, LUI RENDRE GRACE
      pour SA PATIENCE et sa MISERICORDE.

      LES PAUVRES L’ONT VU, ILS SONT EN FETE :
      “VIE et JOIE à vous qui CHERCHEZ DIEU” (Ps 68) ».

      ***

      « Puisque Tu as voulu, SEIGNEUR,
      que TON FILS fût CRUCIFIE pour NOUS
      afin de nous arracher au pouvoir de Satan,
      mets en œuvre TA MISERICORDE,
      pour qu’en célébrant LA PASSION de TON FILS,
      nous entrions dans SON MYSTERE d’AMOUR
      et puissions recevoir LA GRACE de LA RESURRECTION »

      Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH
      *PRIONS en EGLISE*

      http://www.homelies.fr/homelie,mercredi.saint,4157.html

    • Simplement merci pour ces très belles méditations, qui montrent bien comment Jésus, à travers toute sa Passion s’adresse à chacun d’entre nous, aujourd’hui plus que jamais ; et nous dit sa soif de nous sauver.
      Ô Marie, donne-nous ton cœur et tes yeux si purs pour adorer Jésus, et Le contempler !

  5. Espérance dit :

    *PRIONS en EGLISE*

  6. Espérance dit :

    « SEIGNEUR,
    Je laverais volontiers les pieds de quelqu’un
    une fois par an, comme notre Evêque et le Pape.
    Mais Tu me fais beaucoup plus peur
    quand j’entrevois tout ce qu’il y a
    dans Ton appel à T’imiter.
    Etre toujours sur le qui-vive pour aider,
    toujours prêt.
    Je Te regarde
    en train d’essuyer les pieds de Pierre
    et je sais où ça T’a mené,
    Tu n’es pas facile à imiter.
    DONNE-MOI ENVIE DE SERVIR,
    même quand je vois où Tu m’entraines. »

    Prière du Père André Sève, 1913-2001

  7. Espérance dit :

    « Par LE LAVEMENT DES PIEDS et L’INSTITUTION de L’EUCHARISTIE,
    JESUS vient de manifester l’extrême de l’AMOUR
    qui motive le DON de SA VIE comme SERVITEUR
    pour le SALUT des hommes.
    Face à cela, les personnages du « disciple bien-aimé »
    et de Judas représentent deux attitudes possibles.

    Le premier nous est décrit comme vivant
    d’une INTIMITE toute particulière avec Le MAITRE.
    Il se blottit dans le CŒUR de JESUS
    comme JESUS est Lui-même caché
    dans Le CŒUR du PERE.

    Littéralement, nous lisons que
    « LE DISCIPLE que JESUS AIMAIT »
    « était couché dans le sein de JESUS »,
    reprise de la formule que nous trouvons en Jean 1,18
    pour décrire LA RELATION de JESUS avec SON PERE.
    Autrement dit, il est tout accueil au DON du SEIGNEUR
    et il a bien perçu que SON CŒUR en est la SOURCE,
    CE CŒUR qui sera TRANSPERCE et
    duquel jailliront L’EAU qui PURIFIE
    et LE SANG qui DONNE LA VIE,
    CE CŒUR qui est LA PORTE OUVERTE vers
    une RELATION RESTAUREE et RENOUVELEE
    avec NOTRE PERE du Ciel.

    Si JESUS lui confie qui va LE livrer c’est sans doute
    parce qu’IL sait que chez lui,
    qui Lui est si proche et si ajusté,
    cela ne suscitera aucune haine
    mais au contraire une COMPASSION
    à l’image de celle qui habite SON propre CŒUR. »

    Frère Elie, Famille de SAINT JOSEPH

  8. françoise dit :

    Cette prière proposée par Paray le monial pour ce temps de carême, est devenue MA prière. (Il faut dire que j’aime Saint Louis, Jeanne d’Arc, le Roi Salomon, etc. Bref tous ceux qui défendent la justice de DIEU et protègent les plus faibles).

    Nb : Face à autant de manipulations comment savoir quoi faire ?…
    Voici la réponse que j’ai reçue pendant ce temps de carême
    et c’est ce qui m’a donné la volonté de rester JUSTE :

    Prions avec saint Claude La Colombière

    Ô mon Dieu, il faut que vous nous donniez un autre cœur,
    un cœur tendre, un cœur sensible, un cœur qui ne soit, ni de marbre, ni de bronze ;
    il nous faut donner votre Cœur même.

    • Espérance dit :

      *il nous faut donner Votre CŒUR même*

      Votre Cœur…Vos Yeux…Vos Oreilles…
      Votre Sagesse…Votre ESPRIT-SAINT…Votre Force…
      Votre Bouche…Votre Parole…Vos Mains…
      Votre CORPS… Votre SANG …
      Votre MERE…

      Merci SEIGNEUR JESUS
      Merci MARIE

  9. françoise dit :

    Après lecture,
    et afin d’informer mes compatriotes chrétiens de ce qui se passe
    (je suis chrétienne et pratiquante… mais pas inconsciente)
    je vous adresse un florilège de LA REALITE DE TERRAIN
    (je suis certes handicapée désormais, mais tous les handicapés ET tous nos anciens vont connaitre la même « FIN ». Ce n’est qu’une question de temps… vu que nos classes moyennes ont déjà disparu ET que nos emplois ne subviennent déjà plus à nos besoins. Nb: Nous vivons sur les bas de laine de la France… ? Et ensuite ?…)

    Le patriotisme ?
    Comment oublier tous les membres de ma famille qui se sont sacrifiés pour libérer leur unique patrie ?
    Que penseraient-ils aujourd’hui de nous ? en voyant ce que nous avons fait de notre liberté ?
    Que penseraient les torturés de la Résistance française ? Face à l’occupation de terroristes ET de sectes étrangères qui occupent la France ?
    Que penseraient nos résistants de l’occupation du pouvoir de la France par des immigrés non choisis A DOUBLE NATIONALITE ?
    Que penseraient nos héros de guerre (y compris ceux qui ont été éjectés de nos colonies au mépris de leurs droits du sol, des droits de l’homme, dont certains ont échappé de peu de l’égorgement au moment des pillages, dont les biens ont fini par être ETATISES et n’ont jamais été indemnisés de rien…) de l’occupation musulmane polygame et à double nationalité dont les dirigeants sont 3 fois plus riches que des EMIRATS…
    Que penseraient ces SACRIFES du fait que des immigrés à doubles nationalité aient introduits de tels idnvidus par la grande porte à coup de privilèges fiscaux immobiliers (Emirats) OU en fermant les yeux sur l’origine des fonds qui leurs ont servi à s’offrir la France ?
    CE QUE JE PENSE EN TANT QUE VICTIME DE CETTE OCCUPATION ?
    – Aucune indemnité de l’Algérie
    – Vol de 4 ans de pension d’invalidité (alors que j’y avais cotisé pendant 20 ans à 2 régimes)
    – MENACES de la DDASS et DIFFAMATION contre ma fille (qu’ils ont failli retirer de la maison COMME SEULES REPONSES à sa haute précocité ET à ses « dysfonctionnements ». Nb: AUCUNE prise en charge médicale, de bilans, de suivis, de rééducations, de soutiens psychologiques, etc.etc.
    – Aucune égalité des chances PIRE entraves à scolarités
    malgré 2 JUGEMENTS en notre faveur (ils n’ont jamais été respectés)
    – Maltraitances ET menaces de tutelle JUDICIAIRE comme seule réponses envers maman ALZHEIMER
    – Aucun droits respectés
    – Refus de la Halde de nous aider (Y compris pour l’inégalité des chances concernant ma fille mineure MUNIE DE JUGEMENTS)
    AUSSI JE VOUS LE DEMANDE
    APRES D’AUSSI BEAUX TRAITEMENTS ANTI-FRANCAIS et AUTANT DE VIOLENCES ETRANGERES ETOUFFEES ou EXCUSEES PAR LES POUVOIRS PUBLIQUES
    on doit faire quoi ?
    DOIT-ON CONTINUER à SE TAIRE et FINIR COMME LES CHRETIENS D’ORIENT ?

    Nb: je vous rappelle que ces immigrés non choisis ET à doubles nationalités en sont à nous imposer du 49-3, à marier les homosexuels, à autoriser tout le reste (ET que c’est ça que nous allons laisser en héritage à nos enfants… s’ils n’ont pas été massacrés avant : comme en Algérie, comme en Irak, … car avec notre passivité de 40 ans… CA S’ACCELERE DANGEREUSEMENT).

    • colombe dit :

      Françoise , je prierai pour vous. Restons fortement unis par note FOI.Bonne semaine Sainte

  10. Espérance dit :

    « Nous touchons ici le paradoxe de tous les paradoxes.
    Comment, Le FILS de DIEU
    pourrait-IL nous SAUVER
    au travers d’une telle VULNERABILITE?

    Cela nous ne pourrons le comprendre
    qu’AU PIED de LA CROIX,
    après avoir suivi JESUS durant SA PASSION.

    Alors avec le CENTURION romain, ce païen,
    nous pourrons confesser :
    « VRAIMENT CET HOMME ETAIT FILS de DIEU »
    (Marc 15,39).

    Ce n’est qu’après que LA PASSION
    avec ses violences, ses délations,
    trahisons et défections,
    ait fait s’écrouler toutes les fausses idées humaines
    que nous avions pu projeter sur la MESSIANITE de JESUS,
    que nous pourrons réellement découvrir dans la FOI
    LE MYSTERE de SA PERSONNE
    et de SA MISSION pour Y ADHERER de toute NOTRE CŒUR,
    de toute NOTRE AME et de toute NOTRE FORCE. »

    Frère Elie, Famille de SAINT JOSEPH

  11. Espérance dit :

    * JESUS de NAZARETH *

    * JESUS de NAZARETH *

    * Le CHRIST a été LIVRE
    pour RASSEMBLER dans l’UNITE
    les enfants de DIEU qui ont été dispersés.*

    Saint Jean 11:52
    Prions en Eglise

    • Espérance dit :

      * Voici que s’ouvrent pour LE ROI
      les portes de la Ville:
      HOSANNA ! BENI SOIS-TU, SEIGNEUR !
      Pourquoi fermerez-vous sur moi
      la pierre du tombeau,
      dans le jardin?

      DIEU SAUVEUR, oublie notre péché
      MAIS SOUVIENS-TOI de TON AMOUR
      QUAND TU VIENDRAS dans TON ROYAUME.

      Je viens, monté sur un ânon,
      en signe de ma gloire:
      Hosanna ! BENI SOIS-TU, SEIGNEUR !
      Pourquoi me ferez-vous sortir
      au rang des malfaiteurs,
      et des maudits?

      Vos rues se drapent de manteaux
      jetés sur mon passage:
      HOSANNA ! BENI SOIS-TU, SEIGNEUR !
      Pourquoi souillerez-vous mon corps
      de pourpre et de crachats,
      mon corps livré?

      Vos mains me tendent les rameaux
      pour l’heure du triomphe:
      HOSANNA ! BENI SOIS-TU, SEIGNEUR !
      Pourquoi blesserez-vous mon front
      de ronce et de roseaux,
      en vous moquant? *

      Liturgie des Heures

      • Espérance dit :

        PAROLE DE DIEU

        « Vous le savez :
        ce qui vous a libérés de la vie sans but
        que vous meniez à la suite de vos pères,
        ce n’est pas l’or et l’argent,
        car ils seront détruits;

        c’est LE SANG précieux du CHRIST,
        L’AGNEAU sans défaut et sans tache.
        DIEU L’avait choisi
        dès avant LA CREATION du monde,
        et IL L’a manifesté à cause de vous,
        en ces temps qui sont les derniers.

        C’est PAR LUI que VOUS CROYEZ en DIEU,
        qui L’A RESSUSCITE d’entre LES MORTS
        et LUI a donné LA GLOIRE;

        ainsi vous mettez votre FOI
        et votre ESPERANCE
        en DIEU. »

        1ère Lettre de Saint Pierre 1:18-21

  12. Espérance dit :

    * JESUS de NAZARETH *

    « En ce temps-là,
    quand Lazare fut sorti du tombeau,
    BEAUCOUP de JUIFS,
    qui étaient venus auprès de MARIE
    et avaient donc vu ce que JESUS avait fait,
    CRURENT en LUI.

    Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens
    pour leur raconter ce qu’IL avait fait.
    Les grands prêtres et les pharisiens
    réunirent donc le Conseil suprême;
    ils disaient:
    « Qu’allons-nous faire?
    Cet homme accomplit un grand nombre de SIGNES.
    SI NOUS LE LAISSONS FAIRE,
    TOUT LE MONDE VA CROIRE en LUI,
    et les Romains viendront détruire
    notre Lieu Saint et notre nation. »

    Alors, l’un d’entre eux, Caïphe,
    qui était grand prêtre cette année-là,
    leur dit:
    « Vous n’y comprenez rien;
    vous ne voyez pas quel est votre intérêt:
    il vaut mieux qu’UN SEUL HOMME
    MEURE POUR LE PEUPLE,
    et que L’ENSEMBLE de LA NATION
    NE PERISSE PAS. » »

    • Espérance dit :

      « Ce qu’il disait là ne venait pas de lui-même;
      mais, étant grand prêtre cette année-là,
      il prophétisa que
      * JESUS ALLAIT MOURIR pour LA NATION;
      et ce n’était pas seulement pour la nation,
      c’était afin de RASSEMBLER dans L’UNITE
      LES ENFANTS de DIEU DISPERSES *

      À partir de ce jour-là,
      ils décidèrent de Le tuer.

      C’est pourquoi JESUS
      ne se déplaçait plus ouvertement
      parmi les Juifs;
      IL partit pour la région proche du désert,
      dans la ville d’Éphraïm
      où IL séjourna avec ses disciples.

      Or, la Pâque juive était proche,
      et beaucoup montèrent
      de la campagne à Jérusalem
      pour se purifier avant la Pâque.

      Ils cherchaient JESUS
      et, dans le Temple,
      ils se disaient entre eux:
      « Qu’en pensez-vous?
      IL ne viendra sûrement pas à la fête! »
      Les grands prêtres et les pharisiens
      avaient donné des ordres:
      quiconque saurait où IL était
      devait Le dénoncer,
      pour qu’on puisse L’arrêter.

      Évangile de JESUS-CHRIST selon Saint Jean 11:45-57
      « Afin de rassembler dans l’UNITE
      les enfants de DIEU dispersés »

      Prions en Eglise

      • Espérance dit :

        * LE CHRIST VA MOURIR pour NOUS TOUS *

        « L’EVANGILE de ce jour
        s’intéresse aux conséquences
        de la RESURRECTION de Lazare.
        Elément décisif pour décider la mort de JESUS.
        S’IL ne meurt pas,
        « tout le monde va croire en LUI
        et les Romains viendront détruire
        [le] Lieu Saint et [la] nation » Juive
        (Jean 11:48).

        Le grand prêtre Caïphe
        prophétise alors, inconsciemment,
        la vraie nature
        de cette mise à mort anticipée:
        UN SEUL Le CHRIST, va MOURIR,
        pas seulement pour la nation,
        mais pour nous TOUS.

        L’heure du CHRIST qui approche,
        indissociable lien entre
        PASSION et RESURRECTION,
        est celle qui crée
        PAR LUI, et EN LUI,
        * L’UNITE des enfants de DIEU dispersés * »

        Père Alexis Helg
        Prions en Eglise

        • Espérance dit :

          « JESUS allait mourir… afin de RASSEMBLER
          dans l’UNITE les enfants de DIEU dispersés »
          Saint Jean 11:51

          Dans sa lettre du 21 novembre 2014,
          le Pape François invite les CONSACRES à devenir
          « des experts en COMMUNION »
          et à développer
          une * SPIRITUALITE de la COMMUNION *

          pour * FAIRE de L’EGLISE
          LA MAISON et L’ECOLE
          de la COMMUNION *

          « Le chemin de la CHARITE est presque infini:
          il s’agit de pratiquer inlassablement
          l’accueil et l’attention réciproque,
          la correction fraternelle
          et le respect des personnes les plus faibles… ».

          TOUT BAPTISE
          peut se faire l’APOTRE
          de cette CHARITE sans frontière.

          Demain nous entrons dans la grande semaine,
          LA SEMAINE SAINTE,

          ayons à cœur
          de TEMOIGNER
          de * L’AMOUR de JESUS *
          … jusqu’à l’extrême. »

          Une Sœur Clarisse de Paray-le-Monial

          • Espérance dit :

            Prions avec Saint Claude La Colombière

            * Ô mon DIEU,
            il faut que Vous nous donniez un autre cœur,
            un cœur tendre, un cœur sensible,
            un cœur qui ne soit, ni de marbre, ni de bronze;
            il nous faut donner Votre CŒUR même *

            * JESUS, DOUX et HUMBLE de CŒUR,
            RENDS nos CŒURS SEMBLABLES au TIEN!*

        • Nicole dit :

          La Patrie France ? Existe-t-elle encore ? On en a détruit ce qu’elle avait de plus beau, sa foi, ses valeurs, ses emplois, son courage au travail, ses structures humaines et même jusqu’à son nom qu’on ne prononce plus, c’est « c’Pays » et de plus en plus « la République ». Nous ne sommes plus en France moralement. Seuls les paysages sont les mêmes, mais elle est profondément défigurée.
          On a tué son âme, quelques uns s’accrochent à vouloir faire la faire renaître de ses cendres.
          On l’a vendue aux marchands étrangers qui passaient, comme Joseph autrefois. Faudra-t-il une famine pour qu’elle aille réclamer à l’étranger de quoi survivre ?
          Les gouvernants vont jusqu’au bout de leur mise à mort, malgré les manifs et les pétitions, ils profiteront encore de 2 ans pour continuer de se faire les maîtres de la vie et de la mort en voulant chasser Dieu et prendre sa place. Pauvres fous et aveugles ! Et Jésus verse son Sang… Ils n’en ont rien à faire.
          Pourtant, il donne et redonne sa Vie pour les ramener au Bercail de la patrie France et de la Patrie Ciel.
          Ne lâchons pas la main de notre Maman Marie, Notre-Dame de France, pour lui montrer cette Fille aînée de l’Eglise en haillons, pauvre moribonde et qu’Il lui redonne vie et à travers elle, au monde entier.

          • colombe dit :

            Oui NICOLE Maman MARIE nous tiens la main et c’est elle qui sauvera notre FRANCE .Bonne semaine sainte

    • Syren dit :

      Rien de l’héritage que vous évoquez ne serait, si ceux qui précisément nous l’ont transmis, n’avaient donné de leurs forces et de leurs voix pour le construire et le préserver.
      Je ne comprends pas ce beau discours. Veut-il exalter la tiédeur en parlant du passé ? C’était hier le combat, aujourd’hui encore, tandis que nos bras se détendent mollement, l’ennemi continue de frapper. Non c’est maintenant l’heure d’aimer la France.

  13. Espérance dit :

    « La réanimation de Lazare
    porte son FRUIT de CONVERSION:
    les TEMOINS, nombreux,
    « CRURENT en JESUS ».

    L’EVANGILE précise qu’il s’agit de Juifs
    venus entourer la famille dans son deuil;
    aussi, vu la situation sociale de Lazare,
    on peut supposer qu’il s’agissait de notables.
    Probablement même du parti des pharisiens puisque
    « quelques-uns allèrent trouver leurs confrères
    pour leur raconter ce que JESUS avait fait ».

    Devant ce regain de popularité, qui atteint même
    les membres influents de la communauté,
    on comprend l’inquiétude des autorités religieuses.
    L’affaire leur semble suffisamment grave
    pour « convoquer d’urgence le grand conseil ».

    Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

    • Espérance dit :

      « L’Evangéliste nous fait discrètement pénétrer dans l’hémicycle,
      afin de nous permettre d’assister aux débats
      de cette assemblée de « sages »,
      regroupant des représentants des principaux partis religieux.

      Hélas, leur délibération est un modèle de démagogie.
      Ces messieurs reconnaissent que
      « cet homme accomplit un grand nombre de SIGNES »,
      et des signes suffisamment parlants
      pour provoquer un vaste mouvement de CONVERSION:
      « si nous continuons à Le laisser agir,
      tout le monde VA CROIRE en LUI ».

      Mais au lieu de se pencher sur l’interprétation des faits
      à la lumière des Ecritures
      – ce qui était le ministère spécifique du Grand Conseil –
      les chefs religieux se soucient avant tout
      – et même uniquement –
      des éventuelles retombées politiques de l’affaire. »

      Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

      • Espérance dit :

        « L’intervention de Caïphe exprime tout haut
        ce que le groupe pensait sans oser le formuler:
        la raison d’Etat doit l’emporter
        sur le sort d’un individu particulier.
        Pour juguler la violence
        qui risque de déferler sur la collectivité,
        il n’est pas d’autre moyen
        que de la détourner sur un bouc émissaire.
        L’histoire abonde cependant d’exemples
        démontrant le caractère illusoire et éphémère
        de ces pseudo solutions.

        La PAIX ne se maintient pas
        au prix du sang innocent,
        car celui-ci crie vengeance
        et nourrit la spirale de la violence,
        qui reprend bien vite ses droits. »

        Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

        • Espérance dit :

          « Pourtant l’EVANGILE
          ajoute qu’en raison de son ministère de grand prêtre,
          c’est-à-dire de représentant de DIEU auprès du peuple
          et de porte-parole de celui-ci devant DIEU,
          « ce que disait Caïphe ne venait pas de lui-même;
          mais il fut prophète en révélant
          que JESUS allait mourir pour la nation ».

          Non seulement NOTRE-SEIGNEUR
          va donner SA VIE pour LA Multitude,
          mais SON SACRIFICE, OFFERT
          « UNE FOIS pour TOUTES »
          (Romains 6,10; He 7,27),
          portera un FRUIT
          de PAIX et de RECONCILIATION
          qui DEMEURE.

          Car contrairement aux holocaustes
          instaurés par les hommes,
          L’OFFRANDE de JESUS
          n’est pas une expiation symbolique
          à renouveler sans cesse,
          précisément parce que la mort
          n’aura pas le dernier mot.
          Le déferlement de violence
          sur « l’Agneau émissaire »
          ne conduira pas à sa destruction.

          SON ANEANTISSEMENT (kénose)
          LIBREMENT CONSENTI sur LA CROIX,
          est en vue d’un RELEVEMENT dans LA GLOIRE.

          Son holocauste dans le FEU de l’AMOUR
          ne nourrit pas une vengeance future,
          car « EN SA PERSONNE il a tué la haine »
          (Ephésiens 2, 16).

          Ses bras étendus entre ciel et terre
          « rassembleront
          dans l’UNITE
          TOUS les enfants de DIEU dispersés »,
          bien au-delà des frontières « de la nation » Juive. »

          Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

          • Espérance dit :

            « Cette page d’EVANGILE
            aurait dû prévenir
            toute tentation d’antisémitisme
            – et plus largement d’exclusion
            ou de violence religieuses –

            en milieu chrétien:
            quel contresens dramatique
            d’invoquer le sacrifice rédempteur
            pour entretenir la haine!

            Pourtant, que de sang versé
            tout au long de l’histoire,
            « AU NOM DU CHRIST »:
            toutes ces guerres religieuses fratricides
            trahissent la profonde incompréhension
            des belligérants, qui ont mésinterprété
            La Parole de celui dont ils prétendent
            défendre la cause.

            La haine creuse la blessure,
            élargit la déchirure;
            SEUL L’AMOUR CAUTERISE,
            SEULE LA MISERICORDE GUERIT.

            Puissions-nous nous en souvenir
            dans nos relations quotidiennes:
            ne sommes-nous pas invités
            à reconnaître Le CHRIST
            en chacun de nos frères?

            A nous de décider
            si nous prenons le parti
            de ses accusateurs
            et de ses bourreaux,

            ou si nous répandons
            sur SON CORPS le « parfum très pur »
            (Jean 12, 3) de la CHARITE fraternelle,
            qui « n’entretient pas de rancune,
            SUPPORTE TOUT, ESPERE TOUT, ENDURE TOUT »
            (1 Corinthiens 13,6-7). »

            Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

          • Espérance dit :

            « SEIGNEUR
            que de fois dans nos petits conciliabules
            entre personnes partageant les mêmes idées,
            n’avons-nous pas condamné tel ou tel frère
            sans même nous soucier d’entendre ses arguments.

            Puis, satisfaits de nous-mêmes
            et bien sûr convaincus de notre bon droit,
            nous nous sommes retirés, la conscience tranquille;
            sans nous rendre compte que
            c’est TOI
            que nous venions d’exclure de notre cercle
            – ou plutôt:
            que nous nous étions exclus de TA PRESENCE,
            puisque Tu te joins toujours
            à celui qui est sans défense.

            Donne-nous assez de DELICATESSE de CŒUR
            pour ne pas nous laisser entrainer à la médisance,

            mais ACCORDE-NOUS tout au contraire
            de TOUJOURS CHERCHER
            à COMPRENDRE, JUSTIFIER, PARDONNER,

            plutôt que
            d’exclure, accuser et condamner. »

            Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH
            http://www.homelies.fr/homelie,ferie.de.careme,4153.html

      • gustou dit :

        rien à changer ,communautarisme quand tu nous tiens

  14. Espérance dit :

    *JESUS de NAZARETH *

    « En ce temps-là,
    de nouveau, des Juifs prirent des pierres
    pour lapider JESUS.
    Celui-ci reprit la parole :
    « J’ai multiplié sous vos yeux les OEUVRES BONNES
    qui viennent du PERE.
    Pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider? »

    Ils lui répondirent :
    « Ce n’est pas pour une œuvre bonne
    que nous voulons te lapider,
    mais c’est pour un blasphème:
    tu n’es qu’un homme,
    et tu te fais DIEU. »

    Jésus leur répliqua :
    « N’est-il pas écrit dans votre Loi:
    J’ai dit : Vous êtes des dieux?
    Elle les appelle donc des dieux,
    ceux à qui la PAROLE de DIEU s’adressait,
    et l’Écriture ne peut pas être abolie.
    Or, Celui que Le PERE A CONSACRE
    et ENVOYE dans le monde,
    vous lui dites : “Tu blasphèmes”,
    parce que J’ai dit : *Je SUIS LE FILS de DIEU*.

    Si Je ne fais pas LES ŒUVRES de MON PERE,
    continuez à ne pas me croire.
    Mais si Je les fais,
    même si vous ne me croyez pas,
    CROYEZ LES ŒUVRES.
    Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus,
    que LE PERE EST EN MOI,
    et MOI DANS LE PERE. »

    Eux cherchaient de nouveau à L’arrêter,
    mais il échappa à leurs mains.

    IL repartit de l’autre côté du Jourdain,
    à l’endroit où, au début, Jean baptisait;
    et IL y demeura.
    Beaucoup vinrent à LUI en déclarant:
    « Jean n’a pas accompli de signe;
    mais tout ce que Jean a dit de Celui-ci
    était vrai. »
    Et là, BEAUCOUP CRURENT en LUI.

    Évangile de JESUS-CHRIST selon Saint Jean 10:31-42
    « Ils cherchaient à l’arrêter, mais il échappa à leurs mains »

    • Espérance dit :

      ACCOMPLIR LES ŒUVRES DU PERE

      « L’étau de la dénonciation et de la haine
      se referme progressivement sur JESUS,
      alors que nous approchons des jours de LA PASSION.

      Le paradoxe, c’est que JESUS va être mis à mort
      parce qu’IL accomplit justement les œuvres du PERE,
      qui sont les œuvres de l’AMOUR DIVIN
      (la MISERICORDE, le PARDON, la GUERISON,
      le RELEVEMENT des AMES et des CORPS),
      jusqu’à nous introduire à l’intérieur même
      de la vie du PERE par le DON du BAPTEME.

      Tout ce qui est l’ESSENCE même de L’EVANGILE,
      de la BONNE NOUVELLE.

      Mais Jérusalem, celle qui tue les prophètes,
      n’a pas « reconnu le moment où DIEU [la] visitait »
      Luc 19:44.

      Père Alexis Helg
      Prions en Eglise

  15. Espérance dit :

    « Etonnant dialogue:
    en réponse à JESUS qui leur offre SA PAROLE de VIE,
    les juifs veulent Lui lancer des pierres pour Le tuer!
    Sans s’en rendre compte,
    ils confirment par leurs œuvres
    qu’ils ont pour père le démon
    dont ils cherchent à réaliser les projets,
    lui qui est menteur et homicide dès les origines (Jean 8,44).

    Notre-SEIGNEUR aurait pu dire à ses adversaires
    « Celui d’entre vous qui est sans péché,
    qu’il soit le premier à me jeter la pierre » (Jean 8,7).

    Mais ce serait détourner la controverse de son véritable enjeu,
    à savoir l’identité, l’origine de ce Rabbi blasphémateur.
    Aussi JESUS préfère-t-il poursuivre son argumentation.
    Avec une étonnante patience
    qui ne peut procéder que de l’AMOUR,
    il invite encore et encore ses interlocuteurs à réfléchir
    sur l’incohérence de leur attitude.

    Les juifs en effet reconnaissent que
    JESUS a accompli des « œuvres bonnes »;
    or « chacun sait que DIEU n’exauce pas les pécheurs,
    mais SI QUELQU’UN L’HONORE et FAIT SA VOLONTE,
    IL L’EXAUCE » (Jean 9,31).

    Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

    • Espérance dit :

      « Comment dès lors peuvent-ils L’accuser de blasphème?
      Si réellement IL mentait et revendiquait abusivement
      l’égalité avec DIEU Son PERE (Jean 10,30),
      IL serait incapable de poser le moindre signe
      car il est évident que la GRACE DIVINE
      ne coopère pas avec un blasphémateur.
      Auquel cas, les juifs auraient raison
      de « refuser de croire en Lui ».

      Mais dès lors que Notre-SEIGNEUR
      accomplit des ŒUVRES
      qui TEMOIGNENT de LA FAVEUR de DIEU,
      ceux qui les constatent
      ont bien obligés de prendre en compte
      l’interprétation qu’IL en donne
      et qui éclaire Son identité. »

      Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

      • Espérance dit :

        « Ce que JESUS affirme n’est d’ailleurs pas si choquant:
        l’Ecriture elle-même n’affirme-t-elle pas au Psaume 82 (81)
        que les dépositaires de La Parole
        peuvent être appelés « des dieux » ?
        Bien plus :
        L’espérance d’Israël décrit
        Le MESSIE en termes de FILIATION DIVINE.
        Le Psaume 2 met sur les lèvres de DIEU Lui-même
        ces Paroles adressées au MESSIE:
        « Tu es mon fils; moi, aujourd’hui je T’ai engendré »
        (Ps 2, 7).
        Les ŒUVRES BONNES accomplies par JESUS
        plaident donc en faveur de la VERITE de SA Parole:
        IL est ce FILS tant attendu,
        « Celui que Le PERE a CONSACRE et ENVOYE dans le monde »
        « afin que tout homme qui CROIT en LUI ne périsse pas,
        mais obtienne LA VIE ETERNELLE » (Jean 2,16).

        Avec une profonde humilité,
        et poussé par le seul souci
        de sauver ces hommes
        que Le PERE lui a confiés,
        JESUS s’efface davantage encore,
        et consentant à ce que les Juifs ne croient pas en Lui,
        IL les exhorte à « CROIRE au moins LES ŒUVRES »,
        c’est-à-dire à reconnaître
        que DIEU est à l’œuvre
        EN LUI et A TRAVERS LUI.
        Car il sait bien que s’ils concèdent ce point
        – qui devrait être évident
        vu la nature des signes accomplis –
        ils découvriront par la force des choses
        « que LE PERE EST EN LUI et LUI DANS LE PERE ».

        Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

        • Espérance dit :

          « La logique n’a pas pu échapper à ses opposants;
          mais comme il était hors de question pour eux
          de s’acheminer vers une telle conclusion,
          ils préfèrent rejeter en bloc tout le raisonnement,
          et faisant la sourde oreille,
          ils « cherchent de nouveau à l’arrêter ».
          C’est cet aveuglement volontaire
          que vise Notre-SEIGNEUR lorsqu’il dit:

          « Celui qui ne veut pas croire est déjà jugé.
          Et le jugement le voici:
          quand La LUMIERE est venue dans le monde,
          les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière,
          parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
          En effet, tout homme qui fait le mal déteste LA LUMIERE:
          il ne vient pas à La LUMIERE,
          de peur que ses œuvres ne lui soient reprochées »
          (Jean 2,18-20). »

          Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

          • Espérance dit :

            « JESUS « leur échappa »,
            et se retire en Transjordanie,
            « à l’endroit où Jean avait commencé à baptiser ».
            Notre-SEIGNEUR laisse chacun de nous
            avec sa conscience,
            confronté à la fois aux « ŒUVRES BONNES »
            qu’IL a accomplies sous nos yeux,
            et à nos propres œuvres,
            nettement moins glorieuses.

            Si en constatant le contraste flagrant,
            nous reconnaissons notre péché
            et la JUSTICE de Celui qui nous parle,
            si nous acceptons de CROIRE en LUI,
            nous échappons au jugement (Jean 2,18),
            « car DIEU a envoyé SON FILS dans le monde,
            non pas pour juger le monde,
            mais pour que, PAR LUI,
            le monde soit SAUVE » (Jean 2,17).
            « Mais du moment que nous disons :
            “Nous voyons !”,
            notre péché demeure » (Jean 9,41). »

            Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

            « Si vous étiez des aveugles,
            Vous seriez sans péché;
            Mais vous dites : « nous voyons! »
            Votre péché demeure. »
            Saint Jean 9:41

          • Espérance dit :

            « “Je T’aime, SEIGNEUR, ma FORCE”
            (Psaume 17),
            Toi qui as envoyé TON FILS JESUS-CHRIST,
            dans notre monde pour y faire resplendir TA GLOIRE.

            Donne-moi de pouvoir discerner
            les signes de TA BONTE en ma faveur,
            de les accueillir avec reconnaissance,
            et de venir à la lumière de TA MISERICORDE
            pour y plonger toutes les ténèbres
            de mes œuvres mauvaises.

            Je pourrai alors Te chanter de tout notre CŒUR,
            TOI “qui a délivré le pauvre du pouvoir des méchants”
            (Jérémie 20: 10-13)
            “DIEU mon LIBERATEUR, LE ROCHER qui m’abrite,
            mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire!” »
            (Psaume 17).

            Père JOSEPH-MARIE, Famille de SAINT JOSEPH
            http://www.homelies.fr/homelie,ferie.de.careme,4152.html

  16. Gomot Marie-Paule dit :

    Merci mon père pour vôtre méditation; elle vient dans ce moment si important des rameaux,où Jésus est honoré mais, aussi pour notre pays en ces instants de votes! Nous voulons toujours que nôtre France si belle, puisse avancer avec charité et justice pour résoudre ses nombreux problèmes: famille, éducation, santé -il y a tant d’oppositions!- Mais notre foi et notre espérance en Jésus et Marie sont renforcées. Merci et bonne fête des Rameaux à vous tous. Marie-Paul

  17. Chenaux Patric dit :

    Merci Monseigneur pour ce message clair et rassurant. Et nous avons le Saint Père qui nous montre aussi la voie de la charité. Un catholique ne peux que suivre cette voie, celle d’un patriotisme dans la charité. Charité envers la patrie, et envers ceux qui doivent fuir la leur. Ce sont les plus petits, les plus faibles qu’elle, la patrie, se doit d’accueillir, de protéger et aussi de nourrir, comme elle le fait pour nous pour nous. Dans le mot patrie, n’y a-t-il pas le mot père?

  18. Pauvre pécheur que je suis dit :

    Ne perdons pas courage devant l’adversité ! Dieu nous aime ! Marie sera répondre à nos attentes !

  19. Vigi dit :

    Sauf erreur, patrie vient de « pater », le père. Et cela éclaire d’un autre jour la relation que nous devons avoir à notre patrie et en quoi le catéchisme est pleinement dans la vérité lorsqu’il lie le quatrième commandement et la patrie.

  20. Stanislas dit :

    Monseigneur. Merci de rappeler le 4e commandement et notre devoir d’amour envers une patrie riche d’un patrimoine et d’une histoire unique. Je comprends tout à fait qu’on puisse parler d’émotion, d’espérance et de reconnaissance. Malheureusement, je suis rattrapé par un peu de réalisme; notamment quand je relis le 5e commandement. Comment peut-on honorer une nation qui tue autant d’enfants par an? Chaque année, de 210 000 à 220 000 IVG sont pratiquées en France pour plus de 800 000 naissances. “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”

  21. Guillaume dit :

    Ici, nous ne sommes plus seulement dans l’ordre de la justice ou de la piété, mais dans l’ordre de l’amour. « L’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l’ordre de la charité » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 2239).

    Merci pour cette méditation.

    En union de prière

  22. colombe dit :

    Notre FRANCE est belle même défigurée. Sous le voile de MARIE qui la protège nous pouvons dans notre cœur vivre d’espérance car elle est la fille ainée de l’église ne l’oublions pas. Merci a vous père Évêque pour votre commentaire empreint d’amour pour notre pays.En effet nous pouvons comparer l’amour de notre pays a celui d’un être cher et que l’on veut protéger par la prière tout simplement qu’elle soit de cœur ou autres. La prière est un havre de paix et d’amour et lorsqu’elle retombe la ou notre cœur offre, elle porte des fruits .Bien sur il faut le croire de tout son cœur comme un enfant qui demande quelque chose a sa maman. Ayons un cœur d’enfant et nous serons exauces. Tous ensemble nous formons une chaine de prières autour de notre pays , alors croyons que nous l’avons déjà reçue. Prions pour notre FRANCE

  23. Christine de Noyal dit :

    merci cher père Ide
    ce message tombe à propos dans ma vie. Il y a peu je me posais cette question « comment honorer nos parents quand ils font des choses pas honorables?  » Mais en quoi consiste « honorer »? J’ai compris que c’était: Respecter et estimer leur personne, en prendre soin, faire mémoire du bien qu’ils ont fait. Reconnaitre leur valeur même quand ils sont mourant. J’ai compris que pour cela en effet il fallait d’abord les remercier de nous avoir donner la vie! La plupart des parents ont nourrit, éduqué, et accompagner leurs enfants vers la vie adulte tant bien que mal. J’ai souvent tendance à fixer mon attention sur les défauts de mes parents parce que je aimerais qu’ils soient parfait….:-)
    Mais seul Dieu est parfait! Et au font c’est Dieu qui m’aide à les aimer.
    Alors un jour, j’ai compris qu’il ait vain d’attendre qu’ils soient parfait pour les aimer et les honorer, au contraire, plus je les aimerais avec leur faiblesses, et leur limites plus je les rendrais aimables. Oui, il nous faut sans cesse fixer notre attention sur le bien pour honorer mais attention sans pour autant être aveuglée en négligeant le mal qu’ils font. C’est le bien que nous devons honorer pas le mal. J’ai envie de dire ; « ne nous laissons pas aveugler par le mal »….
    En chaque être humain, il y a du bien puisque Dieu lui a donner la vie. Ainsi chaque patrie à ses qualités uniques qui fait d’elle une patrie honorable, à nous de découvrir cette pépite d’or ensevelie qui brille qui caractérise notre patrie pour qu’ainsi elle puisse rayonner!
    Bien amicalement
    Christine

  24. Upsilon dit :

    Merci mon père pour cette méditation si riche.
    D’ailleurs, comment prêcher la Fraternité s’il n’y a pas une Paternité préalable ?

  25. Isabelle dit :

    Oui j’aime ma Patrie parce qu’elle est la terre de mes pères et que Dieu me commande de les honorer.Ils me l’ont léguer et j’en suis responsable.Je la léguerai à mes enfants. Je ne sais dans quel état mais j’ai l’espérance que Dieu prend soin du destin de la fille aînée de l’Eglise.
    Chaque chrétien devrait penser aux devoirs qui le lie à sa patrie, celle qui lui a été léguée par ses pères. Le monde retrouverai ainsi l’ordre de la Charité qui lui manque! Bon Dimanche!

  26. Béatrice K dit :

    Merci, Monseigneur !
    Puisse un grand nombre de Français, et autres habitants de notre pays, vous entendre – et entendre l’Esprit Saint qui parle à travers vous !

  27. Jean dit :

    Bonjour mon père,

    Merci pour cette belle méditation.

    Permettez moi trois questions :

    Trahissons nous notre patrie en souhaitant et en agissant afin qu’elle soit mieux dirigé ?

    Dans la mesure ou les outils d’action citoyenne se révèlent pervertis, quelle est la juste réaction d’un citoyen amoureux de sa patrie face à des dirigeants qui bafouent quotidiennement son nom (et celui de Dieu si je vous suis) ?

    Merci encore,

    En union

  28. MARIE dit :

    Loué soit Jésus, ce grand amoureux de la France !
    Aimons Jésus et Marie !Prions Jésus et Marie !
    Et nous aimerons notre patrie.
    Béni sois-tu Seigneur pour tout ce que tu nous donnes en nous prêtant la France !
    Béni sois-tu Seigneur pour chacun de ses habitants !

  29. odendall dit :

    Bravo, merci de cet utile rappel!

  30. odendall dit :

    Merci, Monseigneur, de cet utile rappel à l’amour filial que l’on doit à sa patrie. Comme vous le dites, beaucoup de personnes et même d’institutions en France, payées par nos impôts, font ce qu’ils peuvent pour nous faire perdre l’amour de notre patrie: d’abord en montrant combien ils en méprisent la nature et ensuite en prétendant en être les porte-paroles bien pensants et nous condamner comme déviants. Il faut aujourd’hui effectivement se rappeler les raisons d’aimer la France, on ne peut être français sans l’amour.
    J’avais écris une participation à « qu’est-ce qu’être français « de l’Institut Montaigne en 2009 sur ce point et m’était fait insulter par la Sorbonne. Les bien pensants s’aiment eux-même avant d’aimer la France.
    Merci encore de cet utile rappel.
    Marc Odendall

  31. Jean-Paul dit :

    Pour moi qui suis de la Nouvelle France (Québec) dont
    la devise est « Je me souviens », je veux me rappeler
    de qui je suis le fils et dire: « Merci, je t’aime » !

  32. Henri dit :

    La patrie est un devoir de piété. oui, bien vu, cela ne nous dispense pas de lutter et de nous révolter au moins sur un plan spirituel et incarné comme « rouages actifs » – comme demandait le philosophe Théodore Hacker- de l’histoire à ceux qui dénaturent et détruisent sciemment cette piété, nous luttons pour cet espace  » à la douce pitié de Dieu  » et nous ne rendrons pas ces armes.
    Il nous faut des Antigone chrétiennes!

  33. de LAMBERT Annick dit :

    Merci pour cette méditation. Oui, je suis d’accord avec vos propos car je trouve que nous sommes terriblement gâtés en France, nous avons un pays merveilleux que beaucoup ne savent pas apprécier à sa juste mesure malheureusement. C’est dommage que certains politiques s’acharnent à vouloir lui imposer une culture de mort et une culture de liberté désordonnée qui tuent les plus faibles au lieu de les aider à grandir dans le respect des âmes et des corps, dans le respect de la création de Dieu. Personnellement nous essayons d’accueillir ceux qui ont besoin de redécouvrir le pourquoi de leur existence en leur faisant gouter la joie de la prière de reconnaissance pour tout ce qui est positif et constructif dans leur vie, reconnaissance pour ce passé si douloureux où nos grands-parents et parents se sont battus pour que nous restions un pays libre où nous pouvons prier et aimer au contraire de bien d’autres pays. Merci Seigneur pour tout ce que nous avons reçu. N’oublions pas que le respect est la sauvegarde de l’amour : respect pour notre Eglise, pour nos parents, pour notre pays, pour ceux qui sacrifient de leur temps pour sauver la France fille ainée de l’Eglise. Oui, aimer et respecter, rendre grâce doivent être nos lignes de conduite.

  34. Gerc. dit :

    « misonéiste »… J’ai appris un nouveau gros mot : merci cher Pascal, toujours aussi drôle et pédagogue 😉