Méditation de l’Abbé Ronan de Gouvello

« Je suis noire mais je suis belle » Ct 1,5

Abbé Ronan de GouvelloCe verset du cantique des cantiques, est écrit en lettres d’or sur le retable  du XVIIème siècle qui orne  la chapelle Sainte Anne au Sanctuaire de Rocamadour. Comme un millier de sanctuaires en Europe, dont deux cents en France,  ce sanctuaire vénère  la Vierge Marie comme Vierge Noire . 

Elle est « noire mais belle ». Noire,  pas d’abord pour la couleur de sa peau mais davantage pour l’expression de son état d’âme. Noire, c’est-à-dire frappée par une épreuve immense comme un glaive de douleur qui lui transperce le cœur.

Belle car debout, ferme comme le roc dans son Espérance : cette épreuve ne l’a pas aigrie, elle n’a pas failli dans son âme immaculée. D’où lui vient cette force d’âme ? L’Evangile des noces de cana nous permet d’entrevoir une des grandes vertus qui habitent la Vierge Marie. Rappelez-vous la réaction étonnante de Jésus à la remarque de sa Mère : « Ils n’ont plus de vin ».  Jésus semble stupéfait : « Femme, que me veux-tu ? mon heure n’est pas encore venue. » Jésus comprend dans la demande de sa Mère, qu’elle l’invite à vivre dès maintenant son heure, d’anticiper le moment de sa Passion, comme s’il lui disait : « Mesures-tu ce que tu me demandes ?  le prix de ta requête ? » L’invitation de Marie aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira ! » semble confirmer la disposition intérieure de la Vierge. Elle  fait écho à un autre passage de la Bible, cent cinquante ans avant la venue de Jésus et rapporté par le deuxième livre des Maccabées. Une maman avait été arrêté avec ses sept fils par le tyran Antiochus Epiphane IV, ce dernier avait envahie la Terre Sainte et cherchait à faire abjurer les juifs en les contraignant à manger de la viande interdite par la loi. Certains renièrent l’alliance de leurs pères, d’autres s’enfuirent, d’autres encore prirent les armes.  Beaucoup furent martyrisés pour leur fidélité. Le récit de la mort de cette famille est bouleversant ; l’on voit la maman encourager ses fils à être fidèles à Dieu au prix de leur vie, au prix de sa maternité. Dans une très grande cruauté, Antiochus, mis en échec par la résistance héroïque de ces enfants, fit périr un à un chacun d’eux. « Éminemment admirable et digne d’une illustre mémoire fut la mère qui, voyant mourir ses sept fils dans l’espace d’un seul jour, le supporta courageusement en vertu  des espérances qu’elle plaçait dans le Seigneur. Elle exhortait chacun d’eux dans la langue de ses pères, et, remplie de nobles sentiments, elle animait d’un mâle courage  son raisonnement de femme. »  2M 7,20-21.  Bien plus qu’une simple mort héroïque, cette maman enfantait l’humanité entière dans l’espérance de la résurrection des morts : pour la première fois dans toute l’histoire de l’humanité était explicitement confessée la foi en la résurrection, au prix de sa maternité.

A Cana, la Vierge Marie offre son Fils, son unique, celui qu’elle chérit, quand elle porte dans son cœur le désir du Salut du Monde, le don de la Vie en surabondance (Jn 10,10). La Vierge Marie connaît le prix de notre Salut, le prix de notre sainteté car on ne devient saint que parce que quelqu’un l’a désiré pour nous. Rappelez-vous Blanche de Castille pour Saint Louis, Ste Thérèse de Lisieux pour Pranzini. La sainteté naît d’une maternité spirituelle. « Mon premier enfant » s’exclamera sainte Thérèse à l’annonce du signe de conversion du criminel avant son exécution.

La France a comme patronne principale la Vierge Marie et patronnes secondaires Ste Jeanne d’Arc et Ste Thérèse. Prier pour la France, c’est choisir de s’offrir dans une maternité d’Espérance, quel qu’en soit le prix, pour que le Seigneur nous donne les saints dont notre pays a tant besoin. Ce temps de Carême qui s’ouvre peut être vécu comme une invitation à parrainer un saint ou une sainte du nouveau millénaire dans le secret du cœur, dans le silence des petits sacrifices et de la fidélité à la prière. Que Notre-Dame nous introduise à cette école de l’Amour dont Elle est la pédagogue éminente, le modèle héroïque de la mère dans les bras de laquelle on ne connaît aucune déception.

Abbé Ronan de Gouvello
L’Abbé Ronan de Gouvello a été ordonné prêtre en 1998 par Mgr Gaidon pour le diocèse de Cahors. Il est actuellement curé de la paroisse de Gramat et Recteur du Sanctuaire Notre-Dame de Rocamadou
A partager ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on TumblrPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone
Publié dans Méditations
108 commentaires sur “Méditation de l’Abbé Ronan de Gouvello
  1. Chenaux Patric dit :

    Certains accusent les chrétiens, ou tout du moins la Bible d’être raciste. Et pour le démontrer, ils se servent de ce verset:« Je suis noire mais je suis belle » (Ct 1,5).
    Alors pour leur repondre voyons ce que dit l’Eglise: Déjà la traduction oecuménique, en français courant traduit: « J’ai beau avoir le teint bronzé, je suis jolie comme les tentes des bedoins, comme les tapisseries de luxe. » Avec comme note, éclaircissant les versets 5-8: « Devant les filles de la capitales, la bien aimée justifie le teint hâlé de sa peau. Un différend avec ses frères l’a conduite à garder les vignes. De là elle aimerait rejoindre son bien-aimé qui est berger et lui demande où le retrouver à midi. » (ZeBible, Cantique, Chap 1, Bibli’O, 2011, p.1178).

  2. Espérance dit :

    « Heureux l’homme au cœur pur
    A qui DIEU remet la nouvelle Eve.
    Heureux le serviteur obscur
    Pour qui l’aurore se lève!

    De nuit l’ange survient,
    Dissipant les ombres du silence;
    Joseph peut entrevoir de loin
    Sa part dans l’œuvre d’ALLIANCE.

    JESUS lui est confié,
    Cet enfant qui dort en Son épouse;
    MARIE est le jardin fermé
    Où DIEU éveille une source.

    Heureux l’homme qui sait
    Accueillir Le VERBE de Lumière;
    JESUS, en regardant JOSEPH,
    Verra l’image du PERE. »

    Liturgie des Heures

  3. Espérance dit :

    « Célébrons dans la JOIE
    la fête de SAINT JOSEPH ,
    le serviteur fidèle et avisé
    que Le SEIGNEUR a établi sur sa famille.
    Saint Luc 12:42

    « PRIONS avec insistance pour TOUS nos pasteurs,
    AIMONS NOS PRÊTRES, notre ÉVÊQUE, notre PAPE,

    PRENONS CONSCIENCE
    de la difficulté de leur charge, des tentations
    et des pièges que leur tend l’Adversaire,
    l’esprit du mal et ses troupes.
    SOYONS pour eux VIGILANTS dans la PRIÈRE

    et DEMANDONS inlassablement au PÈRE
    d’ENVOYER de NOUVEAUX OUVRIERS À SA MOISSON.»

    Père Yannik Bonnet.

    • Espérance dit :

      « DIEU Tout-Puissant,
      à l’aube des temps nouveaux
      tu as confié à SAINT JOSEPH
      la garde des Mystères du SALUT;
      accorde maintenant à Ton EGLISE,
      toujours soutenue par SA PRIERE,
      de veiller sur leur achèvement.
      Par JESUS-CHRIST Notre-SEIGNEUR. »
      Amen

      Prions en Eglise

      • Espérance dit :

        « La première FAMILLE de DIEU sur la Terre
        fut LA FAMILLE de NAZARETH :
        Celle de JESUS, MARIE et JOSEPH. Elle est notre modèle.

        Nous aimons vivre avec MARIE et JOSEPH,
        près de JESUS et pour LUI,

        les TRAVAUX quotidiens, la PRIERE,
        le SILENCE, l’OFFRANDE,
        les RELATIONS FRATERNELLES,
        la PAIX du COEUR, l’ACCUEIL,
        dans une grande simplicité de vie
        qui nous permet d’être proches
        de tous et ouverts à TOUS.

        A l’école de Nazareth,
        DIEU nous donne de découvrir
        les richesses inépuisables de la vie cachée
        selon les paroles de l’Apôtre :

        « VOTRE VIE EST CACHEE avec LE CHRIST EN DIEU »
        (Colossiens 3,3),
        comme celle de Marthe à la Plaine… »

        « …La prière mariale a une place privilégiée.
        Chaque jour nous redisons ensemble
        notre CONSECRATION à JESUS par MARIE,
        nous méditons le chapelet en famille
        et nous confions l’œuvre des Foyers à SAINT JOSEPH. »

        « Les Foyers de Charité sont dans le monde
        des lieux d’ADORATION,
        faisant de nous
        des contemplatifs dans l’action »

        Foyer de Chateauneuf

        • Espérance dit :

          Prions en Eglise

          • Espérance dit :

            « Ô MÈRE qui êtes restée si sublime
            au pied de La CROIX,
            apprenez-nous à accepter généreusement
            la VOLONTÉ de DIEU… »

            « SEIGNEUR, venez nous bénir…
            Venez au secours de la SAINTE EGLISE, notre Mère.
            Sauvez l’Œuvre de votre Miséricorde. »

            Marthe Robin

            SAINTE MARIE, SAINT JOSEPH, priez pour nous… MERCI

        • BERNE dit :

          Seigneur pourquoi m’avez-vous dit d’aimer tous mes frères, les hommes, j’ai essayé, mais vers Vous je reviens effrayé: Seigneur j’étais si tranquille chez moi, je m’étais organisé, je m’étais installé.Mais dans ma forteresse, Seigneur, vous avez découvert une faille, Ah! Seigneur, j’ai tout perdu, je ne suis plus à moi, il n’y a plus de place pour moi chez moi. Ne crains rien dit Dieu, tu as Tout gagné, car tandis que les hommes entraient chez toi, Moi, ton Père, Moi ton Dieu, je me suis glissé parmi eux. « Aujourd’hui je vais habiter chez toi ».

  4. Espérance dit :

    DIEU FIDELE A TA PROMESSE, BENI SOIT TON NOM!

    « L’AMOUR du SEIGNEUR, sans fin je le chante;
    TA FIDELITE, je l’annonce d’âge en âge.
    Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours;
    TA FIDELITE est plus stable que les cieux.

    « Avec mon élu, J’ai fait une ALLIANCE,
    J’ai juré à David, mon serviteur:
    J’établirai ta dynastie pour toujours,
    Je te bâtis un trône pour la suite des âges.

    « Il me dira : Tu es mon PERE,
    mon DIEU, mon ROC et mon SALUT!
    Sans fin Je lui garderai mon AMOUR,
    MON ALLIANCE AVEC LUI SERA FIDELE. »

    DIEU FIDELE A TA PROMESSE, BENI SOIT TON NOM!

    Psaume 88 (89)
    Prions en Eglise

    • Espérance dit :

      « GLOIRE à TOI, SEIGNEUR, GLOIRE à TOI! »

      « Heureux le serviteur FIDELE:
      DIEU lui confie Sa maison. »

      « GLOIRE à TOI, SEIGNEUR, GLOIRE à TOI! »
      Saint Luc 12:42

      Prions en Eglise

      • Espérance dit :

        « Jacob engendra JOSEPH, l’époux de MARIE,
        de laquelle fut engendré JESUS,
        que l’on appelle CHRIST (ou MESSIE).

        Voici quelle fut l’origine de JESUS-CHRIST.
        MARIE, la mère de JESUS,
        avait été accordée en mariage à JOSEPH;
        or, avant qu’ils aient habité ensemble,
        elle fut enceinte par l’action de L’ESPRIT-SAINT.

        JOSEPH, son époux, qui était un homme juste,
        ne voulait pas la dénoncer publiquement;
        il décida de la répudier en secret.
        Il avait formé ce projet,
        lorsque L’ANGE du SEIGNEUR
        lui apparut en songe et lui dit:

        « JOSEPH, fils de David,
        ne crains pas de prendre chez toi MARIE, ton épouse:
        L’ENFANT qui est engendré en Elle
        vient de L’ESPRIT-SAINT;
        Elle mettra au monde un FILS,
        auquel tu donneras le nom de JESUS
        (c’est-à-dire : LE-SEIGNEUR-SAUVE),
        car c’est LUI
        qui sauvera son peuple de ses péchés. »

        Quand JOSEPH se réveilla,
        il fit ce que L’ANGE du SEIGNEUR lui avait prescrit. »

        Évangile de JESUS-CHRIST
        selon Saint Matthieu 1:16.18-21.24a
        « Grâce à JOSEPH, JESUS sera reconnu comme fils de David »

        Prions en Eglise

  5. Espérance dit :

    « L’EVANGILE est particulièrement discret sur SAINT JOSEPH,
    mais il y a néanmoins quelques péricopes qui parlent de Lui
    et qui décrivent Sa participation à l’économie
    de l’INCARNATION REDEMPTRICE.

    Pourtant, le passage que nous propose la liturgie
    de ce jour de Sa fête,
    fait à peine allusion à SA PRESENCE aux côtés de MARIE.
    Saint Luc parle à plusieurs reprises des « parents » de JESUS,
    incluant donc implicitement SAINT JOSEPH,
    mais il ne le désigne jamais par son nom propre.

    Son action – ou plutôt sa passion – semble se confondre
    avec celle de MARIE, dont il partage l’angoisse:
    « VOIS COMME NOUS AVONS SOUFFERT
    EN TE CHERCHANT, TON PERE ET MOI! »

    Les récits de l’enfance du troisième EVANGILE
    se structurent autour du binôme MARIE-JESUS,
    LA MERE et L’ENFANT,
    tandis que SAINT JOSEPH s’efface discrètement,
    se contentant d’offrir le cadre de vie
    dans lequel le Mystère de la venue de DIEU
    parmi les hommes pourra se déployer. »

    Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

    • Espérance dit :

      « Cette présentation n’a évidemment pas pour but
      de minimiser la place de SAINT JOSEPH,
      mais elle cherche plutôt à nous faire découvrir
      sa manière propre d’agir.

      Sa vie est mystère d’effacement;
      et par le fait même, Il nous invite à nous effacer à notre tour,
      pour laisser toute la place
      à Celui qui a daigné venir nous visiter
      sous les humbles apparences d’un ENFANT.

      Le SILENCE si éloquent de SAINT JOSEPH
      n’est pas celui de l’indifférence mais de la CONTEMPLATION:
      celui qui fut donné pour père au FILS de DIEU
      s’est mis silencieusement à l’ECOLE de la SAGESSE INCARNEE
      qui grandissait sous ses yeux;
      et lorsque les événements le déconcertent,
      loin de reprendre l’initiative,
      il attend patiemment que DIEU lui fasse signe
      ou que le voile se lève et que surgisse la LUMIERE. »

      Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

      • Espérance dit :

        « C’est bien ce qui se passe dans le passage
        du recouvrement de l’enfant au Temple,
        au milieu des docteurs qui « s’extasiaient
        sur son intelligence et sur ses réponses ».

        Certes SAINT JOSEPH tout comme MARIE,
        a souffert de la disparition de JESUS;
        comme Elle il a été surpris de voir Son ENFANT,
        apparemment insouciant, au milieu des docteurs.
        Mais Il n’intervient pas impulsivement
        comme nous l’aurions fait:
        Il attend de découvrir la raison cachée
        de ce comportement inattendu.

        En bon juif, Il sait que DIEU parle dans les événements;
        or cet ENFANT EST LA PAROLE de DIEU venue dans la chair;
        Elle parle donc non seulement par ce qu’elle dit,
        mais par tout ce qu’elle fait. »

        Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

        • Espérance dit :

          « Comme nous aimerions découvrir
          le regard échangé entre JESUS et son papa à ce moment
          qui marque la fin de l’enfance du FILS de Joseph
          et son entrée dans la vie adulte.

          Non, La PAROLE de JESUS:
          « C’EST CHEZ MON PERE que JE DOIS ETRE »
          n’est pas un démenti de la paternité de JOSEPH,
          bien au contraire!

          Par ces quelques mots JESUS atteste
          que JOSEPH a su Le conduire
          jusqu’au seuil du Mystère de Sa Personne divine,
          enfouie dans la pâte humaine reçue de la VIERGE MARIE.

          C’est sous la conduite patiente, attentive, aimante, vigilante de JOSEPH,
          que JESUS « A GRANDI en SAGESSE et en GRACE,
          sous le regard de DIEU et des hommes » (Luc 2,52).
          Telle est sans aucun doute
          la plus grande gloire de SAINT JOSEPH :

          Il a été à tel point
          le MIROIR de la PATERNITE DIVINE,
          qu’Il a permis à JESUS
          de découvrir qui est Son véritable PERE.

          Ou pour le dire autrement:
          c’est dans le face à face avec JOSEPH,
          que le VERBE incarné
          a pris humainement conscience
          de Sa filiation DIVINE. »

          Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            « JOSEPH a exercé sa paternité
            en s’effaçant,
            en se retirant;
            et c’est dans ce retrait même,
            IL A REVELE LE PERE des CIEUX.

            Aussi est-ce à juste titre que JESUS l’appelait
            durant les années d’enfance de ce nom de « Abba »
            par lequel IL désignera par la suite
            Son PERE des Cieux.

            Voilà pourquoi après MARIE, SAINT JOSEPH
            est le plus grand parmi les Saints du Ciel,
            lui qui fut L’OMBRE du PERE ETERNEL.

            Nul doute que ce ministère de paternité
            qu’il a exercé en faveur du CHRIST,
            SAINT JOSEPH continue de l’assurer
            en faveur des membres de Son CORPS,
            c’est-à-dire de tous ceux qui,
            par LE BAPTEME et par LA FOI,
            sont « NES D’EAU ET D’ESPRIT »
            (Jean 3, 5).

            CHACUN de NOUS est ainsi confié
            à la paternité bienveillante
            de CELUI qui est chargé de nous conduire
            jour après jour
            jusqu’à la pleine conscience
            de notre FILIATION adoptive dans LE CHRIST.

            Puissions-nous consentir à ce ministère
            et accueillir avec reconnaissance
            l’AUTORITE de SAINT JOSEPH,
            LUI DEMEURANT JOYEUSEMENT SOUMIS,
            comme JESUS nous en donne l’exemple. »

            Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH

          • Espérance dit :

            « SEIGNEUR JESUS,
            c’est dès le premier moment de Ta Conception
            que TU ES pour nous
            “Le CHEMIN, La VERITE et La VIE”
            (Jean 14, 6).

            Ce n’est donc pas seulement durant TA vie publique
            que je suis appelé à Te suivre,
            mais dès Ta plus tendre enfance!

            Accueille-moi auprès de Toi à Nazareth
            entre MARIE et JOSEPH,
            et enseigne-moi à Ton école,
            comment entrer dans l’humble soumission
            à ceux que Tu me donnes comme parents
            dans l’ordre de La GRACE ».

            Père Joseph-Marie, Famille de SAINT JOSEPH
            http://www.homelies.fr/homelie,saint.joseph,4148.html

  6. Espérance dit :

    MARIE
    « Elle est « noire mais belle ».
    Noire, c’est-à-dire frappée
    par une épreuve immense
    comme un glaive de douleur
    qui Lui transperce le Cœur. »

    Abbé Ronan de Gouvello

  7. Espérance dit :

    St Alexandre de Jérusalem, 3ème siècle.
    Fêté le 18 mars.

    « Evêque de Jérusalem, il y fonda une précieuse bibliothèque,
    ouvrit une école de catéchèse puis, dans sa vieillesse,
    il confessa Le CHRIST jusqu’au martyre.

    Originaire de Cappadoce [Turquie] il y accueillit
    Saint Clément d’Alexandrie
    qui avait été dépossédé de son siège.
    Puis il partit pèleriner en Terre Sainte et n’en revint jamais,
    car il avait été choisi comme Evêque de Jérusalem.
    Là il eut bien des difficultés pour que les fidèles
    judéo-chrétiens acceptent les fidèles d’origine païenne.

    Il est à l’origine de la bibliothèque de Jérusalem
    où il plaça les ouvrages de valeur de son temps,
    ouvrages qui pouvaient servir à l’édification
    intellectuelle et spirituelle de sa communauté.

    Il accueillit Origène, l’ordonna prêtre
    et lui procura un asile paisible à Césarée
    où ce grand homme put continuer l’œuvre immense
    qu’il devait léguer à la postérité.

    Durant la persécution de Dèce
    ll fut mis en prison et y mourut en 251.
    Origène écrivait de son bienfaiteur:
    « Jamais je n’ai rencontré un évêque
    aussi doux et d’une telle bonté. »
    Nominis.cef

    • Espérance dit :

      Prions pour les CHRETIENS de TERRE SAINTE.

      « Pour les chrétiens de Terre Sainte, de Syrie, d’Irak,
      du Proche et du Moyen-Orient :
      pour qu’ils soient soutenus par la PRIERE
      de toutes les communautés chrétiennes,
      pour qu’ils gardent courage dans l’adversité
      et puisent leur force dans la PAQUE du CHRIST,
      SEIGNEUR, nous Te prions. »

      « Pour la rencontre entre les croyants
      juifs, chrétiens et musulmans :
      pour qu’ils invoquent chacun le DON de la PAIX,
      comme l’a vécu le Pape François en juin 2014 au Vatican,
      et se découvrent davantage frères et sœurs.

      par JESUS, LE CHRIST, Notre SEIGNEUR. »

      Prière universelle

      • Espérance dit :

        « SEIGNEUR Notre DIEU,

        Tu as choisi l’Orient
        pour envoyer ton Fils unique
        et accomplir l’économie du salut.

        C’est une jeune fille orientale, La VIERGE MARIE,
        que tu as choisie pour qu’Elle porte
        et enfante Ton FILS unique;

        C’est en Orient
        qu’IL a grandi, qu’IL a travaillé,
        qu’IL a choisi ses apôtres et ses disciple;

        C’est en Orient
        où IL a transmis Ta volonté
        et Tes enseignements,
        où IL a fait des miracles et des prodiges;

        C’est en Orient où IL s’est livré;
        C’est en Orient où IL a choisi de souffrir,
        de mourir et de ressusciter;

        C’est de l’Orient
        où IL est monté au ciel
        et a siégé à Ta droite.

        Nous Te prions d’accorder les forces nécessaires
        à Tes enfants en Orient pour qu’ils soient affermis
        dans la FOI et dans l’ESPERANCE de Tes Saints Apôtres. »

        Amen

        St Ephrem le Syrien, 306-374
        diacre et docteur de l’Église
        AIDE A L’EGLISE EN DETRESSE

        • Espérance dit :

          Saint Cyrille de Jérusalem, 4ème siècle.
          Evêque de Jérusalem, docteur de l’Eglise.
          Fêté le 18 mars.

          « Originaire des environs de Jérusalem,
          il devint prêtre en 345 puis évêque de Jérusalem
          en ce IVe siècle troublé par les querelles
          entre ariens et orthodoxes.

          Il fut, à trois reprises, chassé
          de son siège épiscopal par les ariens
          qui contestaient la pleine DIVINITE du CHRIST.

          Il vivra en tout dix-sept années en exil.
          En 378, il revient enfin définitivement
          dans Jérusalem déchirée par les divisions.
          Il prêchera inlassablement
          pour enfanter un peuple chrétien
          dans la ville qui connut
          La PASSION du CHRIST et Sa RESURRECTION.

          Ce seront ses admirables catéchèses de la Nuit Pascale
          pour la FORMATION des NOUVEAUX BAPTISES.
          Il le faisait près des deux « grottes mystiques »,
          celle du Tombeau du CHRIST près du calvaire,
          et celle du Mont des Oliviers.
          Elles lui ont valu d’être proclamé
          docteur de l’ÉGLISE par Léon XIII. »

          nominis.cef

          • Espérance dit :

            « J’accueille avec plaisir tous les pèlerins
            de langue française présents ce matin.
            A l’exemple de Saint Cyrille,
            mettez Le CHRIST au centre de votre VIE,
            de votre PRIERE, de votre ACTION. »

            Pape Benoit XVI, 2007

            Avec La VIERGE MARIE et SAINT JOSEPH
            les Saints d’Orient,
            et toute la Milice Céleste
            prions pour les CHRETIENS D’ORIENT

  8. Espérance dit :

    MARIE La SAINTE VIERGE
    « Elle porte dans Son Cœur
    le désir du SALUT du Monde,
    le don de la VIE en surabondance »

    Abbé Ronan de Gouvello

    • Espérance dit :

      « En ce temps-là,
      APRES AVOIR GUERI LE PARALYSE UN JOUR DE SABBAT,
      JESUS déclara aux Juifs:

      « Mon PERE est toujours à l’œuvre,
      et moi aussi, Je suis à l’œuvre. »
      C’est pourquoi, de plus en plus,
      les Juifs cherchaient à Le tuer,
      car non seulement IL ne respectait pas le sabbat,
      mais encore il disait que DIEU était son propre PERE,
      et IL se faisait ainsi L’EGAL de DIEU.

      JESUS reprit donc la parole. IL leur déclarait:
      « Amen, amen, Je vous le dis:
      Le FILS ne peut rien faire de Lui-même,
      IL fait seulement ce qu’IL voit faire par Le PERE;
      ce que fait Celui-ci,
      Le FILS le fait pareillement.
      Car Le PERE aime Le FILS
      et Lui montre tout ce qu’IL fait.
      IL Lui montrera des œuvres plus grandes encore,
      si bien que vous serez dans l’étonnement.
      Comme Le PERE, en effet, relève les morts
      et les fait vivre,
      ainsi Le FILS, Lui aussi, fait vivre qui IL veut.

      Car Le PERE ne juge personne:
      IL a donné au FILS tout pouvoir pour juger,
      afin que tous honorent Le FILS comme ils honorent Le PERE.
      Celui qui ne rend pas honneur au FILS
      ne rend pas non plus honneur au PERE, qui L’a envoyé.
      Amen, amen, Je vous le dis:
      QUI ECOUTE MA PAROLE
      et CROIT EN CELUI QUI M’A ENVOYE,
      OBTIENT LA VIE ETERNELLE
      et il échappe au jugement,
      car déjà il passe de la mort à la VIE.

      Amen, amen, Je vous le dis :
      l’heure vient – et C’EST MAINTENANT* –
      où les morts entendront LA VOIX du FILS de DIEU,
      et ceux qui l’auront entendue vivront.
      Comme Le PERE, en effet, a la VIE en Lui-même,
      ainsi a-t-il donné au FILS d’avoir, Lui aussi, la VIE en Lui-même;
      et IL Lui a donné pouvoir d’exercer le jugement,
      parce qu’IL est le Fils de l’homme.
      Ne soyez pas étonnés;
      l’heure vient
      où tous ceux qui sont dans les tombeaux
      entendront Sa Voix;

      alors, ceux qui ont fait le bien sortiront
      pour ressusciter et vivre,
      ceux qui ont fait le mal,
      pour ressusciter et être jugés.

      Moi, je ne peux rien faire de moi-même;
      Je rends mon jugement d’après ce que J’entends,
      et mon jugement est juste,
      parce que Je ne cherche pas à faire ma volonté,
      mais la VOLONTE de CELUI qui M’A ENVOYE. »

      Évangile de JESUS-CHRIST selon Saint Jean 5:17-30
      « Comme Le PERE relève les morts et les fait vivre,
      ainsi Le FILS fait vivre qui IL veut »

      Prions en Eglise

      • Espérance dit :

        INVITER A PASSER DE LA MORT A LA VIE

        « Le PERE et Le FILS ont la VIE en eux-mêmes.
        Les hommes pourront s’asseoir à la table
        de cette vie partagée.
        Voici la clé des récits évangéliques!
        Voici l’étonnante révélation
        qui donne le sens de toute guérison
        et de toute RENCONTRE du CHRIST.

        Au long de son parcours parmi les hommes
        surgissent déjà les signes du Mystère Pascal,
        par lequel tout homme est invité
        à passer de la mort à la VIE.

        Les icones russes de la RESURRECTION
        soulignent bien ce mouvement du RESSUSCITE
        qui prend les hommes par la main
        pour les amener au jour.
        En ce temps de CAREME,
        laissons-nous entrainer!
        Laissons-nous ranimer! »

        Sœur Véronique Thibaut
        Prions en Eglise

        • Espérance dit :

          *ET C’EST MAINTENANT

          « JESUS reprend un scenario apocalyptique
          très répandu au 1er siecle :
          A la fin des temps aura lieu la RESURRECTION générale,
          les uns ressusciteront pour la VIE,
          les autres pour un JUGEMENT.

          Mais, d’un seul mot, il le transforme radicalement :
          « C’EST MAINTENANT »!
          Il ne faut pas attendre une hypothétique fin des temps,
          car des maintenant SA PRESENCE
          invite à la CONVERSION et à la FOI :

          Déjà celui qui CROIT en LUI passe de la mort à la VIE.

          Les Chrétiens sont trop peu conscients
          de cet extraordinaire retournement du temps :
          déjà la fin des temps est arrivée,
          la RESURRECTION est présente dans NOS VIES,
          elle nous arrache à toute peur du jugement,
          nous sommes avec JESUS,
          entrés dans une vie
          que la CONFIANCE et l’AMOUR transfigurent. »

          Roselyne Dupont-Roc
          Prions en Eglise

  9. Espérance dit :

    « Je ne cherche pas à faire ma propre volonté,
    mais LA VOLONTE de CELUI qui M’ENVOIE ».

    Quelle belle soumission du Fils au Père!
    Le CAREME semble certainement bien court
    à ceux qui essaient de mettre leur cœur
    dans de telles dispositions.
    Dans notre société qui vante
    l’autonomie et l’indépendance,
    cela ne va pas sans mal.

    On se représente sans peine combien il est doux
    de s’associer à l’ « œuvre du PERE »,
    d’en être le fidèle serviteur…
    Voilà un sujet de contemplation à lui seul.
    Le PERE et Le FILS, dans l’extraordinaire UNITE
    qui est la leur, œuvrent ensemble.
    L’initiative revient entièrement au PERE:
    « Le FILS ne peut rien faire par Lui-même » et
    « Le PERE aime Le FILS et Lui montre tout ce qu’IL fait ».

    Frère Dominique

    • Espérance dit :

      « Certes, à nous, la VOLONTE du PERE
      n’est pas spontanément accessible.
      Ses chemins restent souvent mystérieux pour nous.
      Mais il est toujours possible de

      GARDER LES YEUX FIXES sur LE CHRIST.
      LUI EST LE CHEMIN.

      Dès lors, vivre dans l’ESPRIT FILIAL
      reçu au jour de notre BAPTEME,
      revient à s’associer étroitement à l’action du FILS,
      à regarder ce qu’IL fait et à l’accomplir avec Lui.

      Cette étape n’est pas aisée,
      mais elle se conçoit assez facilement.
      Elle n’est cependant qu’un pas sur la route.
      Car ce que fait Le FILS, IL le tient du PERE.
      IL fait ce qu’il convient et rien de plus :
      « IL fait seulement ce qu’IL voit faire par Le PERE ».
      IL est de la nature du FILS, en effet,
      de se recevoir entièrement du PERE;
      Le FILS n’est rien d’autre que ce que Le PERE
      Lui donne d’être.

      Il ne serait pas surprenant que
      notre contemplation
      et notre volonté de SUIVRE le CHRIST
      connaisse ici quelque hésitation.
      Tout est dans le « seulement ».
      On conçoit facilement de se mettre à l’œuvre de DIEU,
      mais il n’est pas rare d’espérer que, en retour,
      DIEU se mette à notre œuvre à nous.
      Ou simplement qu’il nous laisse notre jardin secret,
      notre lieu d’épanouissement personnel.
      Comme il est difficile de renoncer à sa volonté propre…»

      Frère Dominique

      • Espérance dit :

        « Renoncer à cette purification
        serait pourtant sortir du dynamisme de la vie.
        La communion du PERE et du FILS
        porte en effet son fruit de VIE,
        la VRAIE VIE, la VIE ETERNELLE,
        celle qui fait échapper au jugement.
        Cette vie est la VIE FILIALE,
        celle qui fait que rien ne peut nous séparer
        de Notre SEIGNEUR,
        pas même la mort.

        Et « comme Le FILS a la VIE en Lui,
        ainsi a-t-il donné au FILS d’avoir la VIE en Lui-même »,
        ainsi Le FILS, par sa qualité de FILS,
        dispose-t-IL de la VIE en son nom propre.
        Elle est au cœur du jugement qu’IL prononce.
        IL ne peut d’ailleurs juger que parce qu’il est Le FILS.
        C’est-à-dire parce qu’IL fait tout
        dans la communion avec Le PERE.
        IL insiste : « Je ne peux rien faire par moi-même;
        Je rends mon jugement d’après ce que J’entends ».

        Or ce qu’IL entend du PERE,
        c’est la MISERICORDE pour les pécheurs,
        la VIE pour SES ENFANTS.
        Ainsi Le FILS dispose-t-il de la vie
        pour « celui qui écoute [Sa] parole
        et croit au PERE qui [L’]a envoyé ».

        Enfin, Le FILS accomplit l’œuvre du PERE jusqu’au bout.
        IL ne tient pas son autorité de juge
        de sa proximité avec Le PERE seulement,
        mais aussi de sa proximité avec ceux qu’IL juge.
        IL fait jaillir la VIE du milieu de notre mort.
        IL nous appelle à la VIE
        en venant nous chercher dans nos tombeaux:
        « l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux
        vont entendre Sa Voix, et ils sortiront ». »

        Frère Dominique

        • Espérance dit :

          « Je ne cherche pas à faire ma propre volonté,
          mais la VOLONTE de CELUI qui M’ENVOIE ».

          « Ce verset tient finalement en trois décisions simples:
          faire le bien que DIEU me montre,
          le faire jusqu’au bout,
          et ne rien faire de plus.

          Alors nous serons totalement animés
          par L’ESPRIT qui fait de nous des fils,
          par L’ESPRIT qui nous révèle
          la vraie nature du CŒUR du PERE:

          « Est-ce qu’une femme peut oublier son petit enfant,
          ne pas chérir le fils de ses entrailles?
          Même si elle pouvait l’oublier,
          moi, Je ne t’oublierai pas
          – Parole du SEIGNEUR Tout Puissant ». »

          Frère Dominique
          http://www.homelies.fr/homelie,ferie.de.careme,4147.html

  10. Espérance dit :

    « Vous tous qui avez soif,
    venez, voici de l’eau! dit Le SEIGNEUR;
    Même si vous n’avez pas d’argent,
    venez et buvez avec joie. »
    Isaïe 55:1

    « Donne à tes fidèles, SEIGNEUR,
    en ce temps de pénitence,
    une vraie générosité à Te servir:
    qu’ils se disposent ainsi à recevoir
    dans un cœur purifié
    l’annonce du Mystère Pascal,
    et à transmettre au monde
    la joyeuse nouvelle du SALUT. »
    Par JESUS-CHRIST Notre-SEIGNEUR. »
    Amen

    « Mon berger, c’est Le SEIGNEUR:
    je ne manque de rien;
    SUR DE FRAIS PATURAGES,
    IL ME LAISSE REPOSER.
    IL me mène auprès des eaux tranquilles
    et me fait revivre. »
    Psaume 22:1-2

    Prions en Eglise

    • Espérance dit :

      Saint Joseph d’Arimathie, 1er siècle
      Fêté le 17 mars

      « Le soir de la CRUCIFIXION,
      ce membre du Sanhedrin eut le courage
      de demander à Pilate le CORPS de JESUS:
      avec l’aide de Nicodème,
      il L’enveloppa dans un linceul
      et Le déposa dans le sépulcre. »

      Prions en Eglise

      • Espérance dit :

        Avec Saint Patrick qui fut kidnappé,
        et toute la Milice Céleste
        PRIONS pour
        TOUS les ENFANTS et JEUNES et FEMMES DISPARUS
        dans le MONDE ENTIER,
        et LEURS FAMILLES

        Aussi, LA TRAITE DES ETRES HUMAINS qui
        EST L’UNE DES ATTEINTES LES PLUS INSUPPORTABLES
        AUX DROITS DE L’HOMME

        PRIONS aussi avec MARIE au pied de LA CROIX

  11. Espérance dit :

    Saint Patrick , Irlande, v. 389 – 461
    Fêté le 17 mars

    « Je suis Patrick, pécheur, très peu instruit,
    le moindre de tous les fidèles
    et extrêmement méprisé par beaucoup. …
    et j’allais par la FORCE de DIEU
    qui dirigeait bien ma voie. »
    (extrait – Confession de St Patrick)

    «Saint Patrick est né en Grande-Bretagne,
    quelque part sur la côte ouest,
    on ne connait pas le lieu précis.
    Son père, Calpurnius, qui était fonctionnaire et diacre,
    avait une position aisée
    qui provenait de la collecte des impôts,
    mais n’était pas considéré comme un homme très religieux.
    Sa mère Conchessa, était une parente proche
    de Saint Martin de Tours. »
    Son grand-père était prêtre,
    sa grand-mère était originaire de Touraine, en GAULE. »
    Le Pape Célestine, avant sa mission en Irlande,
    lui donna le nom Patrick.

    A 16 ans, Patrick, est enlevé par des pirates
    et vendu comme esclave en Irlande.
    C’est alors qu’il découvre DIEU. Il y passe six ans.
    En 409, il s’échappe, DIEU lui ayant dit, dans un de ses rêves,
    de rejoindre le rivage et de s’embarquer sur un bateau.

    « Dans la LUMIERE, donc, de notre FOI en la Sainte TRINITE,
    je dois faire ce choix, sans égard au danger,
    je dois faire connaître le DON de DIEU
    et sa Consolation éternelle,
    sans crainte et avec franchise je dois REPANDRE partout
    le NOM de DIEU,
    afin qu’après ma mort, je puisse laisser un legs
    à mes frères et enfants que j’avais baptisés dans Le SEIGNEUR
    – tant de milliers de personnes. »
    (extrait – Confession de St Patrick)

    • Espérance dit :

      Saint Patrick gagne alors les îles de Lérins,
      près de Cannes en FRANCE.
      Il se consacre à des études théologiques
      au monastère de Saint Honora (412 – 415).
      Puis il étudia au monastère d’Auxerre avec Saint Germain,
      Evêque d’Auxerre, (Bourgogne) qui l’ordonna prêtre en 417.
      Saint Patrick passe les 15 années suivantes
      comme disciple de Saint Germain.
      Il est sacré Evêque vers 432 par le Pape Célestine.

      il se sent appelé à revenir dans cette Irlande de sa servitude
      pour l’EVANGELISER.
      Il y débarque en 432 et multiplie prédications et conversions
      dans une population dont, par force,
      il connaît bien les coutumes et la langue.

      Au Rock de Cashel, lors d’un sermon demeuré célèbre,
      il montra une FEUILLE de TREFLE:
      voilà la figure de la SAINTE TRINITE.
      Les figures de triades étaient familières à la religion celtique:
      le trèfle deviendra le symbole de l’Irlande.

      On pense que la plupart des druides devinrent moines,
      adoptant la religion chrétienne
      présentée avec tant de finesse et de conviction.
      Lorsque meurt Patrick, à Armagh, l’Irlande est chrétienne
      sans avoir compté un seul martyr
      et les monastères y sont très nombreux.

      Il est enterré aux côtés de Sainte Bridget
      et de Saint Columcille,
      tous deux également patrons de l’Irlande »

      « Ma seule prière à DIEU
      est qu’il n’arrive jamais que je laisse son peuple
      qu’IL a gagné pour Lui au bout de la terre.
      Je prie DIEU pour la PERSEVERANCE,
      qu’IL m’accorde à rester son TEMOIN FIDELE
      par AMOUR pour LUI jusqu’à mon départ de cette vie. »
      (extrait – Confession de St Patrick)

      [jeunes-cathos / Wikipedia / crewsnest]

      • Espérance dit :

        « …Je veux aussi rendre hommage, par cette visite,
        à la part que L’EGLISE IRLANDAISE
        a prise dans l’EVANGELISATION
        du continent européen, et aussi des autres continents.

        On ne peut considérer le CHRISTIANISME en EUROPE
        sans se référer au travail merveilleux accompli
        par les missionnaires et les moines Irlandais.

        Ce travail est à l’origine
        de bien des communautés chrétiennes florissantes en EUROPE.
        Et je suis persuadé que les valeurs qui sont si profondément
        enracinées dans l’histoire et dans la culture de ce peuple
        constituent une force permanente pour construire cette EUROPE
        où la DIMENSION SPIRITUELLE de l’homme et de la société
        reste l’unique garantie d’UNITE et de PROGRES. »

        Saint Jean-Paul II – Discours au Corps diplomatique – 1979

        • Espérance dit :

          *** « Vers 485, Saint Guénolé manifeste le désir
          de se rendre en Irlande
          pour vénérer Saint Patrick qui vient de mourir;
          l’apôtre lui apparaît en songe pour lui indiquer
          qu’il est préférable de rester en Armorique
          pour y fonder une abbaye.

          en 490, Saint Guénolé, nouveau Moïse,
          ouvre miraculeusement un passage dans la mer
          pour aller fonder une nouvelle abbaye
          sur la rive opposée de l’estuaire, à Landévennec,
          en Bretagne.»
          Wikipedia

          • Espérance dit :

            Saint Guénolé, Ve et début du VIe siècle, Bretagne
            Fondateur de l’abbaye de Landévennec
            Fêté le 3 mars

            Né à Ploufragan, près de Saint-Brieuc,
            de Saint Fragan et de Sainte Guen,
            fraîchement émigrés de Grande-Bretagne,
            Gwénolé était le frère des saints Jacut,
            Gwézenneg et Clervie.
            Tout jeune, il fut confié à l’école monastique
            de Saint Budoc, sur l’île Lavret.

            Devenu moine, il quitta son maître avec douze disciples pour chercher une solitude vers l’ouest.
            La colonie de moines s’installa d’abord sur l’îlot qui porte de Tibidy.
            Au bout de trois ans, quittant ce lieu inhospitalier,
            ils traversèrent l’Aulne et s’établirent définitivement à Landévennec.
            Gwénolé s’y battit un ermitage et, à quelque distance, un monastère.
            Nombreux furent les disciples qui vécurent
            dans la mouvance de Landévennec:
            Gwénaël, Martin, Conogan, Idunet, Ratian, Rioc … »
            Diocèse de Quimper

          • Espérance dit :

            « Fidèle serviteur, l’abbé Guénolé aura pour successeur saint Gwénaël.
            Détruit en 1793 pendant la Révolution,
            le haut lieu de Landévennec
            fut restauré en 1950 par les Bénédictins,
            tout près des vestiges du monastère primitif. »
            Le Jour du Seigneur, Frère Bernard Pineau, OP

            « Insistez sans cesse sur la PRIERE accompagnée
            de jeûnes et de veilles. »

            Ainsi vécut Guénolé, convertissant plus
            par son exemple que par la parole
            tous ceux qui l’approchaient
            et attirant des foules de disciples
            si bien que Landévennec devint un centre
            où furent formés un grand nombre de moines
            qui en partirent pour de nouvelles fondations.
            Le culte de Saint Guénolé se répandit
            dans toute la Cornouaille,
            attesté par la trentaine d’églises ou chapelles
            qui portent (ou ont porté) son nom
            A la mort de Saint Guénolé, le 3 mars 532
            (d’après la tradition),
            l’abbaye de Landévennec est devenue le centre religieux
            le plus important de la Bretagne de l’Ouest. »
            Ensemble Paroissial Quimper-Steir-Odet

            « A mesure que l’on progresse
            dans la VIE RELIGIEUSE et dans la FOI,
            le cœur se dilate, et l’on court dans la voie
            des commandements de DIEU,
            avec la douceur ineffable de l’AMOUR. »
            R.B. Prologue – abbaye-landevennec

  12. Espérance dit :

    MARIE,
    « Elle porte dans Son Cœur le désir du SALUT du Monde,
    le don de la VIE en surabondance »
    Abbé Ronan de Gouvello

    « À l’occasion d’une fête juive,
    JESUS monta à Jérusalem.
    Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis,
    il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha.
    Elle a cinq colonnades,
    sous lesquelles étaient couchés une foule de malades,
    aveugles, boiteux et impotents.

    Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.
    JESUS, le voyant couché là,
    et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps,
    lui dit :
    « VEUX-TU ETRE GUERI? »
    Le malade Lui répondit:
    « SEIGNEUR, je n’ai personne
    pour me plonger dans la piscine
    au moment où l’eau bouillonne;
    et pendant que j’y vais,
    un autre descend avant moi. »
    JESUS lui dit:
    « LEVE- TOI, PRENDS TON BRANCARD, et MARCHE. »
    Et aussitôt l’homme fut guéri.
    Il prit son brancard: il marchait!
    Or, ce jour- là était un jour de sabbat.

    Les Juifs dirent donc à cet homme
    que JESUS avait remis sur pied:
    « C’est le sabbat!
    Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. »
    Il leur répliqua:
    « Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit:
    “PRENDS TON BRANCARD, et MARCHE!” »
    Ils l’interrogèrent:
    « Quel est l’homme qui t’a dit:
    “Prends ton brancard, et marche”? »
    Mais celui qui avait été rétabli
    ne savait pas qui c’était;
    en effet, JESUS s’était éloigné,
    car il y avait foule à cet endroit.

    Plus tard, JESUS le retrouve dans le Temple et lui dit:
    « TE VOILA GUERI. NE PECHE PLUS,
    IL POURRAIT T’ARRIVER QUELQUE CHOSE DE PIRE. »

    L’homme partit annoncer aux Juifs
    que c’était JESUS qui l’avait guéri.
    Et ceux-ci persécutaient JESUS
    parce qu’IL avait fait cela le jour du sabbat. »

    Évangile de JESUS-CHRIST selon Saint Jean 5:1-16
    « Aussitôt l’homme fut guéri »

    Prions en Eglise

    • Espérance dit :

      « La guérison du paralytique de la piscine de Bethzatha
      met en valeur l’initiative de JESUS.
      Dans la foule des malades,
      JESUS voit la singularité d’un homme
      et s’adresse à lui : « VEUX-TU ETRE GUERI ? »

      Rencontre et reconnaissance.
      Humanité relevée et rendue à sa dignité.
      En posant cet acte de guérison
      sous le regard des Juifs accusateurs,
      JESUS nous rappelle
      qu’entre le jour de DIEU et celui de l’homme,
      il y a une grand connivence.

      Le grand projet de DIEU
      est celui du SALUT des hommes.
      A quoi servirait le temps passé avec Le SEIGNEUR
      s’il ne nous tournait pas vers nos frères,
      nous rendant disponibles à leurs appels? »

      Sœur Véronique Thiébaud
      Prions en Eglise

      • Espérance dit :

        « …Les recherches archéologiques récentes
        situent cette piscine proche des bains rattachés au culte païen à Sérapis
        ce qui explique qu’il y avait là toutes sortes de malades,
        « aveugles, boiteux et paralysés »
        comme nous le rapporte Saint Jean.
        JESUS en repère un au milieu de cette foule
        et prend l’initiative de s’approcher de lui.
        IL lui adresse la parole :
        « est-ce que tu veux retrouver la santé ? »

        JESUS fait appel à la VOLONTE de cet homme
        qui est invité à PARTICIPER ACTIVEMENT à sa GUERISON.
        On comprend aisément la réponse un peu amère de cet homme:
        « SEIGNEUR,
        je n’ai personne pour me plonger dans la piscine
        au moment où l’eau bouillonne;
        et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi ».

        Autrement dit,
        « je voudrais bien guérir mais cela ne sert à rien
        car mon infirmité m’empêche
        de plonger avant les autres dans la piscine »!

        En effet, la tradition voulait que
        seul le premier malade qui descendait dans l’eau
        lorsque celle-ci se mettait à bouillonner,
        fût guéri. »

        Frère Elie, Famille de Saint Joseph

        • Espérance dit :

          « En guérissant cet homme, JESUS va montrer
          qu’IL est bien venu pour les plus faibles
          et les plus mal en point.
          JESUS va obtenir pour ce plus pauvre
          parmi tous les pauvres malades du bord de cette piscine
          ce que les eaux bouillonnantes obtenaient
          en faveur du plus fort d’entre eux.

          Le parallèle entre JESUS et les eaux qui guérissent
          est posé à l’avantage de JESUS.
          JESUS a sollicité le désir de vivre de cet homme
          qui se voit ainsi rendu capable
          d’ACCUEILLIR la PAROLE qui va le LIBERER:
          « LEVE-TOI, PRENDS TON GRABAT, et MARCHE ».

          La guérison a lieu un jour de sabbat
          manifestant ainsi que les temps messianiques
          annoncés par le prophète Isaïe sont accomplis
          (Isaïe 35,4-6).
          JESUS est maître du sabbat
          et lui redonne son sens premier:
          « Le sabbat a été fait pour l’homme
          et non l’homme pour le sabbat »
          (Marc 3,27-28).
          En effet, au terme de la création,
          « REPOS de DIEU »
          n’est pas synonyme d’inactivité
          car DIEU continue de régir le monde
          et de vivifier les hommes. »

          Frère Elie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            « Plus tard, nous dit l’évangéliste,
            JESUS retrouve cet homme dans le Temple ».
            Il y est vraisemblablement venu RENDRE GRACE.
            JESUS va alors conduire la guérison
            qu’il a opérée jusqu’à son terme:
            « Te voilà en bonne santé.
            Ne pèche plus, il pourrait t’arriver pire encore. »

            JESUS a d’abord libéré cet homme
            de ses passions intérieures d’amertume,
            de jalousie, de révolte
            peut-être même par rapport à DIEU et à la vie,
            pour le faire maintenant descendre
            dans un lieu plus profond de son humanité.

            JESUS lui a ouvert l’accès à ce lieu
            le plus intime de son être
            où il peut le rencontrer, Lui son SEIGNEUR, EN VERITE
            et assumer pleinement la responsabilité
            de sa vie spirituelle.
            Désormais, cet homme peut se trouver
            confronté à son péché
            et accepter d’unifier sa vie sous le regard de DIEU : « Ne pèche plus. »

            Frère Elie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            « SEIGNEUR, GUERIS-NOUS de toutes ces passions
            qui nous animent et se bousculent en nous
            afin de nous redonner
            accès à notre liberté spirituelle.
            Tu vois combien nous sommes incapables
            de nous sortir de cela par nous-mêmes.

            MERCI
            de nous rejoindre au cœur
            de ce trouble et de ce combat
            pour nous ouvrir le chemin qui nous permettra
            de Te rencontrer toujours plus EN VERITE
            et d’oser T’exposer ces péchés
            qui nous aliènent et nous paralysent tant. »

            Frère Elie, Famille de Saint Joseph
            http://www.homelies.fr/homelie,ferie.de.careme,4142.html

  13. Espérance dit :

    « A Cana,
    LA VIERGE MARIE offre SON FILS,
    Son unique,
    Celui qu’Elle chérit,
    quand Elle porte dans Son Cœur
    le désir du SALUT du Monde,
    le DON de la VIE en surabondance
    (Jean 10,10) »
    Abbé Ronan de Gouvello

    « En ce temps-là,
    après avoir passé deux jours chez les Samaritains,
    JESUS partit de là pour la Galilée.
    – Lui-même avait témoigné
    qu’un prophète n’est pas considéré dans son propre pays.
    Il arriva donc en Galilée;

    les Galiléens lui firent BON ACCUEIL,
    car ILS AVAIENT VU tout ce qu’IL AVAIT FAIT
    à Jérusalem pendant la fête de la Pâque,
    puisqu’ils étaient allés eux aussi à cette fête.

    Ainsi donc JESUS revint à CANA de Galilée,
    où IL AVAIT CHANGE L’EAU en VIN.

    Or, il y avait un fonctionnaire royal,
    dont le fils était malade à Capharnaüm.
    Ayant appris que JESUS arrivait de Judée en Galilée,
    il alla le trouver;
    il lui demandait de descendre à Capharnaüm
    pour guérir son fils qui était mourant.

    JESUS lui dit:
    « Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges,
    vous ne croirez donc pas ! »
    Le fonctionnaire royal lui dit:
    « SEIGNEUR, descends, avant que mon enfant ne meure ! »
    JESUS lui répond :
    « VA, TON FILS EST VIVANT. »
    L’homme CRUT à la Parole que JESUS lui avait dite
    et il partit.

    Pendant qu’il descendait,
    ses serviteurs arrivèrent à Sa rencontre
    et lui dirent que son enfant était vivant.
    Il voulut savoir à quelle heure il s’était trouvé mieux.
    Ils lui dirent: « C’est hier, à la septième heure
    (au début de l’après- midi),
    que la fièvre l’a quitté. »
    Le père se rendit compte que c’était justement
    l’heure où JESUS lui avait dit:
    « TON FILS EST VIVANT. »

    Alors il CRUT, lui,
    ainsi que tous les gens de sa maison.

    Tel fut le SECOND SIGNE que JESUS accomplit
    lorsqu’IL revint de Judée en Galilée. »

    Évangile de JESUS-CHRIST selon Saint Jean 4:43-54
    « Va, ton fils est vivant »

    • Espérance dit :

      « C’est avec le quatrième EVANGILE
      que nous cheminerons désormais vers PAQUES.
      Nous y entrons au chapitre 4 avec le SECOND SIGNE
      que JESUS accomplit, et qui se situe,
      comme le premier, à CANA en Galilée.
      JESUS est en provenance de Judée
      et a pris le temps de s’arrêter deux jours en Samarie
      où IL a reçu un bon accueil
      après la rencontre avec la femme samaritaine
      au bord du puits de Jacob (Jean 4,1-42).

      Notre-SEIGNEUR revient en Galilée,
      mais sans trop se faire d’illusion:
      la parenthèse de l’évangéliste nous rappelle que
      « Lui-même avait attesté
      qu’UN PROPHETE N’EST PAS HONORE dans SON PROPRE PAYS ».
      Pourtant les galiléens semblent HEUREUX
      du RETOUR de leur compatriote qu’ils avaient vu
      accomplir des signes et prodiges à Jérusalem.
      Sans doute espèrent-ils qu’IL en fera autant sur sa terre,
      attirant ainsi les foules
      pour le plus grand bien de l’économie locale. »

      Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

      • Espérance dit :

        « … Ainsi donc » JESUS arrive à CANA;
        un haut fonctionnaire du tétrarque Hérode l’y attend
        pour lui demander de descendre à Capharnaüm
        où son fils se meurt.
        La première réponse de Notre-SEIGNEUR résonne comme un refus;
        ou plutôt une plainte douloureuse
        devant le MANQUE DE FOI
        qu’il rencontre sur sa route.

        Tout comme les hommes de Galilée,
        ce fonctionnaire royal ne semble voir en LUI
        qu’un « faiseur de signes et de prodiges ».

        La plainte de JESUS
        est cependant exprimée sous forme interrogative;
        aussi le père éploré insiste-t-il afin de convaincre JESUS
        de venir au chevet de son enfant.
        La réponse de Notre-SEIGNEUR a de quoi surprendre:
        il donne abruptement congé à cet homme,
        lui annonçant que SON FILS EST VIVANT,
        c’est-à-dire SAUVE de la maladie mortelle qui le menaçait.

        Il s’agit d’une véritable épreuve pour cet homme:
        il attendait de JESUS une intervention semblable
        à celle des thaumaturges de l’époque,
        qui prononçaient sur le patient des incantations
        accompagnées de gestes rituels.
        Et voilà que Notre-SEIGNEUR
        se contente D’ANNONCER LA GUERISON,
        sans même se rendre physiquement auprès du malade!

        Sans doute l’homme
        a-t-il dû marquer un temps d’arrêt, le front soucieux.
        Mais puisant sa force
        dans le REGARD de TENDRESSE BIENVEILLANTE du SEIGNEUR,
        il « CRUT à la Parole que JESUS lui avait dite
        et il partit ».

        Ce verset reprend exactement
        l’attitude d’Abraham en Genèse 12:
        le patriarche CRUT en La Parole de DIEU
        et « partit comme Le SEIGNEUR le lui avait dit
        (Genèse 12,4). »

        Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

        • Espérance dit :

          « On imagine la tension de ce père sur la route,
          son inquiétude en voyant au loin
          ses serviteurs venir à sa rencontre,
          puis sa JOIE en apprenant la GUERISON.
          Immédiatement il s’enquiert de l’heure où son fils fut délivré de sa fièvre:
          il n’y avait pas de doute:
          c’était bien au moment où
          JESUS avait prononcé cette Parole:
          « TON FILS EST VIVANT ».
          Il n’en faut pas davantage
          pour que cet homme comprenne que
          CE RABBI de NAZARETH est infiniment plus
          qu’un thaumaturge particulièrement puissant.

          DIEU SEUL PEUT AGIR AINSI,
          par la seule autorité de Sa Parole,
          et sans que la distance n’en altère la puissance.
          La guérison du fils conduit au SALUT par la FOI
          le père et toute sa maison.
          C’est parce que cet homme probablement païen
          a « CRU à la Parole que JESUS lui avait dite »,
          que la GRACE de DIEU a pu faire son œuvre
          non seulement dans son enfant,
          mais aussi en lui et dans les siens.

          Nous n’avons donc pas à « jalouser »
          les contemporains du SEIGNEUR qui l’ont vu physiquement,
          qui ont pu LE toucher.
          La PAROLE de JESUS peut AGIR dans NOS VIES
          comme dans celle de ce fonctionnaire et de son fils,
          en raison de la seigneurie que Le CHRIST
          s’est acquise sur toute chair
          à l’HEURE de SA VICTOIRE sur les ténèbres,
          un certain VENDREDI « au début d’après-midi ».

          Désormais, l’EPOUX des NOCES de CANA
          est entré dans la PLENITUDE de la VIE.
          LUI Le FILS unique « EST VIVANT »
          par la puissance d’AMOUR du PERE,
          afin de PARTAGER cette vie divine
          qu’IL possède en plénitude,
          avec TOUS CEUX qui se tournent vers LUI dans la FOI.
          L’EAU EST CHANGEE EN VIN,
          « LE DEUIL SE CHANGE EN UNE DANSE » (Psaume 29),
          car « LE CIEL NOUVEAU et LA TERRE NOUVELLE »
          (Isaïe 65:17-21)
          s’annoncent pour ceux qui savent reconnaître
          CELUI qui vient nous visiter. »

          Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            « Je crois, SEIGNEUR, que du haut du Ciel
            où Tu es allé me préparer une place,
            Tu peux me rejoindre dans ma vie et la transformer,
            dans la mesure où j’accepte de me mettre en route
            et de “partir” dans l’obéissance de la FOI.

            Je crois que Tu es avec moi chaque instant,
            pour me conseiller, me guider, m’aider,
            me porter jusqu’en la demeure du PERE.

            Je le crois, mais REVEILLE MA FOI, SEIGNEUR,
            que je bâtisse ma vie sur TA PAROLE
            en quittant résolument l’esprit du monde.

            Oui je veux faire partie
            du “PEUPLE d’ALLEGRESSE” (Isaïe 65:17-21)
            qui TE “REND GRACE en rappelant
            TON NOM TRES SAINT” (Psaume 29),
            dans “la Jérusalem de JOIE” (Isaïe 65:17-21
            où “DIEU essuiera toute larme de nos yeux”
            (Apocalypse 21, 4)».

            Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph
            http://www.homelies.fr/homelie,ferie.de.careme,4141.html

  14. Cécile dit :

    « …Tu as changé mon deuil en une danse
    Que sans fin, Seigneur, mon Dieu,
    je te rende grâce ! » Ps 29 (30)

  15. Espérance dit :

    Fêtée le 15 mars
    Sainte Louise de Marillac, 1591-1660, Paris.
    Fondatrice avec Saint Vincent de Paul
    de la Compagnie des filles de la Charité

    QUI EST JÉSUS pour LOUISE DE MARILLAC ?

    JESUS LE REDEMPTEUR
    Louise de Marillac qui a une bonne formation théologique reconnaît que
    « l’INCARNATION du FILS de DIEU est,
    selon son dessein de toute éternité,
    pour la REDEMPTION du genre humain »
    La rupture entre DIEU et l’homme provoquée par le péché
    ne peut demeurer pour toujours.

    En envoyant SON FILS sur terre, DIEU
    souhaite renouveler l’ALLIANCE,
    et permettre à l’homme de retrouver
    ce qui donne sens à son existence.
    La REDEMPTION, remarque Louise de Marillac,
    est une NOUVELLE CREATION,
    une re-création, ce qui ne peut se faire
    qu’au terme d’un long processus de transformation,
    de mort et de resurgissement de VIE.

    L’humanité souffrante apparaît à Louise de Marillac
    comme une prolongation à l’humanité souffrante du CHRIST.
    Le service d’AMOUR de tout vincentien
    est une continuation de la REDEMPTION,
    permettant à tout pauvre, humilié, anéanti,
    de revivre, de ressusciter, de redevenir un homme VIVANT,
    libéré de son mal, de son péché, un homme LIBRE.

    cf. Saint Paul aux Colossiens 1,24:
    « Je trouve maintenant ma JOIE
    dans les souffrances que j’endure pour vous,
    et ce qui manque aux détresses du CHRIST,
    je l’achève dans ma chair
    en faveur de SON CORPS qui est L’ÉGLISE »

    La PASSION du FILS de DIEU
    est un acte d’AMOUR si profond
    que Louise va l’inscrire dans le blason
    de la Compagnie des Filles de la Charité
    « La charité de JESUS CRUCIFIE nous presse ».
    Dans la formule qui termine ses lettres,
    Louise mentionnera très souvent cet AMOUR inouï
    manifesté par JESUS sur la CROIX.
    « Je suis, en l’AMOUR de JESUS CRUCIFIE, votre humble servante »

    • Espérance dit :

      JESUS – EUCHARISTIE
      Louise de Marillac s’émerveille
      devant cette invention extraordinaire de l’EUCHARISTIE.
      « Le FILS de DIEU ne s’est pas contenté
      de prendre un corps humain et d’habiter au milieu des hommes,

      mais voulant une UNION
      inséparable de la nature divine à l’humaine,
      il l’a faite après l’INCARNATION en l’admirable invention
      du Très SAINT-SACREMENT de l’AUTEL,
      auquel habite continuellement LA PLENITUDE la DIVINITE
      en LA SECONDE PERSONNE de la Très Sainte TRINITE. »
      (Ecrits 776)

      Recevoir LE CORPS du CHRIST,
      c’est, dit Louise de Marillac,
      devenir participante de cette VIE de DIEU.
      Le CHRIST se donne en nourriture
      pour que l’homme puise en lui une énergie nouvelle
      pour accomplir sa tâche dans le monde.

      A l’imitation du CHRIST,
      le chrétien est appelé à faire don de tout son être
      s’il veut apporter vie et amour à son prochain.
      La réception de la communion
      apporte une force exceptionnelle puisqu’elle donne
      « capacité de vivre en JESUS CHRIST,
      l’ayant vivant en nous »
      (Ecrits 812).

      http://filles-de-la-charite.org/fr/focus-on-2/focus-on-archives/2013-12-2/

      • Espérance dit :

        « Louise est la nièce du chancelier royal Michel de Marillac
        et du maréchal Louis de Marillac,
        arrêtés tous deux et condamnés à mort
        par Richelieu
        après la « Journée des Dupes » du 10 novembre 1630.

        Fille naturelle d’un grand seigneur,
        [ « Elle a le malheur de perdre sa mère à sa naissance »,
        Fr. BP, OP]
        elle est élevée par les religieuses Dominicaines de Poissy. »
        nominis.cef

        À Paris, en 1660, Sainte Louise de Marillac, veuve,
        qui sans négliger l’éducation de son fils, fonda les Filles de la Charité, sous la direction de Saint Vincent de Paul,
        et forma par son exemple ses compagnes au soin des malades,
        à l’instruction religieuse des enfants pauvres,
        mais surtout à la PRIERE et à la CONFIANCE dans Le SEIGNEUR. »
        Martyrologe romain

        « Louise, supérieure de la nouvelle communauté,
        oriente les sœurs vers tous LES EXCLUS de son temps:
        elle crée des petites écoles pour les fillettes pauvres;
        elle organise l’accueil et l’éducation des enfants trouvés;
        elle développe la visite à domicile pour les malades pauvres;
        elle envoie des sœurs auprès des galériens… »
        nominis.cef

        « …Elle est canonisée par Pie XI en 1934
        et Jean XXIII la déclare « patronne de tous ceux
        qui s’adonnent aux œuvres sociales chrétiennes » en 1960.
        …Depuis 1815, son corps repose rue du Bac,
        dans la chapelle où LA VIERGE apparut
        à Sainte Catherine Labouré. »

        http://www.paris.catholique.fr/15-mars-sainte-louise-de-marillac

        • Espérance dit :

          « l’INCARNATION du VERBE.
          Sainte Louise de Marillac écrit:

          «Sitôt que la nature humaine eut péché,
          le Créateur dans le conseil de sa Divinité,
          voulant réparer cette faute, et pource faire,
          par un très-grand et pur AMOUR,
          ordonna qu’Une des Trois Personnes s’incarnerait,
          en quoi parait même dans la Divinité,
          une profonde humilité»

          «Jamais DIEU n’a témoigné un plus grand AMOUR
          à l’homme que lorsqu’IL a résolu de s’incarner»

          «DIEU L’a destinée à la dignité de MERE de Son FILS»

          «Voici donc le temps
          de l’accomplissement de Votre promesse.
          SOYEZ BENI à jamais, ô mon DIEU,
          du choix que vous avez fait de La SAINTE VIERGE […].
          Vous vous serviez du SANG de La SAINTE VIERGE
          pour en former un CORPS à Votre cher FILS.»

          Cahier de Formation Aic

  16. Espérance dit :

    « VIVEZ comme des FILS de LUMIERE
    et sachez reconnaître
    ce qui est capable de plaire au SEIGNEUR »
    (1 Jean 5,8.10)

    Les Catéchumènes continuent de recevoir les scrutins
    et entendent aujourd’hui l’EVANGILE de l’aveugle-né (Jean 9).
    Après le SIGNE de l’EAU VIVE avec la SAMARITAINE,
    est donné celui de la LUMIERE:

    « le CHRIST était la vraie LUMIERE venant dans le monde
    et la LUMIERE brille dans les ténèbres et les ténèbres
    ne l’ont pas arrêtée » (Jean 1,4-5).

    Il est d’usage de dire que les Catéchumènes reçoivent, à PAQUES,
    l’illumination du BAPTEME (Jean 1,9).
    Chrétiens, nous sommes illuminés!
    Comme Moïse, nous sommes invités
    en regardant le CHRIST à resplendir de SA LUMIERE.

    Laissons-LE cette semaine éclairer notre vie
    et faire de nos lieux d’ombre,
    des lieux où SA GRACE resplendit »

    Père Benoit Guédas, recteur
    Prions avec saint Claude La Colombière

    *Ô mon DIEU, il faut que vous nous donniez un autre cœur,
    un cœur tendre, un cœur sensible,
    un cœur qui ne soit, ni de marbre, ni de bronze;
    il nous faut donner Votre CŒUR même.*

    *JESUS, doux et humble de cœur,
    rends nos cœurs semblables au Tien!*

    http://www.sanctuaires-paray.com/paray-2020/

  17. Espérance dit :

    « Bien plus qu’une simple mort héroïque,
    CETTE MAMAN enfantait l’humanité entière
    dans L’ESPERANCE de la RESURRECTION des MORTS:
    pour la première fois dans toute l’histoire de l’humanité
    était explicitement confessée la FOI en la RESURRECTION,
    AU PRIX de SA MATERNITE. »
    Abbé Ronan de Gouvello

    QUE MA LANGUE S’ATTACHE A MON PALAIS
    SI JE PERDS TON SOUVENIR!

    « Au bord des fleuves de Babylone
    nous étions assis et nous pleurions,
    nous souvenant de Sion;
    aux saules des alentours
    nous avions pendu nos harpes.

    C’est là que nos vainqueurs
    nous demandèrent des chansons,
    et nos bourreaux, des airs joyeux:
    « Chantez-nous, disaient-ils,
    quelque chant de Sion. »

    QUE MA LANGUE S’ATTACHE A MON PALAIS
    SI JE PERDS TON SOUVENIR!

    Comment chanterions-nous un chant du SEIGNEUR
    sur une terre étrangère?
    Si je t’oublie, Jérusalem,
    que ma main droite m’oublie!

    Je veux QUE MA LANGUE S’ATTACHE A MON PALAIS
    SI JE PERDS TON SOUVENIR,
    si je n’élève Jérusalem
    au sommet de ma joie. »

    QUE MA LANGUE S’ATTACHE A MON PALAIS
    SI JE PERDS TON SOUVENIR!

    Psaume 136 (137)
    Prions en Eglise

  18. Espérance dit :

    « En ce temps-là, JESUS disait à Nicodème:
    « De même que le serpent de bronze
    fut élevé par Moïse dans le désert,
    ainsi faut-il que le FILS de l’homme soit ELEVE,
    afin qu’en LUI tout homme qui croit ait la VIE ETERNELLE.

    Car DIEU A TELLEMENT AIME le monde
    qu’IL A DONNE son FILS unique,
    afin que quiconque CROIT en LUI ne se perde pas,
    mais obtienne LA VIE ETERNELLE.

    Car DIEU a envoyé Son FILS dans le monde,
    non pas pour juger le monde,
    mais pour que, PAR LUI, le monde soit SAUVE.
    Celui qui CROIT en LUI échappe au Jugement,
    celui qui ne croit pas est déjà jugé,
    du fait qu’il n’a pas cru au NOM du FILS unique de DIEU.

    Et le Jugement, le voici:
    la LUMIERE est venue dans le monde,
    et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière,
    parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
    Celui qui fait le mal déteste la lumière:
    il ne vient pas à la lumière,
    de peur que ses œuvres ne soient dénoncées;

    mais celui qui fait la VERITE vient à la LUMIERE,
    pour qu’il soit manifeste que
    ses œuvres ont été accomplies
    en UNION avec DIEU. »

    Évangile de JESUS-CHRIST selon Saint Jean 3:14-21
    « DIEU A envoyé SON FILS pour que, PAR LUI, le monde soit SAUVE »

    • Espérance dit :


      «…Nicodème doit encore découvrir que
      JESUS n’est pas un commentateur
      particulièrement inspiré de la Loi ancienne,
      mais qu’IL vient instaurer LA LOI NOUVELLE de L’ESPRIT.

      Contrairement aux pharisiens,
      Notre-SEIGNEUR ne promet pas le SALUT
      au prix d’une observance scrupuleuse des préceptes;

      mais IL invite tous ceux qui croient en LUI,
      à ACCUEILLIR gratuitement la VIE NOUVELLE
      qu’IL leur offre de la part du PERE :
      « c’est PAR GRACE que VOUS ETES SAUVES,
      à cause de votre FOI.

      Cela ne vient pas de vous, c’est le DON de DIEU ».
      Saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2:4-10

      Car « DIEU A TANT AIME le monde,
      qu’IL a envoyé SON FILS unique dans le monde,
      non pas pour juger le monde,
      mais pour que, PAR LUI, LE MONDE SOIT SAUVE »
      (Ibid.).

      Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

      • Espérance dit :

        « La LOI nous condamne en dénonçant notre péché;
        la FOI nous SAUVE en nous incorporant en CELUI qui
        non seulement accomplit parfaitement la Loi d’AMOUR
        dans tous ses faits et gestes,
        mais qui OFFRE également dans le Temple de SON CORPS
        et en notre nom,
        LE SACRIFICE PARFAIT qui nous rétablit dans L’ALLIANCE.

        En SON FILS JESUS-CHRIST, DIEU a ouvert devant nous
        une voie nous permettant d’« échapper au jugement »;
        à condition bien sûr
        que nous FIXIONS nos YEUX avec AMOUR et RECONNAISSANCE
        SUR CELUI qui accepta d’être « ELEVE » sur la CROIX
        « afin que tout homme qui croit, obtienne PAR LUI
        la Vie Eternelle ».

        Voilà pourquoi l’EGLISE nous invite
        à nous REJOUIR au cœur même de ce CAREME,
        en ce dimanche dit du « laetare »
        – d’après la première parole de l’antienne d’ouverture :
        « REJOUISSEZ-VOUS avec Jérusalem, EXULTEZ à cause d’elle,
        vous tous qui l’aimez ! Avec elle, SOYEZ PLEINS D’ALLEGRESSE,
        vous tous qui portiez son deuil!
        Ainsi vous serez NOURRIS et RASSASIES
        de L’ABONDANCE de SA JOIE »
        (Isaïe 66, 10-11).

        Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

        • Espérance dit :

          La JUSTICE de la FOI
          ne nous est cependant pas simplement imputée:
          la justification
          est une nouvelle création en JESUS-CHRIST;
          elle est PARTICIPATION à LA VIE DIVINE dans L’ESPRIT,
          et devrait dès lors se manifester en des œuvres
          qui sont reconnaissables comme « des ŒUVRES de DIEU ».
          CROIRE ne saurait se limiter à une attitude passive:
          il s’agit de CHOISIR concrètement le camp de la LUMIERE
          – ce qui implique de nous arracher
          à « nos œuvres mauvaises » pour ADHERER au CHRIST.

          C’est donc à un exode que nous sommes conviés:
          En SON FILS, « Le SEIGNEUR, Le DIEU du Ciel »
          (Livre des Chroniques 36:14-16.19-23)
          est intervenu avec puissance dans le cours de l’histoire;
          nous tous qui faisons partie de Son peuple,
          IL nous convoque à Jérusalem
          (Chroniques 36:14-16.19-23)
          pour y rebâtir la ville sainte sur LA PIERRE ANGULAIRE:
          Le CHRIST JESUS NOTRE-SEIGNEUR.

          Si par le passé nous avons « multiplié les infidélités
          en imitant toutes les pratiques sacrilèges
          des nations païennes » (Ibid.),
          AUJOURD’HUI il ne doit plus en être ainsi:

          « Nous qui étions morts par suite de nos fautes,
          DIEU dans SA MISERICORDE
          nous a fait revivre avec LE CHRIST;
          IL nous a recréés en LUI,
          pour que nos actes soient conformes
          à la voie qu’IL a tracée pour nous
          et que nous devons suivre » (Éphésiens 2:4-10)
          « afin que nos œuvres soient reconnues
          comme des ŒUVRES de DIEU ».

          Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            « Il nous faut donc APPRENDRE A VIVRE
            dans la MEMOIRE CONTINUELLE de DIEU,
            de ce qu’il a fait pour nous en son CHRIST.

            DIEU EST MAITRE DE L’HISTOIRE:
            il peut tout faire concourir au bien
            de ceux qui L’aiment et se confient à LUI.

            Tout comme IL s’est servi du roi païen Cyrus
            pour ramener son peuple sur sa terre
            afin qu’il Lui bâtisse un Temple,
            ainsi pourra-t-IL tirer profit
            de tous les événements de notre vie,
            y compris de notre péché, pour nous attirer jusqu’à LUI.

            A travers l’image du Serpent de bronze,
            l’EVANGILE de ce jour nous apprend en effet
            que loin d’être un obstacle à l’action de DIEU,
            le péché est tout au contraire l’endroit décisif
            où le DON de DIEU se communique
            dans toute sa plénitude.

            A condition que nous acceptions d’exposer notre péché
            au grand jour de la MISERICORDE,
            au lieu de le cacher
            dans les retranchements de notre conscience enténébrée.

            C’est EN LEVANT LES YEUX vers Le CHRIST
            élevé en CROIX,
            que nous pouvons voir notre péché
            dans la lumière de LA MISERICORDE DIVINE
            et que nous pouvons pressentir
            le sens du verset de l’Exultet
            que nous chanterons dans la Nuit Pascale:
            « Heureuse faute qui nous valut un tel REDEMPTEUR! »
            – comprenons :
            heureuse faute qui nous valut la REVELATION
            de l’INFINIE MISERICORDE de DIEU à notre égard.

            Comment ne pas nous émerveiller devant un tel AMOUR,
            qui dans un seul et même élan,
            PARDONNE, RECREE et DONNE PART à SA propre VIE:

            « à cause du grand AMOUR dont il nous a aimés,
            nous qui étions morts par suite de nos fautes,
            il nous a fait REVIVRE avec LE CHRIST;

            AVEC LUI IL NOUS A RESSUSCITES;
            AVEC LUI il nous a fait régner aux Cieux,
            dans Le CHRIST JESUS »
            (Éphésiens 2:4-10).

            Telle est « la richesse infinie de SA GRACE »
            par laquelle LE PERE a voulu que nous,
            pécheurs, devenions bien réellement SES ENFANTS,
            rassemblés par SON FILS unique
            pour partager dans L’ESPRIT,
            un même AMOUR et une même VIE. »

            Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            « SEIGNEUR
            apprends-nous à vivre de la mémoire de Tes bienfaits.
            Puissions-nous NE JAMAIS OUBLIER Le DON
            que Tu nous fais en TON FILS JESUS-CHRIST,
            et laisser la GRACE DIVINE dont nous sommes HERITIERS,
            produire en abondance
            son FRUIT de JUSTICE, de PAIX et de JOIE :

            “JE VEUX QUE MA LANGUE S’ATTACHE A MON PALAIS
            SI JE PERDS TON SOUVENIR,
            SI je N’ELEVE TON NOM au SOMMET de MA JOIE”
            Psaume 136 »

            Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph
            http://www.homelies.fr/homelie,4e.dimanche.de.careme,4140.html

  19. Espérance dit :

    MARIE, Notre-Très SAINTE VIERGE
    « Je suis noire mais je suis belle »
    Cantique des cantiques 1:5

    « Noire, c’est-à-dire frappée
    par une épreuve immense
    comme un GLAIVE de DOULEUR
    qui Lui transperce LE CŒUR. »

    Abbé Ronan de Gouvello

    • Espérance dit :

      Saint Sabin, 4ème siècle.
      « L’ÉGLISE d’Occident en fait mémoire le 13 mars
      et les ÉGLISES orientales le 16 mars.

      « Martyr en Égypte,
      Durant la persécution de Dioclétien,
      il fut jeté dans le Nil
      après avoir enduré de cruelles souffrances. »

      nominis.cef

      • Espérance dit :

        ***
        Prions avec
        La Sainte VIERGE MARIE et Saint JOSEPH,
        Saint Sabin, Saint Euloge, Saint Jean de Damas,
        Saint Adrien Saint Porphyre,
        et tous les Saints Martyrs dont Saint John Ogilvie
        et toute la Milice Céleste

        *pour les CHRETIENS PERSECUTES
        *pour la DEFENSE de la FOI en JESUS-CHRIST

  20. Espérance dit :

    TU VEUX LA FIDELITE, SEIGNEUR,
    NON LE SACRIFICE.

    «PITIE pour moi, mon DIEU, dans ton AMOUR,
    selon ta grande MISERICORDE, efface mon PECHE.
    LAVE-MOI tout entier de ma faute,
    PURIFIE-MOI de mon offense.

    TU VEUX LA FIDELITE, SEIGNEUR,
    NON LE SACRIFICE.
    Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
    tu n’acceptes pas d’holocauste.
    Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé;
    tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

    TU VEUX LA FIDELITE, SEIGNEUR,
    NON LE SACRIFICE.

    Accorde à Sion le bonheur,
    relève les murs de Jérusalem.
    Alors tu accepteras de justes sacrifices,
    oblations et holocaustes sur ton autel. »

    TU VEUX LA FIDELITE, SEIGNEUR,
    NON LE SACRIFICE.
    Osée 6:6a

    Psaume 50 (51)
    Prions en Eglise

    • Espérance dit :

      « TES Paroles, SEIGNEUR,
      sont ESPRIT et elles sont VIE.

      Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
      mais ECOUTEZ la voix du SEIGNEUR.

      TES Paroles, SEIGNEUR,
      sont ESPRIT et elles sont VIE. »

      Psaume 94:8a.7d
      Prions en Eglise

  21. Espérance dit :

    « En ce temps- là,
    à l’adresse de certains
    qui étaient convaincus d’être justes
    et qui méprisaient les autres,
    JESUS dit la parabole que voici:

    « Deux hommes montèrent au Temple
    pour prier.
    L’un était pharisien,
    et l’autre, publicain
    (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).

    Le pharisien se tenait debout
    et priait en lui-même:
    “Mon DIEU, je te rends grâce
    parce que je ne suis pas comme les autres hommes
    – ils sont voleurs, injustes, adultères –,
    ou encore comme ce publicain.
    Je jeûne deux fois par semaine
    et je verse le dixième de tout ce que je gagne.”

    Le publicain, lui, se tenait à distance
    et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel;
    mais il se frappait la poitrine, en disant:
    « MON DIEU, MONTRE-TOI FAVORABLE
    au PECHEUR que je suis!”

    Je vous le déclare:
    quand ce dernier redescendit dans sa maison,
    c’est lui qui était devenu un homme juste,
    plutôt que l’autre.

    QUI S’ELEVE SERA ABAISSE;
    QUI S’ABAISSE SERA ELEVE. »

    Évangile de JESUS-CHRIST selon Saint Luc 9-14
    « Le publicain était devenu un homme juste, plutôt que l’autre »

    • Espérance dit :

      « Le publicain se frappait la poitrine:
      « MON DIEU, PRENDS PITIE DU PECHEUR que JE SUIS! »
      (Luc 18,13)

      Dans une admonition « sur l’humble serviteur de DIEU »,
      Saint François dit:
      « HEUREUX le SERVITEUR qui ne se tient pas pour meilleur
      lorsqu’il est magnifié et exalté par les hommes
      que lorsqu’il est tenu pour vil et méprisé ».
      Autrement dit,
      le jugement des hommes n’a pas grande importance…
      et Saint François continue:
      « car autant vaut l’homme devant DIEU,
      autant il vaut et pas plus ».
      « L’HUMILITE, » dit sainte Thérèse d’Avila,
      « C’EST LA VERITE »,
      cela revient au même.

      La prière du publicain nous conduit à épouser
      l’humble réalité de ce que nous sommes.
      De là peut naître la PAIX et la JOIE,
      celle que nul ne peut nous prendre. »

      Une Sœur Clarisse de Paray-le-Monial
      Prions avec Saint Claude La Colombière

      « Ô mon DIEU,
      il faut que vous nous donniez un autre cœur,
      un cœur tendre, un cœur sensible,
      un cœur qui ne soit, ni de marbre, ni de bronze;
      il nous faut donner votre CŒUR même. »

      « JESUS, doux et humble de cœur,
      rends nos cœurs semblables au Tien! »

      http://www.sanctuaires-paray.com/paray-2020/

      • Espérance dit :

        «« Que vais-Je te faire, Ephraïm? Que vais-Je te faire, Juda?
        Votre amour est fugitif comme la brume du matin,
        comme la rosée qui s’évapore à la première heure »
        (Osée 6,1-6).

        Pourquoi cette plainte du CŒUR de DIEU?
        Pourquoi ce gémissement impuissant?
        Les fils d’Israël ne sont-ils pas pleins de bonnes intentions?
        Ne viennent-ils pas d’exprimer la décision de se convertir,
        de revenir au SEIGNEUR et de chercher Sa Face?

        Sans doute, mais leur discours trahit
        que leur cœur est encore loin de DIEU;
        ils ne Le connaissent pas vraiment.
        D’ailleurs ce n’est pas à Lui qu’ils s’adressent:
        il s’agit d’une délibération collective
        qui parle du SEIGNEUR à la troisième personne.»

        Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

        • Espérance dit :

          « Comme le fils prodigue, leur contrition est intéressée:
          ils veulent échapper au châtiment
          et jouir de la bénédiction du Ciel
          mais sans s’engager vraiment envers DIEU
          dans une relation filiale.
          Leurs paroles trahissent même
          un arrière-fond de revendication:
          « puisqu’IL nous a déchiré, qu’IL nous guérisse;
          puisqu’IL nous a meurtris, qu’IL panse nos blessures »;
          voire de complot : « allons-y, pour sûr
          « IL » sera bienfaisant,
          et nous nous vivrons à nouveau en Sa Présence ».

          Devant ce marchandage, voire ce chantage,
          Le SEIGNEUR proteste douloureusement:
          « c’est l’AMOUR que Je désire et non les sacrifices ».

          Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            « Le psalmiste a compris la leçon;
            aussi confesse-t-il:
            « LE SACRIFICE qui PLAIT A DIEU c’est UN ESPRIT BRISE;
            Tu ne repousses pas, ô mon DIEU un cœur brisé
            et broyé » de repentir.

            Voilà ce qui fait cruellement défaut
            dans l’attitude des fils d’Israël,
            comme dans celle du pharisien de la parabole proposée
            par JESUS dans l’EVANGILE.
            La traduction de Genèse 1,26 la plus proche du sens hébreux serait selon les spécialistes:
            « DIEU CREE l’homme DEBOUT »
            (nous traduisons habituellement: « à son image »).

            Nous avons hélas perdu la dignité de cette position
            par le péché qui nous courbe vers la terre.
            JESUS seul PEUT nous « RELEVER »
            dans LA PUISSANCE de SA RESURRECTION
            et nous donner de nous tenir à nouveau
            « DEBOUT » DEVANT NOTRE DIEU.

            Or, le pharisien adopte cette attitude
            comme un droit qu’il possèderait par nature
            – ou en raison de son appartenance au peuple élu –
            oubliant l’abîme qui le sépare du TRES-HAUT.
            Son discours confirme cette suffisance:
            il « REND GRACE » certes, mais c’est davantage
            pour étaler sa « justice »
            – acquise par ses bonnes œuvres – que pour
            GLORIFIER DIEU,
            dont il n’attend apparemment rien;
            il ne formule en tout cas aucune demande.

            Le publicain par contre adopte spontanément
            l’attitude juste, l’attitude vraie:
            IL SAIT COMBIEN son PECHE L’ELOIGNE du SEIGNEUR;
            c’est pourquoi il se tient « à distance »,
            n’osant pas « lever les yeux vers le Ciel »,
            mais les gardant tournés vers la terre,
            s’abaissant devant son DIEU.
            La prière, qui exprime le REPENTIR de son CŒUR
            est une CONFESSION de FOI:
            « MON DIEU »; une supplication: « PRENDS PITIE »;
            et un aveu: « DU PECHEUR que JE SUIS ».

            Le psaume 50 (51) reprend cette humble prière
            pour en expliciter toutes les harmoniques
            et en faire le plus bel hymne de pénitence
            qui soit monté vers le Ciel;
            hymne inspiré que le SEIGNEUR met à notre disposition
            pour que notre cœur en le méditant,
            puisse se mettre au diapason du Sien
            et accueillir Son pardon:
            « Quand ce dernier rentra chez lui,
            c’est LUI qui ETAIT DEVENU JUSTE ».

            Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            «SEIGNEUR JESUS, FILS DE DIEU,
            SAUVEUR, PRENDS PITIE DE MOI, PECHEUR .»

            « Que cette prière
            comme une flèche traverse les nuées
            et parvienne jusqu’à Toi, SEIGNEUR.
            Je ne suis pas capable
            de faire de longues oraisons:
            mes distractions et mes soucis
            me rejoignent et m’envahissent.
            Je ne suis pas capable
            de prouesses ascétiques:
            ma volonté est trop faible,
            je ne tiens pas mes résolutions.

            Mais je T’offre ce que je peux:
            ces cris que je lance vers Toi;
            autant pour me rappeler
            que je suis sous Ton regard,
            que pour invoquer TA MISERICORDE
            sur le pauvre type que je suis:
            “SEIGNEUR JESUS, FILS de DIEU, SAUVEUR,
            PRENDS PITIE de MOI, PECHEUR”.

            Inscrit
            cette prière sur mon cœur en lettres de feu,
            qu’elle ne quitte pas ma mémoire;
            que je la murmure jour et nuit,
            que je sois levé ou que je sois couché;
            et qu’elle monte vers Toi
            avec mon dernier souffle
            quand Tu rappelleras mon âme,
            et que l’heure sera venue
            de me présenter devant Toi. »

            Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph
            http://www.homelies.fr/homelie,ferie.de.careme,4139.html

  22. Epsilon dit :

    Je retiens: « l’adversité ne l’a pas aigrie »
    Et je mesure le chemin qui me reste à parcourir quand je peste contre ceux qui nous persécutent…

  23. Espérance dit :

    VENI CREATOR
    VIENS, ESPRIT CREATEUR

    Viens, ESPRIT créateur,
    Visite l’âme de Tes fidèles,
    emplis de la GRACE d’en-haut
    les cœurs que Tu as créé.
    Toi qu’on appelle Conseiller,
    DON du DIEU TRES HAUT,
    SOURCE VIVE, FEU, CHARITE,
    Invisible Consécration.
    TU ES L’ESPRIT aux SEPT DONS,
    Le doigt de la main du PERE,
    L’ESPRIT de VERITE promis par Le PERE,
    C’est Toi qui inspire nos paroles.

    Allume en nous Ta flamme,
    emplis d’AMOUR nos cœurs,
    affermis toujours de Ta FORCE,
    la faiblesse de nos corps,
    Repousse l’Adversaire au loin,
    donnes-nous Ta PAIX sans retard,
    pour que sous Ta conduite et Ton conseil,
    nous évitions tout mal et toute erreur.
    FAIS-NOUS CONNAITRE LE PERE,
    REVELE NOUS LE FILS,
    et TOI, leur commun ESPRIT,
    FAIS NOUS TOUJOURS CROIRE en TOI.

    GLOIRE SOIT à DIEU Le PERE,
    au FILS ressuscité des morts,
    et à L’ESPRIT-SAINT Consolateur
    maintenant et toujours et dans tous les siècles. »

    • Espérance dit :

      « Viens ESPRIT-SAINT,
      Emplissez la Terre entière
      de Vos Lumières,
      de Vos Consolations
      et de Votre Amour ! »

      Marthe Robin

      • Espérance dit :

        « TOUTES LES NATIONS VIENDRONT
        Te reconnaitre, SEIGNEUR,
        Et rendre GLOIRE à TON NOM;
        Car TU ES GRAND et TU FAIS DES MERVEILLES.
        TOI qui ES LE SEUL DIEU. »
        Psaume 85:9-10

        « Répands TA GRACE en nos cœurs,
        DIEU de BONTE:
        Que nous sachions refréner nos désirs terrestres
        pour mieux entendre TA PAROLE.
        Par JESUS-CHRIST Notre-SEIGNEUR»
        Amen

        « Aimer DIEU de tout son cœur,
        et son prochain comme soi-même
        vaut mieux que tous les sacrifices. »
        Marc 12:33

  24. Espérance dit :

    Que DIEU continue de bénir et protéger
    et guider notre Pape François
    qui célèbre aujourd’hui
    la 2ème année de son élection.

    Continuons de prier Saint Michel-Archange après la Messe,
    comme le recommandait le Pape Léon XIII.

    « Au Nom du PERE, et du FILS, et du SAINT-ESPRIT. »
    Ainsi soit-il.
    « Saint Michel Archange défendez-nous dans le combat;
    soyez notre secours contre la perfidie
    et les embûches du démon.
    Que DIEU exerce sur lui Son empire,
    nous le demandons en suppliant;
    et vous, prince de la milice céleste,
    refoulez en enfer, par la Vertu divine, Satan
    et les autres esprits malins qui errent dans le monde
    pour la perte des âmes. »

    Amen

    • Espérance dit :

      « À l’occasion du deuxième anniversaire de son élection,
      le pape François a annoncé ce vendredi 13 mars,
      durant l’homélie d’une célébration pénitentielle
      en la basilique Saint-Pierre, « JUBILE de LA MISERICORDE ». »

      « Il se fera à l’occasion du cinquantième anniversaire
      de la clôture du Concile Œcuménique VATICAN II, en 1965. »
      « Pour cela il acquiert une signification particulière
      qui pousse L’ÉGLISE à continuer l’œuvre entamée par VATICAN II »

      « Cette Année Sainte extraordinaire débutera
      par l’ouverture de la Porte Sainte à Saint-Pierre,
      à l’occasion de L’IMMACULEE CONCEPTION, le 8 décembre 2015.
      Elle se terminera le 20 novembre 2016, solennité du CHRIST-ROI. »

      « Par le Jubilé de la Miséricorde,
      le Pape François met au cœur de l’attention
      le DIEU MISERICORDIEUX
      qui invite TOUS à revenir chez LUI »,
      « LA RENCONTRE avec LUI
      inspire la vertu de LA MISERICORDE. »

      Le Saint-Siège 
      la-croix

  25. Anne dit :

    Seigneur, je te rends grâce premièrement de nous avoir sauvé par ton Saint Sacrifice et deuxièmement pour notre Maman du Ciel.
    Loué sois-tu pour cette neuvaine qui nous unit, nous fortifie, nous remplis de joie et d’espérance. Aide-nous, par l’Esprit- Saint, à toujours garder les yeux sur Toi, sans défaillir. Que ce temps de neuvaine fasse jaillir des fruits pour notre pays.
    Que des gens de toute origine se lèvent pour défendre la France.
    Enfin, que ce temps de Carême nous aide à grandir dans la Foi, l’Espérance et la Charité, et nous apprenne à n’aspirer qu’aux vraies valeurs vers Toi.

  26. Espérance dit :

    « Or, près de la CROIX de JESUS
    se tenaient SA MERE et la sœur de sa mère,
    Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. »

    JESUS, voyant SA MERE,
    et près d’Elle le disciple qu’IL aimait,
    DIT à SA MERE : « FEMME, VOICI ton fils. »

    Puis IL DIT au disciple : « VOICI TA MERE. »
    Et à partir de cette heure-là,
    le disciple LA prit chez lui. »

    Evangile de JESUS-CHRIST
    selon Saint Jean 19:25-27

    • Espérance dit :

      « Tu as préparé, SEIGNEUR,
      pour nous qui sommes faibles,
      les secours dont nous avons besoin.
      DONNE-NOUS D’ACCUEILLIR avec JOIE
      NOTRE RELEVEMENT
      et d’en TEMOIGNER
      par la FIDELITE de notre VIE. »

      « Nous T’ADORONS, ô CHRIST,
      Nous TE BENISSONS.
      TU AS RACHETE le monde
      par TA CROIX. »

      Liturgie des Heures

        • Espérance dit :

          « Or, près de la CROIX de JESUS
          se tenait SA MERE »,
          MARIE

          *Avec Les CHRETIENS PERSECUTES,
          MARIE est au pied de la CROIX
          de JESUS-CHRIST, ROI des MARTYRS.

          NOTRE PERE qui ES AUX CIEUX
          nous Te prions de tout notre cœur
          avec MARIE et JESUS
          pour TOUS LES MARTYRS CHRETIENS
          et LES CHRETIENS PERSECUTES
          d’Irak et de Syrie et de Terre Sainte,
          d’Egypte, de la Lybie,
          et du Pakistan, de l’Inde et d’Afghanistan,
          de Quatar et d’Arabie Saoudite…etc
          du Nigeria et du Soudan, de Somalie,
          et de la Corée du Nord,
          du Vietnam et de la Chine
          etc… etc… etc…

          Prions pour LES CHRETIENS PERSECUTES
          et le DROIT à LA LIBERTE RELIGIEUSE
          avec MARIE et JESUS et toute la Milice Céleste

          « Les chrétiens constituent le groupe religieux
          le plus persécuté dans le monde »
          « 150 millions de chrétiens sont persécutés
          dans le monde aujourd’hui! »
          « Portes Ouvertes », au service des CHRETIENS PERSECUTES

          • Espérance dit :

            PRIONS LA SAINTE VIERGE MARIE et JESUS-CHRIST
            pour LES CHRETIENS D’ORIENT
            et LES CHRETIENS PERSECUTES du MONDE ENTIER

            « Sous Votre protection,
            O MARIE, Très Sainte MERE de DIEU,
            les Chrétiens des Eglises d’Orient
            ont toujours trouvé refuge.
            RASSEMBLEZ les Chrétiens d’Orient et d’Occident
            [et TOUS LES CHRETIENS PERSECUTES
            DU MONDE ENTIER]
            dans l’AMOUR de Votre FILS

            afin que l’UNITE des EGLISES ressemble
            à celle de la TRINITE SAINTE
            du PERE et du FILS et du SAINT-ESPRIT.

            Donnez-leur le COURAGE dans les épreuves,
            la PATIENCE dans la persécution,
            l’ESPERANCE dans les conflits.

            O Vous, vraie fille d’Abraham,
            Faites que LES FIDELES des TROIS RELIGIONS,
            JUIVE, CHRETIENNE ET MUSULMANE,
            se traitent fraternellement
            en fils et filles du même PERE.

            Qu’ils recherchent la PAIX
            en cette Terre où parut LE PRINCE de LA PAIX.
            Dans la fidélité à L’EGLISE et à Sa MISSION,
            inspirez aux frères d’Occident la GRATITUDE
            envers leurs FRERES d’ORIENT
            [et leurs frères Chrétiens du MONDE ENTIER]

            et à TOUS la CHARITE qui fait vivre
            et croire au SALUT
            que le PERE offre à TOUS les hommes.

            O VIERGE MARIE,
            COMBLEE de GRACE et de BENEDICTION,
            intercédez pour nous. »

            MERCI Sainte VIERGE MARIE, Notre-MERE
            et JESUS-CHRIST, Notre-DIEU-SAUVEUR-VIVANT

            Prière de « L’Œuvre d’Orient »

          • Espérance dit :

            « AIMER MON PROCHAIN MUSULMAN
            C’EST AUSSI PRIER POUR LUI. »

            « AIMER MON PROCHAIN MUSULMAN
            C’EST AUSSI PRIER pour LUI. »

            Prions en toute CONFIANCE
            et de tout notre cœur le Chapelet:

            Sur les gros grains: 1X
            PAR LES PLAIES DE JESUS-CHRIST
            ET LES LARMES DE SA SAINTE MERE
            Sur les petits grains: 10X
            DOUX PERE, FAITES LEUR CONNAITRE VOTRE FILS

            assis avec JESUS Saint-Sacrement
            ou en marchant avec JESUS en utilisant nos 10 doigts.

  27. Espérance dit :

    « Que NOTRE-DAME
    nous introduise à cette ECOLE de l’AMOUR
    dont Elle est la pédagogue éminente,
    le modèle héroïque de LA MERE
    dans les bras de laquelle
    on ne connaît aucune déception. »
    Abbé Ronan de Gouvello

    « En ce temps-là,
    un scribe s’avança vers JESUS pour lui demander:
    « Quel est le premier de tous les commandements? »
    JESUS lui fit cette réponse:

    « Voici le premier:
    ÉCOUTE, Israël:
    Le SEIGNEUR notre DIEU est l’unique SEIGNEUR.
    *TU AIMERAS LE SEIGNEUR TON DIEU
    de tout ton cœur, de toute ton âme,
    de tout ton esprit et de toute ta force.

    Et voici le second:
    *TU AIMERAS TON PROCHAIN COMME TOI-MEME.
    Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

    Le scribe reprit:
    « Fort bien, Maître, tu as dit vrai:
    DIEU EST L’UNIQUE
    et IL N’Y EN A PAS D’AUTRE que LUI.
    L’AIMER de TOUT SON CŒUR,
    de toute son intelligence, de toute sa force,
    et AIMER SON PROCHAIN COMME SOI-MEME,
    vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. »

    JESUS, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit:
    « Tu n’es pas loin du Royaume de DIEU. »
    Et personne n’osait plus L’interroger. »

    Évangile de JESUS-CHRIST selon Saint Marc 12:28b-34
    « Le SEIGNEUR notre DIEU
    est l’unique SEIGNEUR:tu L’aimeras »

    Prions en Eglise

    • Espérance dit :

      « Maître, tu as raison. AIMER DIEU de tout son cœur,
      de toute son intelligence, de toute sa force
      et AIMER SON PROCHAIN comme soi même
      vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices. »
      (Marc 12,33)

      « C’est l’AMOUR que je désire et non les sacrifices. »
      La Loi nouvelle du CHRIST est celle de l’AMOUR.

      AMOUR de DIEU et AMOUR du PROCHAIN
      ne font qu’un:

      C’est là le sacrifice spirituel que le SEIGNEUR attend de nous.
      Cela passe par de simples petits actes d’amour au quotidien qui,
      accomplis les uns après les autres,
      nous unissent davantage à CELUI QUI EST AMOUR.

      Demandons au SEIGNEUR de venir emplir
      nos cœurs et nos intelligences de SON AMOUR
      afin de pouvoir l’aimer plus que tout
      et de poser sur tous ce REGARD D’AMOUR
      qui réjouira SON CŒUR. »

      Une Sœur Dominicaine de Paray-le-Monial
      Prions avec Saint Claude La Colombière

      « Ô mon DIEU,
      il faut que Vous nous donniez un autre cœur,
      un cœur tendre, un cœur sensible,
      un cœur qui ne soit,
      ni de marbre, ni de bronze;
      il nous faut donner VOTRE CŒUR même. »

      « JESUS, doux et humble de cœur,
      RENDS NOS CŒURS SEMBLABLES au TIEN! »

      http://www.sanctuaires-paray.com/paray-2020/

      • Espérance dit :

        Le premier des commandements que Le SEIGNEUR nous donne,
        c’est de L’ECOUTER, c’est-à-dire:
        de tendre l’oreille de notre CŒUR
        et de nous faire tout enseignable,
        de RECEVOIR avec bienveillance SA PAROLE.
        Et que nous dit-elle cette Parole ?
        « LE SEIGNEUR NOTRE DIEU EST L’UNIQUE SEIGNEUR ».
        Il n’en est pas d’autre : tous ceux qui prétendent à ce titre
        « sont des voleurs et des brigands,
        mais les brebis ne les ont pas écoutés » (Jean 10,8).
        Unique est le Bon Berger, et nous le reconnaissons au fait
        qu’IL « SE DESSAISIT de SA VIE pour SES BREBIS ».

        Mais nous sommes sourds, ou plutôt nous refusons d’entendre;
        car ce message nous dérange:
        nous pressentons toute l’exigence qui en découle logiquement:
        « TU AIMERAS LE SEIGNEUR TON DIEU DE TOUT TON CŒUR,
        de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force ».
        Aussi sommes-nous tentés de dire comme le démon:
        « Ne me tourmente pas, JESUS », ne vois-tu pas que
        « je me suis effondré par suite de mes fautes »?
        (Livre du Prophète Osée 14 :2-10)
        N’exige pas de moi des choses impossibles.
        Toi tu es d’en-haut, mais tu vois bien
        que je suis d’en-bas, de la terre.
        Passe ton chemin;
        je ferai de mon mieux pour éviter l’enfer,
        ne m’en demande pas plus…
        Comme le jeune homme riche,
        nous nous éloignons tout tristes, le cœur blessé,
        car DANS CETTE RENCONTRE, s’est réveillée en nous
        une nostalgie profonde;
        nous avons pressenti quelque chose d’indéfinissable:

        l’ESPOIR d’une VIE en VERITE, d’UN MONDE MEILLEUR,
        d’une FRATERNITE entre LES HOMMES plus puissante
        que toutes les guerres qui nous déchirent. »

        Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

        • Espérance dit :

          « Ce désir, qui brûle en nos cœurs mais
          dont la flamme vacille sous la force des vents contraires,
          est déjà l’OEUVRE de la GRACE
          nous invitant à la CONVERSION.

          Il est important de ne pas le laisser s’éteindre,
          mais de l’entretenir en revenant à l’essentiel
          comme LA PAROLE nous y invite aujourd’hui:
          « EPHRAÏM, PEUX-TU ME CONFONDRE AVEC LES IDOLES? »

          Elles sont nombreuses en effet les voix qui nous sollicitent en tout sens.
          A chacun l’Ennemi distille son discours empoisonné
          qui n’a d’autre but que de nous éloigner du CHRIST,
          c’est-à-dire de « L’UNIQUE SEIGNEUR ».
          Aux uns il argumente à partir de
          la pluralité des religions
          pour suggérer que le christianisme ne saurait prétendre
          être l’unique voie du salut pour tous les hommes;
          aux autres il fait miroiter le rêve prométhéen
          d’un homme divin par nature, qui n’a pas besoin d’un
          « SAUVEUR »;
          d’autres enfin se laissent séduire par la perspective
          de posséder toutes sortes de pouvoirs préternaturels
          qui leur permettraient de dominer sur leurs semblables
          et d’être eux-mêmes le « seigneur ».

          Mais derrière toutes ces stratégies,
          la seule ambition du « Père du mensonge »
          est de nous détourner de LA RENCONTRE
          qui mettrait fin à sa domination:

          celle que nous pourrions faire avec le CHRIST JESUS
          à travers SA PAROLE de VERITE, accueillie dans la FOI.

          Voilà pourquoi il nous faut sans cesse revenir en ce lieu
          pour y ECOUTER LE TRES-HAUT nous déclarer SON AMOUR;
          nous laisser séduire par ses promesses,
          et « REVENIR NOUS ASSOIR A SON OMBRE »,
          car il l’a promis :
          « JE LES GUERIRAI DE LEUR INFIDELITE,
          Je leur prodiguerai mon amour, Je suis revenu de ma colère.

          Je serai pour Israël comme la rosée,
          comme le CYPRES toujours VERT,
          et C’EST MOI qui te DONNE ton FRUIT »
          (Livre du Prophète Osée 14:2-10)

          Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph

          • Espérance dit :

            « Certes, ce n’est pas du jour au lendemain
            que nous pourrons l’aimer « de tout notre cœur,
            de toute notre âme, de tout notre esprit
            et de toute notre force. »

            IL FAUT LAISSER A DIEU LE TEMPS
            DE NOUS « GUERIR DE NOS INFIDELITES »,
            DE NOUS APPRIVOISER,
            DE NOUS COMBLER,

            pour que triomphant de toutes nos résistances
            et de toutes nos peurs,
            nous osions répondre à son amour
            par le don de tout notre être,
            dans LA FORCE de L’ESPRIT qu’IL nous DONNE.
            C’est en vue de cette TRANSFORMATION INTERIEURE
            que le SEIGNEUR
            nous « nourrit jour après jour de la fleur du froment » (Ps 80),
            c’est-à-dire de SON EUCHARISTIE,
            qu’IL « nous rassasie avec le miel du Rocher »,
            c’est-à-dire de SA PAROLE
            sur laquelle nous sommes invités à
            BATIR LA DEMEURE de NOTRE VIE.
            Avec tout cela, nous n’en sommes toujours
            qu’à mi-chemin du précepte;
            mais si nous parvenons à ACCUEILLIR la GRACE
            d’obéir au premier commandement,
            le second suivra spontanément.

            Car si « DIEU EST L’UNIQUE » objet de notre amour,
            alors NOUS AIMERONS spontanément NOTRE PROCHAIN
            et NOUS-MEMES en LUI,
            de l’AMOUR dont LUI-MEME nous comblera. »

            Père Joseph-Marie, Famille de Saint Joseph
            http://www.homelies.fr/homelie,ferie.de.careme,4138.html

  28. Béatrice dit :

    Belle méditation, sur la Vierge Marie…..

  29. lesur dit :

    Lasse sur le chemin ,mais courageuse, merci, de m avoir emmenée jusqu’à notre maman, pour lui dire toute ma confiance, mon amour et ma volonté de suivre le chemin de la Verité en Jesus.

    Amitiées à tous.

    Anne

  30. Pauvre pécheur que je suis dit :

    Marie, notre vraie mère car elle est devenue la mère universelle à la recommandation du Christ en croix!

  31. colombe dit :

    MARIE la toute belle la toute pure celle a qui toute couleur de peau lui va a merveille , MARIE douce et tendre maman tu es a l’honneur dans chaque cœur de tes enfants mais plus encore dans le cœur de ceux qui font cette magnifique neuvaine tous d’un même élan de foi d’amour et de charité. Quelle joie dans ton cœur de maman de voir tes enfants qui t’aiment et qui te prient pour notre chère FRANCE.Avec ton fils JÉSUS tu as osé demander et cela t’a été accorde. Alors tous maman MARIE nous te demandons d’intercéder pour notre pays toi qui l’affectionne particulièrement,et merci pour ton oui qui nous a permis d’avoir un tel rédempteur.Grande union de prières avec vous tous frères en Christ Sauveur.

  32. Antoine D. dit :

    Merci Maman Marie. Merci de ton amour. Je t’aime du fonds du cœur.
    Aide-moi à être docile à ton éducation.
    Tu es noire mais belle, tu es ma Maman chérie.

  33. Antoine D. dit :

    Merci Maman Marie de ton Amour.Merci Maman. Je veux te dire que je t’aime. J

  34. lafforest dit :

    merci Ronan; je prie avec toi et pour toi!

  35. Nicole Lafforgue dit :

    Merci pour cette belle méditation qui devient pour moi un pur enseignement: les noces de canna en parallèle à la passion du Christ me donnent une signification des paroles de Jésus à Marie que je trouvaient sévères

  36. Chenaux Patric dit :

    « Je suis noire mais je suis belle » ce verset du Cantique des cantiques résume bien qui est la Très Sainte Vierge, qui, je le pense de tout coeur, est la sainte du nouveau millénaire.
    « Je suis noire » nous renvoie au Proverbe 31, la femme vertueuse qui ne cesse de travailler, s’occupant de sa famille, veillant à ce que son époux soit honoré, s’occupant de ses chants. Et nous pensons à Ruth la Moabite, son ancêtre, qui glanait dans le champ de Boaz. Marie est « noire » car elle n’hésite pas à travailler au soleil, sa peau brunit. C’est une femme courageuse donc, qui ne rechigne pas devant la tâche à accomplir.
    « Mais je suis belle », le fait que Marie, comme la femme du livre des Proverbes, comme Ruth, n’hésite pas à aller au champ, à oeuvrer pour le bien de toute sa maisonnée, cela n’enlève rien à sa beauté, bien au contraire. Alors si la Vierge Marie était très belle physiquement, la plus belle de toutes les créatures – notez que les Pères disaient qu’Eve avait été créée avec le visage de Marie -, sa beauté va bien au-delà de son apparance. Marie est belle dans tout son être. Nous n’avons jamais vu une telle femme de foi. Elle avait à coeur tous ses enfants et le texte de l’abbé Ronan de Gouvello, que nous venons de lire, explique bien la beauté de cette Mère qui n’hésite pas à offrir son fils pour notre salut. Aimons et vénérons la Vierge noire et belle.
    Ah oui, « je suis noire mais belle », cela n’a aucune connotation raciste comme j’ai pu le lire à quelque part. Oui, oui, à cause du « mais ». Bon carême à toutes et à tous.

  37. monira dit :

    Merci de nous rappeler le prix à payer pour de nombreux chrétiens à vouloir rester fidèle à l amour de Marie et de son divin Fils Bientôt viendra pour nous aussi le témoignage du sang Avons nous la force interieure,force spirituelle que Dieu seul peut donner par notre engagement de foi? Laisserons nous Satan prendre toute sa place dans notre pays? Ou bien confiant dans la Vierge Marie qui aime particulièrement la France saurons nous résister à temps ?Il y va de l enjeu de toute notre civilisation inscrite dans le plan de Dieu Quand il reviendra…que trouvera t il ?

  38. Pierrette Emilie dit :

    Maternité Spirituelle !!! merci de me faire découvrir cela.

    prier, prier, en pleine confiance, pour la conversion du criminel, du persécuteur…..
    comme Ste Thérèse.
    Ceci appuie la prière de AED : que le sacrifice et le pardon de leurs victimes les mènent sur un chemin de conversion.

    Cette neuvaine est bien sûr prévue pour la France, mais je ne peux m’empêcher d’y ajouter le monde entier….
    dans la prière il n’y a pas de frontières.
    Pierrette

  39. Mme Catherine MARTIN dit :

    Ma fille Pascale a rendu son âme à Dieu le 25 juin 1989 à Rocamadour juste après la Messe célébrée en présence de son groupe de jeunes du MEJ venus de Montauban.

    Elle avait 21 ans, elle savait que sa vie tenait par un fil, et c’est là que s’est produit une rupture d’anévrisme qui a mis fin à sa vie terrestre.

    Je sais que lorsque les épreuves humainement insupportables pour une mère surviennent, je sais que la foi reçoit alors une force d’en haut. Par sa sainte Croix le Seigneur Jésus a vaincu la mort et son règne n’aura pas de fin !

    Qu’il nous vienne en aide. Remettons nos épreuves à sa Sainte Mère qu’Il nous a donné pour mère sur la Croix !

  40. Que ce carême 2015 nous mettre dans le chemin qui vas au ciel avec ceux qui nous ont précédés !

  41. MN dit :

    Pouvez-vous faire une neuvaine à LUBERSAC
    (dans la creuse ou la corrèze)
    où il y a une Vierge en bois sculté habillée chaque semaine avec des vêtements différents
    en général des robes de mariées…: elle est très belle