Du nécessaire repentir national

soljenitsyne
image-1438

« Qu’il soit facile ou difficile d’inférer de l’individuel au social, toujours est-il que la difficulté est certainement extrême lorsque la qualité morale souhaitée pour un peuple est presque entièrement récusée par les individus eux-mêmes. C’est le cas du repentir. Le don du repentir, qui est peut-être ce qui différencie le plus l’homme de l’animal, a été aliéné par l’homme contemporain. C’est une désaffection, c’est un décri universels ; l’influence du repentir est certainement de plus en plus imperceptible sur notre terre. Le repentir est une valeur que notre siècle enragé et affolé a égarée.
Alors comment transférer à une société ou à une nation ce qui est inexistant au plan de l’individu ? (…) Quel tribut spectaculaire et écrasant l’humanité n’a-t-elle pas déjà payé pour avoir toujours et partout préféré dénigrer, dénoncer et détester les autres plutôt que se dénigrer, se dénoncer et se détester soi-même. Mais, contre toute évidence, nous persistons en cette fin du XXe siècle à ne pas vouloir voir ni admettre que la ligne de démarcation entre bien et mal ne passe pas entre les pays, entre les nations, entre les partis, entre les classes, ni même entre les individus bons ou méchants : cette frontière traverse les nations, traverse les partis, elle est continuellement mouvante. Elle traverse le cœur de chaque homme, mais là non plus le fossé n’est pas creusé à tout jamais ; selon les actes de l’homme, elle change avec le temps. (…) Le repentir est le premier arpent de terre ferme sous nos pieds d’où nous puissions repartir non vers d’autres haines, mais vers la concorde. Il n’y aura pas de redressement moral sans repentir de tous. De chaque homme en particulier. Et de chaque famille idéologique.
Les nations sont des formations vivantes, accessibles à tous les sentiments moraux et même – quoiqu’il en coûte- accessibles au repentir. Car « une idée morale a toujours présidé à la naissance d’une nation », écrit Dostoïevski (Le Journal d’un écrivain). « Lorsque, dans les siècles suivants, cet idéal spirituel se délabre dans la nation qu’il a fait naître, alors cette nation elle-même s’écroule, avec tous ses règlements et idéaux civiques. » Comment donc pourrait-on priver une nation du droit au repentir ? »

Alexandre Soljénitsyne, « Du repentir et de la modération comme catégories de la vie des nations » Des voies sous les décombres, Paris, Seuil, 1975, p.112-114

9 commentaires sur “Du nécessaire repentir national
  1. DESHAYES dit :

    je ne suis pas en « accord « avec le repentir ,je suis pour la Liberté d’EXPRESSION TOTALE même si je me sens offensée ,il y a la justice pour çà,je suis contre les musulmans soi disant « modérés « ,mais ici sur ce site je ne développerai pas ,,j’admire la grande foi que vous avez ,personnellement j’ai des doutes sur les représentants de l’Eglise,beaucoup ont quitté l’Eglise ,le clergé n’a pas su les garder ,ils ne voulaient que des « bons fidèles » voilà le résultat,j’ai de l’admiration pour nos prêtres qui ont plusieurs « Eglises  » à gérer,je souhaite que vos et mes prières soient entendues par notre Mère Marie ,pardonnez mon commentaire rude mais j ‘écris ce que je pense,JE VOUS SOUHAITE DE JOYEUSES PÂQUES ET VIVE JESUS RESSUCITE

    • Chenaux Patric dit :

      Bonjour mon ami. Votre commentaire rude, montre que vous ne faites pas partie des tièdes. Et c’est déjà bien.
      Comment ne pas être d’accord avec le repentir? Je vous invite à relire les Psaumes, et aussi le passage dans la Bible du repentir de Ninive. Vous me faites un peu penser au saint prophète Jonas 🙂 Ne vous offusquez pas, nous savons avec le témoignage de certains Pères que Jésus allait se recueillir sur le tombeau de Jonas, qui était un lieu de pèlerinage de son temps. Et puis notre Seigneur ne reçoit-il pas le pécheur repentant? Et enfin quel était le message de l’Immaculée Conception à Bernadette? « Repentance ».
      La liberté d’expression tolale, ne peut exister. Elle a les limites que lui impose la Loi de Dieu. Nous n’avons pas le droit d’offenser quelqu’un, de médire ou de calomnier. De plus cette liberté d’expression est bien restreinte en France et ne va que dans un sens.
      Avant la justice, il y a notre charité envers tous, qui va faire que nous ne blesserons pas une personne pour rien. Certes un chrétien doit dire à un musulman qu’il est dans l’erreur. Il le fera avec douceur et charité à l’exemple de Charles de Foucauld.
      Vous êtes contre les musulmans modérés. Pourquoi? Je vis au milieu des musulmans. Lorsque je suis tombé malade, le seul qui est venu me voir régulièrement est Harun, un musulman modéré, qui aime la France et le foot. C’est grâce à lui que j’ai su que j’avais droit à une complémentaire. Mon patron, français, très gentil, avait oublier de me le dire. En attendant grâce à Harun, je touche maintenant cette pension en plus de la secu. Je suis en invalidité. Et mon médecin, le docteur Gandji est aussi un musulman, pas croyant. Il me soigne efficacement, car ma maladie est douloureuse, ne se guérit pas et ne fait que s’aggraver. Bref, tous les musulmans ne sont pas des fanatiques kalashnikof entre les dents.
      Maintenant. Le chrétien est pour la conversion de tous les musulmans. Car le Christ est mort pour tous les hommes.
      N’admirez pas trop ma « grande » foi, je suis comme vous, mon ami, un pécheur qui ai besoin du pardon de Dieu.
      Vous avez des doutes sur les représentants de l’Eglise. Pourquoi? Nous n’avons pas à avoir des doutes, ou alors si nous en avons, il nous faut prier pour eux. Il y eu de tous temps des bons et des mauvais évêques ou prêtres. L’Eglise est composée de pécheurs. Il fallut 20 ans à Sainte Thérèse de Jésus pour trouver un bon confesseur. Un jour qu’elle était à la Messe, le Seigneur lui montra sur les épaules du prêtre qui célébrait, deux démons. Cela ne l’empêchait pas d’administrer les Sacrements. Ce prêtre, un jour, confessa ses péchés cachés et les démons disparurent. Dans un monastère, les frères peuvent avoir un mauvais supérieur. Que doivent-ils faire? Obéir. Et c’est seulement dans l’obéissance que Dieu bénit. Ce mauvais supérieur fut remplacer par un bon. Il nous faut avoir confiance en Notre Seigneur qui veille sur son Eglise. Un mauvais prêtre administre des Sacrements valides et c’est important, après, il faut prier pour lui, et agir en conformité avec l’enseignement de l’Eglise, le Seigneur entend nos prières.
      Ceux qui ont quitté l’Eglise ont oublié les promesses de Jésus, Chef suprême de l’Eglise et ont fait acte d’orgueil. Oh, un orgueil caché sous une multitude de théories qui ne tiennent pas. Est-ce que les Saints ont quitté l’Eglise? Je vous conseille de lire un ouvrage fort instructif: « Lacordaire de A à Z ». Il démontre que tous ceux qui se séparent de la communion avec Rome, de l’Eglise, s’égarent. Personnellement, je me suis séparé de la Sainte Eglise Romaine à l’âge de 13 ans, je suis revenu à la foi avec les protestants et je suis rentré à la maison du Père, dans l’Eglise Catholique Romaine, par des détours comprenant diverses communautés évangéliques, puis un anti Pape, Pierre II, des contacts avec les disciples de Mgr Lefebvre, et des Gallicans, pour enfin revenir dans la communion avec le Saint Père et notre Mère l’Eglise où j’ai enfin trouvé la paix du coeur et le désir de vivre la sainteté comme nous l’enseigne notre Bon Pape François.
      Ceux qui quittent l’Eglise ont tort. Un jour peut-être ils reviendront.
      Il faut comprendre que le Saint Concile Vatican II a dit aux chrétiens que ce qu’ils devaient chercher c’est la sainteté, et qu’ils devaient maintenant participer à la Messe et non plus l’entendre. L’Eglise ne cherche pas une élite, elle veut de nous ce que Jésus nous demande: « Soyez parfais comme votre Père céleste est parfait ». Et l’Eglise nous y aide avec charité et patience. Et si nous tombons sur un mauvais prêtre, examinons-nous d’abord, puis prions pour lui avant toute autre action légitime.
      Excusez-moi d’avoir été un peu long. Je vous souhaite aussi de bonnes fêtes de Pâques.

  2. colombe dit :

    Notre beau pays notre belle France restera telle debout? JÉSUS ne nous abandonnera pas c’est certain car rien que pour les justes qui se battent il interviendra au moment voulu.Il est vrai que nous manquons fortement de repentir et même plus ce mot est presque sorti du vocabulaire. A entendre les gens qui nous côtoient,pourquoi se repentir puisque la faute est toujours sur l’autre. Pour nous qui sommes fortement unis a celui qui a donné sa vie pour nous, c’est différent car DIEU laisse d’abord l’âme a son initiative ensuite elle se manifeste a elle d’une façon lointaine mais plus douce . Puis notre volonté profite de cette emprise pour la purifier afin de s’unir parfaitement a Lui. Et la tout devient clair en nous et nous voyons ce qui doit être fait pour plaire a notre DIEU. Seul la prière les sacrifices nous y aideront.Bonne semaine sainte a vous tous.

    • Chenaux Patric dit :

      Amen. Vous décrivez très bien le chemin qui nous permet de voir ce que nous devons faire pour plaire à Dieu.

  3. Chenaux Patric dit :

    Pour qu’il y ait repentir, il faut qu’il y ait foi. On a vu récemment des formes de repentir en occident, mais ce n’était que des regrets. Le repentir, déjà pour qu’il soit vrai, sincère et profond, doit présupposer la foi. La foi en qui, en l’homme? En un système meilleur qu’un autre? En un Dieu qui ne serait pas mort pour nous? Ou en une morale laïque et républicaine? Dans les droits de l’homme?
    Rien de tout cela. Le repentir pour qu’il soit vrai et sincère et profond aussi, doit être entier. Un repentir entier ne peut avoir que la forme de la Croix. Et nous entrons dans cette semaine sainte où nous allons monter sur le mont Golgotta, le mont du calvaire, celui du Crâne où Jésus sera crucifié pour le pardon de nos péchés. (Il s’agit du crâne d’Adam qui a été enterré, selon les Pères, à cet endroit, d’où son nom. Toujours d’après les Pères, le pied de la Croix de Jésus aurait touché le crâne d’Adam, lorsqu’elle fut dressée et plantée en terre. Ce Mont du Crâne est aussi l’endroit où David, le type du Messie, apporta la tête de Goliath, le type du diable. Ainsi nous avons symboliquement, en ce lieu, le pardon pour Adam et ses enfants repentants et le jugement du diable et de ses enfants endurcis).
    Le repentir ne peut qu’avoir la forme d’une croix, c’est le profond regret d’avoir fait du mal à soi-même ou aux autres et d’avoir offensé Dieu.
    Au Moyen Age, lorsqu’un fleau frappait, le roi, les princes, le peuple, faisaient une procession, ils marchaient pieds nus, pleurant devant Dieu pour leurs péchés commis et pour avoir offensé le Très-Haut. La Sainte Vierge portée par des pénitents ouvrait la marche, suivie du clergé et des fidèles, c’est-à dire tout le peuple en larme.
    Mais comme le dit l’honorable Alexandre Sojénitsine, le repentir a été aliéné par l’homme contemporain.
    Regardez les attentats qui ont touché l’infâme journal Charlie Hebdo, ces pauvres juifs de l’épicerie cachère et des policiers. Que de tralalalas ont suivi. Et une grand marche fut organisée où tous étaient unis « on a pas peur! » et ce slogan débile « Je suis Charlie ». Que d’orgueil affiché! Un contentement d’un système diabolique qui prône la liberté d’expression. Mais c’est oublier que la liberté de s’exprimer, ce n’est pas la liberté de dénigrer son prochain, de s’en moquer. Et Charlie Hebdo de remettre cela avec un journal sorti à des millions d’exemplaires, que les médias nous poussaient à acheter.
    J’avais écrit, avant cette grande manifestation du 11 janvier, que ce n’est pas une telle manifestation qu’il fallait organiser, mais bien une procession avec un profond regret d’avoir offensé son prochain, et d’avoir ainsi blessé le coeur de Dieu.
    Vous savez, si je m’oppose à l’Islam et à son « prophète » Mahomet, si je reagis quand je lis dans nos commentaires de la Neuvaine, des passages du Coran, (livre qui nie entierement la crucifixion de Jésus, donc qui dit que toute cette semaine sainte n’est qu’invention et enfin qui nous enlève tout moyen de salut et de faire repentance), je ne me moquerai jamais des musulmans, de Mahomet et du Coran. Nous n’avons pas le droit de dénigrer les musulmans qui, par leur pratique de la piété, pour certains, peuvent nous en apprendre.
    Bref, après cette attaque contre l’un des symboles de cette République impie, quel aurait dû etre la reaction du gouvernement? Car il faut savoir lire les signes des temps. La réponse est simple: C’est une profonde repentance. Dans toutes les villes, proclamer un jeûne et une procession: la Sainte Vierge en tête, la patronne de la France, et tous, derrière notre Bonne Mère, comptant sur son tercession auprès de son Fils, Notre Seigneur, pour demander pardon à Dieu d’avoir péché en irritant les musulmans (et pas seulement eux) et en ayant de ce fait blessé le coeur de Dieu.
    Mais cela n’est pas possible. Sojénitsine le dit bien. Et le Catechisme des évêques de France ajoute: « A vrai dire, le repentir et l’avoeu de sa misère ne sont possibles au chrétien que dans l’amour et la miséricorde qui président à l’Alliance. Hors du champ de la tendresse de Dieu, l’homme ne peut assumer sa culpabilité. Il oscille entre une peudo-innoscence, la révolte ouverte et la désespérance, à moins d’ériger son désir en règle suprême, en décrétant que le mal est devenu le bien. » (Catéchisme des évêques de France, art. 539).
    Alors, l’Eglise, elle fait ce qu’elle peut: des Messes, des réparations, des satisfactions…. comme Abraham devant le Seigneur qui après lui avoir annoncé la naissance de l’héritier de la promesse (qui est Isaac et non pas Ismael) s’en va pour voir si ce qu’on lui a dit sur Sodome et Gomhore etait vrai. Abraham intercède, et cela ne siffira pas, il n’y avait même pas 10 justes à Sodome.
    « Y aura-t-il encore de la foi sur terre lorsque je reviendrai » dit Notre Seigneur. Dans cette semaine Sainte, implorons la misericorde de Dieu, son pardon pour nos péchés, et aussi pour la France. Elle a tout ce qu’il faut pour se tourner à nouveau vers son Dieu. Et le Dieu de la France est le seul vrai Dieu, Père, Fils et Saint Esprit. La France a une histoire, des Bibles partout, des églises et monastères sur tout son territoire, la messe y est célébrée, même à la télévision sur France 2, le Jour du Seigneur, et sur KTO. La France a des évêques, des prêtres, des vierges consacrées, des moines, des soeurs, des lieux de pèlerinage comme Lourdes. Elle a des monuments qu’elle admire comme le mont Saint Michel. Elle a des catholiques qui sont impliqués partout dans leurs métiers et associations, même en politique. Je pense à Madame Christine Boutin.
    La France sait ce lever comme un seul homme pour manifester contre le terrorisme, elle sait dire qu’elle n’a pas peur. Alors pourquoi la France ne prendrait pas le sac et la cendre dans des milliers de processions, dans tout le pays, les drapeaux en berne, des voiles violets de deuil recouvrant tous les emblèmes de sa non foi, de son orgueil. La France derrière sa Patronne, en larme demandant pardon au Seigneur d’avoir péché.
    La France à le droit de se repentir. Mais comment peut-elle redevenir catholique et que tous embrassent ce Bon Sauveur qui a donné sa vie sur la Croix pour le salut, non pas seulement des individus mais aussi des nations?
    Comment? Est-ce encore possible? Chassons cette vilaine pensée et gardon le comment? En tenant ferme dans notre foi, en montrant l’exemple et en annonçant l’Evangile avec foi, selon nos talents. Certaines et certains ce sera par de petits signes, d’autres auront plus de talents alors ce sera par de plus grands signes. Rien est impossible à Dieu.
    Lorsque Soljénitsyne fut enfermé dans les Goulags communistes, il n’a pas baissé les bras, il a été libéré et l’Occident l’a recu un temps. Lorsqu’il pu repartir dans son pays, car contre toute espérance le communisme était tombé, il dit avec tristesse que l’Occident était devenu tellement decadent, qu’il etait dans un état pire que la periode soviétique tyranique dans son pays.
    Hier c’était la journée contre le Sida où tous les medias et stars portaient le même signe, qui ressemble à l’ICHTUS des chrétiens. Bref, « on a besoin de vous » nous assénait-on. Oui, on préfère plummer les gens pour payer des recherches qui coûtent des fortunes, que de suivre le bon sens qui est l’abstinence. Le bon Abbé Pierre, l’a dit punliquement, l’abstinence, la chasteté stopperont le sida. Il fut hué par une foule en rage.
    « Le repentir est le premier arpent de terre ferme sous nos pieds d’où nous puissions repartir non vers d’autres haines, mais vers la concorde. Il n’y aura pas de redressement moral sans repentir de tous. » (Alexandre Soljenitsine). Nous en sommes encore loin.